Publié le 18 Mai 2011

http://pmcdn.priceminister.com/photo/871449298.jpgJérémie est en terminal, fan de science fiction, il aime l’écriture, l’école un peu moins, il est intéressé par les filles et surtout Marie qu’il côtoie à l’auberge de jeunesse de Fontainebleau le week end. Il partage ses hobbies avec James. On suit ce trio pendant un instant crucial de leur vie, le moment un peu branlant entre l’adolescence et le jeune adulte où tout peut changer. Les premières expériences se font, les amitiés se solidifient ou se défont, les amours vont et viennent. Un roman sur l’adolescence qu'on a tous vécu.

Le livre est court. C’est une belle écriture. On est loin du roman ou les adolescents parlent comme des neuneus, ici le vocabulaire est recherché, le langage est propre. J’ai trouvé que c’était une lecture assez agréable. Le sujet n’est pas exceptionnel mais bien maitrisé, le récit étant assez court, il n’y a pas de raison de commencer à s’ennuyer. On a les points de vue de tous les protagonistes, c’est appréciable. Avoir une vision différente évite également de s’ennuyer. Ce n’est pas le livre du siècle, il n’a rien d’exceptionnel et pourtant j’ai passé un très agréable moment de lecture à revenir au temps de mon adolescence. Je me suis rendue compte que je n’étais vraiment pas différente des personnages.

Un petit bémol sur la fin que j’ai trouvé un peu bâclée. Soit on décide de laisser nos personnages au présent et on peut se permettre de finir de manière un peu abrupte, à nous de choisir la fin que l’on préfère pour eux. Soit on choisit de se projeter dans l’avenir et voir ce que sont devenus les personnages (c’est le cas du livre) et je pense qu’il aurait du coup fallu développer un peu plus. Quitte à les voir plus vieux, j’aurais aimé savoir où ils en étaient de manière plus précise.

 Au niveau du support livre, chaque paragraphe est illustré par des peintures exécutées par Geneviève Chabel. J’ai trouvé cette intégration sympathique. J’en ai apprécié certaines, d’autres moins, d’autres non parfois un peu trop sombres et abstraites pour moi, mais j’ai trouvé l’idée très bonne.

 En bref, une bonne lecture bien sympathique.

 

Je remercie l’auteur pour m’avoir proposé son livre, ce fut un plaisir.

 

Présentation de l'auteur


Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 7 Mai 2011

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51j371ZKYoL._SS500_.jpgRecueil de nouvelles sur le thème des délices gustatifs, des références à des souvenirs gourmets.

Quelques phrases que j’ai aimées dans les différentes nouvelles :

 Purée vivante :

"On ne pourra pas s'empêcher d'étaler, de parfaire le cercle, de commencer à dessiner avec le dos de la fourchette ces stries en diagonales et en carré"

Et c’est vrai, je continue à faire ces fameuses stries sur mon hâchis parmentier ou purée de potiron avant de les mettre au four :).

 Faire petit :

« Ce n'était pas parce que c'était bon qu'il fallait faire petit, c'est parce qu'il fallait faire petit que c'était bon » en parlant de miche de pain et saucisson

 La première fois :

Vous souvenez-vous de la première rencontre entre Tintin et le capitaine Haddock ?

 Nouveau Sempé :

« On ne feuillette pas un nouveau Sempé comme un autre bouquin »

Et c’est vrai que malgré l’âge qui passe, je sais que dès que des « inédits » de Sempé, il me le faut. Qui d’autres est dans mon cas ? Avouez !

Un luxe suisse :

« Quand au papier lui même, on se garderait de le rouler en boule avant de le jeter. Une nécessité morale oblige à le lisser du bout de l'ongle, à le glisser dans une poche »

(En parlant de la barre de chocolat Milka)

 La barbe à papa :

On a tous un souvenir des fêtes foraines et des stands à sucreries, passage incontournable entre le tir au ballon et le tour de manège. La pomme d’amour qui se révélait si décevante, après s’être cassé les dents sur la couche de sucre, on mangeait une simple pomme. Quelle arnaque ! Et la barbe à papa, toujours trop grosse, à peine à la moitié, on ne sait plus quoi en faire, les parents pauvres victimes se retrouvaient à devoir s’en débarrasser à notre place. Et ces odeurs de fritures, de gaufres, de crêpes, de beignets, si écœurantes mais parfaitement dans l’ambiance.

Personnellement je continue à prendre mes traditionnels nougats tendres quand j’y vais.

 Hopper Sucré :

Le fast food par la poésie.

  … Et bien d’autres.


 Chaque nouvelle est très courte, deux à trois pages. C’est plus une pensée développée qu’un récit court. Comme les recueils de nouvelles en général, j’en ai aimé certaines, d’autres moins, d’autres ne m’intéressaient pas. C’est ça qui est bien dans les recueils de nouvelles, on peut faire son marché, ce n’est pas comme une histoire que l’on se coltine voir parfois que l’on traine.

