films

Publié le 23 Février 2011

http://www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/racine/film/arrietty-le-petit-monde-des-chapardeurs/35400219-2-fre-FR/Arrietty-le-petit-monde-des-chapardeurs_fichefilm_imagesfilm.jpgArrietty est une petite "fille" de quatorze ans qui mesure une quinzaine de centimètres. Elle vit avec ses parents sous une maison de campagne. Cette population vit grâce à des petits chapardages dans l'habitation. Leur pire crainte est d'être découvert, ce qui les entraineraient à déménager. L'arrivée de Shô dans la maison d'enfance de sa mère va chambouler la vie d'Arrietty et sa famille. Shô et Arrietty vont être attirés l'un par l'autre. Sans doute en raison de leur âge mais aussi de la fragilité de chacun. Malgré leur différence, leur appartenance à un monde opposé, ils vont se lier d'amitié, s'apportant mutuellement de l'entraide ou du réconfort.

 

Ce ghibli a été réalisé par Hiromasa Yonebayashi  qui a déjà collaborer sur "Le château ambulant"  et "ponyo sur la falaise". Le scénario est signé Hayao Miyazaki. Avec ces deux références, je ne doutais pas que j'allais passer un bon moment. Les images sont superbes comme d'habitude. Les dessins magnifiques. Les personnages sont très attachants. On retrouve la touche commune à la majorité des ghiblis. On est en terrain connu mais voilà c'est peut être le soucis. Il n'y a pas de surprise. Le scénario est un peu plat sans rebondissement. On suit l'animé tranquillement, de manière mignonne, fluide mais trop fluide. La dernière image le montre d'ailleurs lorsque la famille d'Arrietty navigue le long de la rivière, le long de ces eaux calmes sans réelle perturbation. C'est d'un calme. Mais bon, malgré tout, j'ai bien aimé, j'ai passé un bon moment mais Arrietty malgré sa jolie bouille ne serat pas dans mon podium Ghibli.

Enfin, l'animé est tiré du livre :" Les Chapardeurs (The Borrowers), de Mary Norton".  Dans cette série de livres, les chapardeurs ont un physique très humain. J'aurais préféré une population avec des traits propres à eux car j'aurais préféré avoir vraiment du fantastique. Là ça fait une population de géants et des miniatures.  Quand j'étais petite, dans le même esprit on avait le dessin animé des Minipouss, mi humain mi souris. J'aurais préféré que Arrietty aille dans ce sens mais bon, ils ont respecté le livre ;).

 

Je tiens également à faire un gros clin d'oeil à la bande originale et notamment la chanson principale composée par la harpiste celtique et chanteuse Cécile Corbel.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 3 Janvier 2011

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/79/37/81/19528460.jpgOn se souvient du pseudo documentaire "C'est arrivé près de chez vous" qui suivait Benoit Poelvoorde dans le rôle de Ben, un assassin. Dans la même veine, Kill me please est un film noir et blanc filmé de manière intrusive (gros plan sur les personnages, caméra instable) qui parle d'une clinique permettant aux gens de choisir leur façon de mourir. On pourrait s'attendre à des derniers instants doux et une mort délicieuse mais le film nous rappelle que 70% des suicides de manière violente. De leur plein gré ou pas, les patients et personnel de cette clinique n'échapperont pas à cette statistique face au rejet de la population locale.
Entre désir de mourir des patients et colère des habitants, le film part vite en délire totale. Les morts violentes s'accumulent, les scènes chocs s'enchainent. Personnellement j'ai eu du mal. J'ai trouvé certaines scènes dérangeantes et franchement pas nécessaires.
Le sujet de départ, "mourir dans la dignité" était intéressant et il y avait moyen de faire autre chose sur ce sujet.
Nous avons eu le plaisir de rencontrer l'équipe après la diffusion. Pas facile d'entrer dans une salle complètement sonnée par un film qui sort de l'ordinaire. Après un démarrage un peu hésitant (l'équipe était légèrement imbibée et gaite), les explications sur le film s'avancent. J'avoue que cet échange m'a permis de ne pas totalement rejeter le film.
Le réalisateur, Olias Barco nous explique qu'il voulait montrer que les gens avaient le droit de mourir dans la dignité et de la manière qu'ils choisissaient. Là je me dis en moi même que je doute que la plupart des personnages du film ont choisi de mourir d'un balle de fusil de chasse. Ils ont choisi de se faire tirer comme des lapins? Etrange.
Le réalisateur parle également d'humour noir, belge... Ah bon, les belges ont un humour si glauque?
Et la touche qui m'a fait bien rire est un spectateur qui dit : "J'ai beaucoup aimé votre film!". Franchement, on peut trouver le film intéressant, atypique, délirant,... mais de là à l'aimer il faut être faux cul, malade ou phsychopathe.
En bref, un film apprécié par certains, ennuyeux pour d'autres, dérangeant mais avec une bonne idée de départ pour moi, les avis divergent. En tout cas, ce n'est pas mon genre de film.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 25 Novembre 2010

