Publié le 31 Janvier 2006

Je ne pense pas que ce soit une histoire vraie mais le récit est raconté comme une forme de témoignage.

Quand est ce que les disputes des parents d'agnès ont commencé? Pourquoi son père est devenu si méchant? Pourquoi sa mère ne divorce pas? L'excuse : à cause d'Agnès. Car quel avenir pour elle si elle divorce. Voilà une excuse sacrément traumatisante pour une enfant. Une mère souffre de l'humiliation paternelle et dit à sa fille que c'est pour elle qu'elle souffre ainsi. N'est ce pas abominable de dire çà? Ca paraît innocent et pourtant un enfant se sent si responsable dans des cas pareils. Il est parfois pire pour un enfant de voir ses parents se déchirer avec l'un ayant le dessus sur l'autre plutôt que voir ses parents divorcer.
Dans le premier cas, surtout dans le cas d'une fille qui voit son père rabaisser sans cesse sa mère, l'enfant va se mettre à détester ce père.
C'est ce qui arrive pour Agnès. Sa vie devient un enfer entre les jours où son père est correct et sa mère toute mielleuse et sans prévenir, son père explose.  C'est un stress permanent que de vivre parmi des gens en étant tout le temps en train de surveiller leur état du moment.

Une phrase du livre que j'ai retenu :    Si je suis mort sans l'avoir su
                                                                    A qui vais-je demander l'heure?

Ce n'est pas le meilleur d'Othilie Bailly. En effet, certaines personnes ne comprendront pas très bien pourquoi elle se sent si mal dans un climat qui ne la concerne pas. Je pense qu'il faut avoir vu ce genre de situation de ces propres yeux pour comprendre.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 27 Janvier 2006

Keely est une jeune enseignante avec un enfant de 9 ans et un mari atteint de migraines violentes. Celui-ci ne supportant plus son état met fin à ses jours. Difficile épreuve pour son fils, Dylan, qui a découvert le corps. 5 ans plus tard, Keely est remariée et a une petite fille. Cependant une nouvelle tragédie survient. Mark, le deuxième mari de Keely meurt noyé dans la piscine de leur villa. Ceci ressemble à un accident mais l'ancienne fiancée de Mark, la procureur Chase est bien décidée à faire porter le chapeau à Dylan.

L'histoire est lente, trop lente. L'écriture est ennuyeuse. Les détails trop vastes, trop nombreux, pompeux. Certains personnages sont inutiles, ils n'ajoutent qu'encore plus de longueurs que l'on est pressé de survoler.
Les relations mère-fils sont très tendues, trop tendues, complètement poussées à l'extrême. On imagine mal comment une mère de famille peut considérer normal le côté skin head de son fils alors que çà résulte évidemment d'un mal être.
L'action et les indices tardent à arriver. La lecture devient un calvaire. C'est dommage car le sujet était prométeur, l'histoire méritait mieux. Mais j'ai ma part de responsabilité, j'aurais dû me méfier de la taille du pavé qu'est le livre. Un policier ne doit pas faire cette taille car il est presque évident que la lecture en devient lente et pénible.

Ce pavé me fait un peu penser à certains livres de Patricia Cornwell ou Mary Higgins Clark qui m'ont amené à espacer mes lectures de ces auteurs car ils commençaient à m'ennuyer et m'agacer par le style d'écriture. Et pourtant lorsque j'en lis de temps à autre, çà reste un moment agréable.
Cependant, ici, "un coupable trop parfait" est une indisgestion voir une corvée. Ma première déception avec Patricia MacDonald.

En conclusion, je vous conseille tous ses autres livres mais celui-ci vous dégouterait un peu de l'auteur je pense.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 26 Janvier 2006

Un livre que j'ai découvert par hasard mais que je n'ai pas encore lu, ma pile à lire étant déjà impressionnante , j'attendrai donc.
Cependant, je vous demande votre avis si vous l'avez lu et pourquoi me donnez encore plus l'envie de le lire.