Ce recueil ne restera globalement pas dans ma mémoire mais il y a malgré tout des petites choses qui m’ont touchées et donc je me souviendrai.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 6 Mai 2011

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51MNKCZZ0TL._SS500_.jpgOn démarre le livre sur une lettre de Peter à son meilleur ami, son frère Jonathan en espérant qu’ils soient heureux. Elle m’a quelque peu embrouillée. Pourquoi se sont-ils perdus de vue s’ils étaient si liés et comment a-t-il réussi à lui faire parvenir cette lettre. Et elle est si étrange, perturbante. Peter est commissaire priseur, Jonathan est expert en peinture et particulièrement du peintre Vladimir Radskin, peintre russe du 19è siècle. Il va bientôt épouser Anna, elle-même peintre. Au même moment, la vente de 5 tableaux de Radskin est annoncée, il connait l’existence de 4 tableaux et non 5. Il s’agirait donc du fameux tableau, œuvre ultime du peintre, inconnu du public jusqu’ici. Il se rend donc à Londres et rencontre Clara la propriétaire de la galerie d’art qui propose ces toiles. Un sentiment fort de déjà vu apparait entre eux. Quel est le lien qui existe entre eux, quel est le lien avec Vladimir Radskin ?

 Un livre qui me reste agréable par le dévoilement finale. Bon c’est un Levy, c’est léger, bien écrit, rien à lui reprocher là-dessus. Par contre, l’histoire en elle-même a quelques trous à mon goût. Son histoire avec Anna alors qu’ils vont se marier, je la trouve plus que légère, on se doute qu’il y a anguille sous roche. Et puis Anna dans cette histoire, elle n’a pas le caractère, la place que j’aurai préféré qu’elle ait. Ni molle mais quand même sacrément manipulée. Elle n’est pas maitre de sa vie, ça me désole. Et puis cette vieille bique m’a agacée aussi, je pensais qu’elle était raffinée et en fait elle m’apparait à la fin bien vulgaire. Mais bon rien que pour la toute fin et du coup le lien avec la lettre du début, il vaut le coup d’être lu.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 3 Mai 2011

http://www.decitre.fr/gi/42/9782842715342FS.gifJ'avais déjà repéré cette collection à cause des couvertures rigolottes de "Osez les sextoys" ou "Osez pimenter la sexualité de votre couple" ou "osez le cunnilingus". J'étais persuadée que c'était le genre de livre à offrir pour une blague, du style "vive les retraités", "vive la quarantaine" et autres conneries qu'on achète pour les annifs ect...

Et en fait, je me trompais complètement. C'est un petit livre qui regroupe un certain nombre de nouvelles érotiques (dire porno est un bien grand mot). Certaines nouvelles sont comme des récits de vécu, d'autres sont beaucoup plus sous forme de fantasmes. 

Celui-ci parle des chasseuses d'hommes, ces femmes qui prennent en main leur sexualité, qui sont joueuses, qui aiment le sexe sans en avoir honte. "Femmes jusqu'au bout des seins" (Sardou) et qui l'assume. J'ai apprécié la plupart des histoires, elles étaient agréables à lire, sensuelles, efficaces, excitantes, croustillantes. D'autres un peu moins car un peu trop "fantasme" à mon gout, vous savez un peu comme les films X complètement abhérants, totalement éloignés de la vie réelle. On se demande parfois qui peut avoir des fantasmes pareils... 

En bref, une lecture très agréable dont je n'ai pas honte qui m'a fait passer de bons moments.

 

D'autres gâteries sont déjà publiées : 

- Osez 20 histoires de fellation

- Osez 20 histoires d'infidélité

 

Je n'ai qu'un mot à vous dire : Osez!

 

Je remercie les éditions "La musardine" et babelio pour cette sympathique découverte.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 2 Mai 2011

http://www.decitre.fr/gi/03/9782221110003FS.gifLe mariage de Julia et Adam devait avoir lieu Samedi. Tout tombe à l’eau à cause d’Anthony Walsh, le père de Julia. Ce père absent qui a malgré tout passé son temps à interagir dans sa vie, lui fait à nouveau un pied de nez, il est mort et l’enterrement aura lieu le jour prévu de son mariage. Il aura vraiment réussi à l’emmerder jusqu’au bout. Et si ce n’était pas fini ? En effet, dès le lendemain de l’enterrement, Julia aura une incroyable surprise de la part de son père. Celle-ci fera de nouveau basculer sa vie.

Ce n’est pas de la grande littérature mais qu’importe j’aime. C’est mièvre, léger mais savoureux. J’aime cette écriture simple, bien écrite, efficace et sans complexité. Une histoire un peu gnan gnan qui me correspond bien dans mes lectures nocturnes.

J’ai apprécié le thème. Qu’elles sont les choses que je voudrais dire aux proches que j’ai perdus ? On n’ose pas toujours dire les choses, que ce soit en bien ou en négatif, on est parfois resté sur une mauvaise note et on regrette ou alors on aurait aimé mettre les choses à plat une bonne fois pour toute pour être au clair. Tant de choses que l’on aurait voulu partager mais il est trop tard.

C’est un livre qui se lit très bien, qui est attachant. Et oui, j’ai bien apprécié ce père assez original. Julia m’a semblé très dure mais c’est compréhensible. On est toujours plus rancuniers lorsque ce sont nos proches qui nous déçoivent. En bref un bon moment qui m’a amené quelques réflexions sur moi-même.

 

J’aurais cependant un petit bémol, je n’ai pas réussi à me faire une idée cohérente de l’âge des personnages. Par rapport à la succession des évènements, au mariage et le projet de fonder une famille, c’est incohérent avec l’âge que j’attribue aux personnages qui tournent autour de la quarantaine, j’ai trouvé que ça manquait de crédibilité.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0