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/74/91/15/19501192.jpgSoren, une jeune chouette est passionnée par les récits héroïques rapportés par son père. Son frère Kludd est plus rabat joie, moins doué au vol et ne se sent pas à l'aide parmi les siens. Le jour où ils tombent de leur arbre et sont kidnappés par les sang-purs, il trouve enfin sa place en reniant son frère, en prenant de l'assurance et en passant du côté du seigneur de Saint Aegolius.

Soren, accompagné de Gylfie, uen jeune chevechette elfe s'enfuient. Ils se mettent à la recherche du royaume des récits de son père et surtout des gardiens de Ga'hoole pour demander de l'aide et interrompe les sang-purs dans leur projet de conquête et d'asservissement.

C'est un film d'animation 3D tiré des livres pour enfants de Kathryn Lasky qui comprend 15 tomes. L'histoire est bonne bien que rappelant fortement le seigneur des anneaux par bien des côtés. La montagne de l'armée sombre, le royaume noir, la composition de l'équipe qui part à la recherche de Ga'Hoole et même le rayaume de Ga'Hoole m'a fait pensé au royame elfique. Pleins de similitudes qui ne sont pas dérangeantes.

Ensuite, j'ai enfin apprécié les images 3D qui pour ce film valent le coup et sont totalement justifiées. Les chouettes sont mignonnes, les images sont superbes, le graphisme est très bien fait. Le film n'est pas trop long, idéal pour le jeune public.

En bref, ce fut très agréable de voir ce film au cinéma. Adapté pour un public à partir de 8-9 ans, en dessous je trouve que les images sont un peu difficiles.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 19 Novembre 2010

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/35/18/50/18373958.jpgJ’ai lu le livre il y a un certain temps (ça serait pas mal que je le relise d’ailleurs), j’en ai un bon souvenir.

Griet est jouée par Scarlett Johanson que j’ai découvert il y a peu avec « deux sœurs pour un roi ».

Vermeer est joué par Colin Firth que j’affectionne particulièrement pour ses rôles de Marc Darcy.

C’est étrange car je n’aurais jamais choisi ce duo pour jouer la jeune fille à la perle. Ils ne correspondent normalement pas au physique que j’attendais mais la magie des acteurs fait qu’ils s’adaptent à leur rôle et en fin de compte, ils apparaissent proches des personnages. Pour moi, Colin Firth c’est l’anglais charmant et coincé. Je ne l’imaginais pas en peintre renfermé et bourru. Scarlett Johanson n’avait à mes yeux pas la grâce et la finesse de Griet. Un teint de peau à faire peur, des lèvres trop imposantes mais bon il faudrait être jalouse pour refuser de dire que c’est une jolie fille. Et malgré ce que je pensais, elle a dévoilé beaucoup de délicatesse.

Je ne saurais dire si le film respecte le livre mais peu m’importe, j’ai apprécié ce visionnage

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 3 Novembre 2010

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/72/82/00/19481411.jpgJ'avais était transportée, émue, bouleversée par le livre Elle s'appelait Sarah de Tatiana De Rosnay, quelques temps plus tard Tatiana m'annonçait qu'il serait adapté au cinéma, je l'attendais avec impatience. Je n'ai pas été déçue. L'émotion était à nouveau là et j'avoue ne pas avoir réussi à retenir mes larmes.