Dans un hospice catholique pour déséquilibrés mentaux, Sandra Wagner confesse sa vie à son psychiatre. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était encore une enfant, Sandra passera ses jeunes années chez sa grand mère, une femme rustre vivant dans une ferme délabrée. La jeune fille y développe son propre univers, peuplé de voix et de fantômes, et entretient une complicité peu commune avec les serpents du jardin. Mais, à la mort de la vieille femme, Sandra est renvoyée chez sa mère à Cleveland. Dès 17 ans, elle fait sa valise pour Los Angeles, où elle intègre rapidement les milieux underground, notamment grâce à sa « danse du serpent » qui ensorcelle les night-clubs. Le premier homme de sa vie sera Ronald, un truand sadomasochiste qui la transformera en esclave sexuel. Haï de beaucoup, Ronald est brutalement assassiné une nuit par un jeune homme au yeux jaunes, Duke. Contre toute attente, Sandra s’échappe avec lui pour l’Idaho, afin de démarrer une nouvelle vie. Leur tumultueuse relation d’amour/haine se poursuit jusqu’au fameux asile de fous, où Sandra va fait une découverte troublante.
Pour son premier roman publié en France, Mary Woronov livre un ouvrage qui fait émaner d’entre ses lignes une véritable terreur. La peur rode à toutes les pages, une peur instillée sans jamais recourir au grand guignol, mais qui naît plutôt de la tension du quotidien. Celle qui amène à la peur, puis finit parfois dans la folie.

Le livre semble un peu glauque, peut être un peu trop pour moi et pourtant je trouve le résumé bien attirant.
Qu'en pensez vous?

aux editions  Christian Bourgois - 266 pages - 23 €

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #roman

Repost0

Publié le 25 Janvier 2006

L'action se situe en Egypte après le règne du vieux Ramsès II mort à l'âge de 80 ans. Le héros est un jeune garçon, ancien pêcheur, qui est chargé de protéger la princesse Téti-Chéri du dieu Seth (Dieu de la violence et du mal), papyrus. Afin de protéger la princesse, Papyrus possède un glaive magique. Les aventures commencent alors pour ce jeune garçon.
L'histoire nous fait connaître les différentes coutumes de l'égypte : Le taureau Apis, dieu de la fertilité, le kâ, les différentes prières de pharaons célébrant le soleil ... On apprend à se familiariser avec les dieux égyptiens. C'est un bon début, pour les enfants afin de les interesser par la suite à d'autres livres sur l'égypte antique, puis sur d'autres civilisations comme les grecs, romains ou barbares. Et pouquoi pas les amener à s'interesser à d'autres littératures. La collection Papyrus est ample et on ne s'ennuit jamais. Les aventures sont toutes différentes et distinctes.

1. la momie engloutie
Dans cette première aventure, on apprend comment Papyrus obtient le glaive et comment il sauve la vie de la princesse, les liant pour de nombreuses autres aventures.
On y croise pour la première fois, la déesse à la chevelure resplendissante, fille du dieu crocodile.

2. Le maître des trois portes
Depuis des milénaires, l'Egypte vit au rythme des crues annuelles et bienfaisantes du Nil, le fleuve majestueux, don des dieux sans lequel le pays des pharaons et sa prodigieuse civilisation n'existeraient pas.
Pourtant, le peuple tout entier semble frappé de malédiction. Malgré les offrandes royales, malgré les prières, lentement, inexorablement, le Nil se tarit !
Le pharaon envoie une expédition pour trouver la cause de la sécheresse, dirigée par Papyrus et Théti-Chéri.

3. Le colosse sans visage
Dans celui-ci, Papyrus cherche à aider un vieille homme aveugle.

4. Le tombeau de Pharaon

5. L'égyptien blanc

6. Les quatres doigts du dieu lune

7. La vengeance des pharaons

8. La métamorphose d'Imhotep
Commentaires de l'album par l'auteur :

Le livre a pour cadre le complexe funéraire de Saqqarah avec ses étonnantes constructions factices qui forment le cadre des fêtes d'Heb-Sed, jubilé auquel Pharaon est sensé participer pour l'éternité.