 

Fin Octobre, M Maja et moi avons des places de cinéma qui vont bientôt périmer. Moi je voulais voir "Elle s'appelait Sarah", je l'attendais. Je pensais que Mr refuserait mais je ne sais pas, peut être dépité par le nanard qu'on avait vu le mois dernier "Night and day", il a accepté. La salle est étrangement fréquentée par des personnes d'un certain âge, en fait nous sommes les plus jeunes et les autres personnes ont une génération de plus. Je suis navrée car par l'indifférence, l'oubli commence. Ca concernait nos grand parents, pas nous donc on s'en tape.

 

Ensuite, le film : Kristin Scott Thomas est une actrice que j'affectionne, j'ai beaucoup apprécié de voir qu'elle jouerait le rôle de Julia, journaliste américaine mariée à un français qui se lance sur les traces de Sarah. Malgré certaines scènes un peu ratées, notamment celle du restaurant en Italie avec William qui sonnait mal, je n'envisageais personne d'autres pour jouer ce rôle.

Mélusine Mayance en Sarah est incroyable. Un mélange de petite fille dépassée par les évènements puis courageuse, tenace et forte. J'ai été étonnée par le jeu des enfants en général car on ne peut pas dire que ce soit le genre d'évènements facile à filmer et facile à jouer. J'ai d'ailleurs l'impression d'avoir été plus retournée par la rafle du film que par celle que j'avais imaginé en lisant le livre. L'horreur dans mon imagination a ses limites. Ensuite ces enfants séparés de leur mère dans les camps m'a fait pleurer. A l'époque du livre, je n'étais pas encore mère et maintenant imaginer qu'on m'arracher ma fille en sachant que je ne la reverrai pas, une bonne raison de devenir une furie.

 

Du côté de l'histoire, l'alternance présent - passé se passe très bien, l'histoire est fluide et on suit avec grand intérêt l'enquête de Julia.

 

En bref, un long métrage très bien filmé. On est ressorti du cinéma sonné mais en ayant l'impression de ne pas avoir perdu nos places et de ne pas regretter d'avoir été voir ce film.

 

La scène qui m'a le plus marquée :

Lorsque Sarah et son amie s'enfuient du camp. Elles sont suprises par un des policiers, qui en fin de compte va montrer de l'humanité et de la compassion en les aidant à fuir. Il est blessé à la paume de la main en soulevant les barbelés. On voit son sang sur la main et là je me suis dis : "lui au moins aura du sang sur les mains autrement qu'en tuant ces enfants".

 

Et vous quelle scène vous a marqué?

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 27 Août 2010

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/67/78/06/19028762.jpgUne vielle femme prêt de sa fin demande à sa fille de lui lire le journal intime de Benjamin Button. Benjamin est né avec une étrange caractéristique, il est vieux. C’est un bébé tout fripé aux caractéristiques d’un vieillard. Sa mère mourante fait promettre à son père de le protéger et de l’aimer tel qu’il est. Dérangé par son apparence, son père l’abandonné au porche d’une maison pour personnes âgées tenue par Queenie. Tous pensent qu’il ne vivra pas longtemps mais le temps passant, Benjamin rajeunit.

 

Je ne suis pas une fan de Brad Pitt, j’ai beaucoup d’aprioris sur ses talents d’acteur en dehors de sa plastique, j’avais donc un doute sur le film. J’ai été très agréablement surprise. C’est un très bon film. Benjamin bébé est très touchant, on a envie de le protéger. Puis son apprentissage de la vie à l’inverse de la normal, faire face à des discours/actions d’adultes alors qu’il n’est encore qu’un « jeunot ». Puis vivre une vie d’adulte, de famille alors qu’il est en régression vers l’enfance. J’ai trouvé Benjamin si sympathique et naïf sous son visage d’homme. Il est émouvant.

Un film que je conseille, qui fut une surprise pour moi.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 30 Juillet 2010

Deux sœurs pour un roi

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/63/19/09/18907682.jpgEn Angleterre, durant le règne d’Henry VIII, deux sœurs, Mary et Anne Boleyn vont tour à tour obtenir les faveurs du roi et partager sa couche. Alors qu’il est toujours marié à Catherine d’Aragon qui ne peut plus avoir d’enfant et qui n’a pas pu donner d’héritier mâle, il prend comme maitresse Mary. Anne sa sœur qui était à l’origine prévue pour tenir compagnie au roi est jalouse. Une animosité s’installe entre les deux sœurs. Mary tombe enceinte, Anne prend sa place auprès du roi et exige d’être l’unique. Mary et son « bâtard » sont renvoyés de la cour. La reine est répudiée, Henri VIII demande l’annulation du mariage au pape qui refuse. La cassure avec l’Eglise se fait sentir. Un règne qui changea la face de l’Angleterre.

Le film prend des libertés par rapport à l’Histoire mais qu’importe. C’est bien tourné, les actrices jouent très bien. Je ne savais pas trop comment jouait Scarlett Johansson que je ne connais que par la chanson « relator » et j’ai été surprise. Je la croyais bien moins douée que ça et je pensais que c’était une starlette connue grâce à sa plastique plus que par son talent. Je me trompais, je l’ai trouvé douée dans ce rôle. Les décors sont magnifiques, les robes et coiffes sont également superbes. Et malgré son petit rôle, j’apprécie toujours autant de voir Kristin Scott Thomas. En bref, un film très agréable à voir qui m’a permis de me replonger dans cette période de l’Histoire que je trouve fascinante.

 

 

Phénomènes

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/64/08/54/18945558.jpgUn phénomène démarre à Central Park. Toutes les personnes présentes à cet endroit sont paralysées puis incohérentes et se poussent au suicide. Une toxine inhibant l’instinct de survie serait la cause de ce dysfonctionnement de l’humain. Le phénomène se propage sans savoir par quels moyens et comment l’arrêter. Qui ou qu’est ce qui est à l’origine de cette catastrophe ? Pour Eliott professeur de sciences, sa femme Alma et la petite fille de leur ami, c’est la fuite. Mais la toxine se propage rapidement et n’épargne pas.

Un nième film catastrophe de la nature qui se venge des hommes qui la maltraite. Bien sur, dans le fond, il faut que les gens soient moralisés, ect ect… Mais là, ce n’est pas crédible, je n’ai pas apprécié le couple principal ni la forme du film. Pour être un film de Night Shyamalan, j’ai été déçue. C’est pourtant un réalisateur que j’apprécie. J’avais aimé Sixième sens, un peu moins Incassable qui n’en reste pas moins remarquable. J’avais apprécié Signes malgré que ce fût quand même un nanard, j’ai beaucoup aimé le village mais là, je me suis crue dans un téléfilm cata qui passe le samedi après midi sur TF1.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 27 Juillet 2010

En  ce moment, je ne suis pas particulièrement productive côté lecture, je visionne beaucoup. Il y a des périodes comme ça où j'aime me coller devant des films.

 

 

J'ai commencé mon horizon en cherchant sur allociné un film léger pour ado. Je voulais du cucul praline, des enfantillages, ne pas réfléchir. Je suis tombée sur une histoire totalement revisité de Cendrillon.

 

A cinderella story

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/35/28/13/18378825.jpgAvec Hillary Duff (de la série Lizzy Macguire) et Chad Michael Murray (série Les frères Scott). Je ne rappelerai pas l'histoire de Cendrillon, on la connait tous. Ici ça se passe dans les temps modernes. L'amourette a lieu sur les bancs du lycée. C'est gnangnan, cucul limite débile mais vraiment c'est fait pour moi en ce moment. Ca ne demande pas de réflexion, c'est parfait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis tant que j'y étais dans les films pour ado, je suis tombée sur un truc que je ne connaissais absolument pas avec Colin Firth. Jackpot. Un film crétin et en plus Colin Firth, je ne pouvais que passer un bon moment avec:

 

What a girl wants

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/35/10/73/affiche.jpgCe sont les années hippies, une femme rencontre un homme qu'elle épouse. Ils vivent peu de temps ensemble insouciant. Mais il est issu d'une famille riche et doit reprendre son rang. On lui demande de s'en aller par la petite porte alors qu'elle est enceinte. 15 ans plus tard, la jeune fille issue de cette union cherche à connaitre son père.