9. Les larmes du géant
 Une princesse hittite arrive à la cour du Pharaon. Epouse secondaire, elle apporte avec elle le secret du fer. Cependant, dans le temple d'Amenhotep III, les ennemis de la paix trament un complot pour s'emparer du pouvoir et surtout pour connaître comment forger des armes invincibles. Ils capturent Théti et la princesse hittite. Les drogues feront de Théti une terrible Sekhmet guerrière mais la petite princesse gardera son secret jusqu'à la mort.

10. La pyramide noire
 Papyrus emmène Théti-Chéri, toujours envoûtée (voir "Les larmes du géant") à la recherche de la pyramide noire et du mage qui pourra la guérir. La traversée de la forêt est pleine de surprises et d'embûches. Après avoir rencontré les "Noubas" et d'autres tribus hostiles, ils arriveront au pied de le pyramide, en fait un volcan éteint.

11. Le pharon maudit
Théti et papyrus se perdent dans une ville en ruine et subissent les mauvais tours des six filles d'Akhénaton.

12. L'obélisque
l'aventure amène papyrus à veiller à ce que la construction de l'obélisque soit menée jusqu'au bout.

13. Le labyrinthe
Papyrus voyage jusqu'en Crète. On retrouve dans ce tome le culte du taureau très présent en Crète tout comme en Egypte.

14. L'île cyclope
Suite du "Labyrinthe". le fil du roi Minos de Crète est décédé. Théti ramène le corps embaumé en Crète puis part à la recherche de Papyrus.

15. L'enfant hiéroglyphe
un nouveau temple est en construction, les travaux sont dirigés par Imhotep mais tout le monde n'a pas l'air de voir çà d'un bon oeil et les ennuis se succèdent.

16. Le seigneur des crocodiles
Capturés par les nomades, Papyrus, Théti et Pouin s’échappent. Dans le désert, ils rencontrent un mage, créature d’avant les temps historiques, aveugle comme la foudre, qui demande à papyrus de lui prêter ses yeux. Le combat contre la bête immonde terminé, Papyrus, devenu aveugle, pourra néanmoins sauver la ville de Thèbes avec les pouvoirs que lui a donné le mage.

17. Le pharaon assassiné
Papyrus remonte le temps au temps de Toutankhamon. Il assiste à son assassinat et aux intrigues qui se complotent par la suite.

18. L'oeil de Ré (celui que j'ai préféré avec le colosse sans visage)
Commentaires de l'album par l'auteur :
La fête d'OPET est l'occasion, pour la statue du Dieu Amon-Ré, d'aller en procession de Karnak à Louxor. C'est aussi pour le peuple, la seule fois où il peut voir la statue du dieu et constater que tout est bien. L'Égypte et son Pharaon sont protégés du dieu.
C'est pourtant le moment choisit par Amenmès, un des nombreux fils de Ramsès II, pour éborgner la statue et disputer le trône au Pharaon Mérenptah.

19. Les momies englouties
Papyrus et Théti sont aux prises de momies déchaînées.

20. La colère du grand sphinx
A la suite d'un incident, le sphinx sencé protégé la famille royale se met en colère et réclame le corps de la princesse. Papyrus essaie de sauver Théti.

21. Le talisman de la grande pyramide
A la suite de la colère d'Anubis, Papyrus doit retrouver une amulette magique au sein de la grande pyramie afin de libérer ses amis.

22. La prisonnière de Sekhmet
On devine à travers le titre que Théti est prisonnière, Papyrus part donc la libérer (quel héros....) cet épisode n'est pas le plus réussi.

23. Le cheval de troie (tome1)
Papyrus et Théti commence un périple vers le proche Orient. Première étape, la ville en ruine de Troie.