Bon alors franchement, c'était nul, ennuyeux, très ado et en fait trop ado. Je suis dans une période grosse détente mais bon quand même il y a des limites!

 

Ce film avec Colin Firth m'a amené vers un autre nanard de ce dernier:

 

 

 

 

 

 

 

Mamma mia

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/65/61/22/18965700.jpgUne jeune femme va se marrier et invite à son mariage ses trois pères potentiels. Le film est sous la forme d'une comédie musicale reprenant les chansons d'Abba. Alors moi Abba j'adore j'adhère! On retrouve une floppé d'acteurs que j'apprécie beaucoup : Meryl Streep, Pierce Brosnan, Colin Firth, Stellan Skarsgard et le duo Christine Baranski / Julie Walters m'a fait mourir de rire.

J'ai passé un très bon moment avec ce film et j'ai adoré réentendre les chansons d'Abba.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Selena

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/69/83/42/19077531.jpgEt tant qu'à mettre lancée dans le musical, j'ai du coup voulu revoir le film Selena tiré de la vie de la chanteuse américaine d'origine mexicaine Selena Quintanilla Perez. Jennifer Lopez joue très bien ce rôle. J'ai toujours été impressionnée par leur ressemblance. La reconstitution des concerts est super bien faite. Jennifer Lopez reprend les titres de Selena parfaitement bien. La fin me fait toujours verser ma petite larme.

 

Bonus : Bidi Bidi Bom Bom de Selena

 

 

 

 

Et puis tant qu'à verser ma petite larme, je me suis lancée dans :

 

A Walk to remember

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/00/02/54/28/affiche2.jpgTiré du livre "A tout jamais" de Nicolas Sparks que j'ai lu il y a quelques temps déjà, j'en avais un agréable souvenir. L'histoire est mignonne. Les acteurs sont très bien. C'est tendre, bien filmé. Un film très agréable à voir malgré l'histoire pas très gaie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis comme je n'ai pas assez pleuré, j'ai re-regardé Le tombeau des lucioles de Takahata et là ça m'a été fatal.

 

Le tombeau des lucioles

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/60/08/31/19079741.jpgC'est la deuxième guerre mondiale, les bombardements du Japon par les Américains touchent les civils de plein fouet. Seita et sa petite soeur de 4 ans Setsuko perdent leur mère dans une attaque. Ils vont habiter chez leur tante qui profite de leurs biens puis leur faire comprendre qu'ils ne sont pas les bienvenus chez elle. Ils partent vivre dans un abri et tentent de survivre. Mais les temps sont difficiles, la nourriture est rare et leurs conditions de vie trop difficile pour les enfants qu'ils sont. Bon alors vraiment ce film, il m'est particulièrement pénible de le voir. Il est terriblement bien fait, réaliste, difficile. J'aimerai tant pouvoir les protéger, surtout Setsuko qui est encore si petite, si fragile. Ils n'ont rien demandé et pourtant c'est eux qui souffrent. Un très bon film, à ne pas montrer aux trop jeunes car il est vraiment très dur.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 8 Avril 2010

La première fois que j'ai vu le tombeau des lucioles de Takahata c'était sur Arte.

 

Depuis Lundi, Arte nous offre un magnifique cadeau en programmant de nombreux ghiblis. C'est le moment ou jamais de retomber en enfance, de rêver et de se délecter d'images et histoires ravissantes.

 

Le programme :

 

- Le voyage de Chihiro: lundi 5 avril à 20h35
- Mon voisin Totoro: jeudi 8 avril à 20h35
- Le Château Ambulant: lundi 12 avril à 20h35
- Nausicaä de la vallée du vent: jeudi 15 avril à 20h35
- Princesse Mononoke: lundi 19 avril à 20h35
- Le Château dans le ciel: jeudi 22 avril à 20h35
- Ghibli et le mystère Miyazaki (documentaire): jeudi 8 avril à 22h00 dans la case Pop culture

 

Mes liens internes au blog :

 

Princesse Mononoké + Si tu tends l'oreille + tu peux entendre la mer

 

Pompoko - Un petit récap des films d'animation des studios ghibli
Pompoko résumé / Avis

Le royaume des chats

Nausicaa de la vallée du vent

Les contes de TerreMer

Le château ambulant

Omoide Poroporo

 

N'hésitez pas à vous coller devant votre écran, si si pour une fois ça fait du bien ;)

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 30 Mars 2010

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/69/73/20/19250395.jpgJ’attends le dernier Tim Burton depuis plus de deux mois. Le fait qu’il adapte Alice au pays des merveilles m’enchantait. Et Johnny Depp dans le rôle du châpelier toqué me comblait. Son Sweeney Todd m’avait déçu et j’espérais que son retour dans le film d’animation me convienne totalement. Premièrement, ce n’est pas une adaptation du livre mais plus une histoire réutilisant les personnages du livre Alice au pays des merveilles et de l’autre côté du miroir. En effet, Alice est une petite fille qui souffre de cauchemars. On la retrouve quelques années plus tard. Elle a le teint blafard, elle a toujours du mal à dormir. C’est une jeune fille de la bonne société, rebelle, décidée à garder le contrôle sur sa vie. Lors d’une fête organisée pour ses fiançailles surprises, dérangée par cette demande en mariage qui ne lui convient pas, Alice suit le lapin blanc qui lui est apparu et dégringole dans un trou. Elle se retrouve dans le pays de ses cauchemars d’enfant et y retrouve de vieilles connaissances oubliées qui espèrent qu’elle est bien « LA » Alice. Le pays aux merveilles est très sombre, la reine rouge a pris le pouvoir en battant sa sœur la reine blanche grâce au monstre « le jabberwock ». On se doute bien que la mission d’Alice va être d’aider la reine blanche à rétablir son pouvoir et le bien. Je n’ai pas été vraiment déçue que ce soit une histoire totalement détachée du livre puisque je n’avais pas particulièrement apprécié les livres. J’ai eu au premier abord une mauvaise impression sur Alice. Je me suis dit : « encore une ado de bonne famille rebelle » mais quand on voit la tête et l’allure de son futur mari, elle a http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/69/73/20/19250396.jpgraison de fuir. C’est la partie du film que j’ai trouvé le plus comique. Les paysages du pays merveilleux sont vraiment très bien fait. Et en 3D, ça rend particulièrement bien. C’est d’ailleurs peut être le seul intérêt du 3D pour ce film, les paysages et le chat. Johnny Depp en chapelier toqué joue parfaitement bien. On est assez loin du toqué du livre mais il est attachant, tout en couleur, en folie. Après un début difficile avec Alice, j’ai en fin de compte apprécié son côté forte tête. J’ai beaucoup apprécié les jumeaux tweddle, le chat, le lièvre. J’ai moins aimé la reine rouge, je l’imaginais plus expressive. J’ai détesté la reine blanche. Son maintien m’était insupportable.

Dans l’ensemble, ça reste un Tim Burton mais loin d’être son meilleur. J’ai passé un bon moment mais j’ai été déçue par le 3D. Je pense que la technique a encore du chemin à faire. Elle n’était pas adaptée ici je trouve. Le scénario est trop léger, les jumeaux auraient peut être mérité d'être plus présents, la reine rouge et ses troupes n'étaient pas bien effrayants, la reine blanche apparait faible, molle, en dehors de ce qui se passe voir parfois désintéressée. Le chat n'est pas suffisamment arrogant à mon gout, même Alice n'est pas assez insupportable et la chenille loin d'être pompeuse. Un ensemble pas aussi travaillé que Charlie et la chocolaterie à mon avis. Tim Burton se relâche ?

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0