24. La main pourpre (tome 2)
La suite du voyage les amène à Tyr.

25. Le pharaon fou (tome 3)
Papyrus et Théti retrouvent leur ami Pouin devenu roi de la ville de Dor, un port méditerranéen.

A partir d'ici je ne les ai pas encore lu, à voir lorsqu'ils seront disponibles à ma bibliothèque.
26. Le masque d'Horus
Dans ce tome, Théti aurait un frère jumeau passé pour mort à sa naissance. celui-ci serait en vie mais aux prises de prêtres aux mauvaises intentions.

27. La fureur des dieux
Cette aventure nous amène dans le Ramesseum, temple fabuleux consacré à Ramsès II.

28. Les enfants d'Isis
Pour avoir des exclusivités sur cet album : http://www.egypteinedite.be/papyrus28.htm
Cet Album est sorti ce mois ci normalement.


pour plus d'informations : www.egypteinedite.be/papyrus_les_albums.htm
www.kidcomics.com/papyrus/default.html


Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 23 Janvier 2006

Mon film coup de coeur du mois. J'ai vu très récemment qu'il allait sortir et j'ai de suite reconnu les dessins.  le dernier  Isao Takahata est sorti : Pompoko.

résumé d'allociné (www.allocine.com) :
Jusqu'au milieu du XXe siècle, les tanukis, emprunts d'habitudes frivoles, partageaient aisément leur espace vital avec les paysans. Leur existence était douce et paisible.
Mais le gouvernement amorce la construction de la ville nouvelle de Tama. On commence à détruire fermes et forêts. Leur habitat devenu trop étroit, les tanukis jadis prospères et pacifistes se font la guerre, l'enjeu étant de conserver son bout de territoire. Efforts dérisoires car la forêt continue de disparaître...
Les humains, avec qui ils ont appris à cohabiter, font preuve d'un expansionnisme inexpliqué. Les chefs de clans coordonnent la riposte. Un plan est établi sur cinq ans : le temps pour les animaux d'étudier les humains et de réveiller leur pouvoir de transformation. Il va falloir tenter d'effrayer les humains en évoquant peurs et superstitions. Les solutions les plus farfelues sont expérimentées...

Je n'ai pas encore été le voir mais je pense y aller cette semaine, sans tarder.













Un petit rappel de la filmographie de Isao Takahata:
Vous souvenez vous tous de son premier film connu en France qui fût une véritable révélation? Ces deux jeunes enfants qui tentent de survivre lors de la seconde guerre mondiale entre le Japon et les états unis? 

résumé (www.buta-connection.net/films/hotaru.php) : 
Japon, été 1945. Après le bombardement de Kobe, Seita, un adolescent de quatorze ans et sa petite soeur de quatre ans, Setsuko, deviennent orphelins et vont s'installer chez leur tante. Celle-ci leur fait comprendre qu'ils sont une gêne pour la famille et doivent mériter leur riz quotidien. Seita décide alors de partir avec sa petite soeur. Ils se réfugient dans un bunker désaffecté en pleine campagne et vivent des jours heureux illuminés par la présence de milliers de lucioles. Mais bientôt la nourriture commence cruellement à manquer.

Je me souviens avoir découvert ce film au début grâce à Canal+ et ses spéciales mangas le samedi. Puis quelques années plus tard, je l'ai redécouvert sur France5 et l'émotion n'en était que plus forte encore. Un film qu'il faut avoir vu même si l'on n'est pas forcément fan des films d'animations japonais.













Vous souvenez vous également du superbe film de myasaki : le château dans le ciel ? Ce film a été produit par  Isao Takahata.
Ce film m'avait un peu fait penser à "Nadia et le secret de l'eau bleue" avec son collier contenant une pierre bleue lumiseuse lorsqu'elle approche de son monde d'origine. Et puis en fin de compte, malgré de grosses ressemblances, le film fait une bifurcation avec la découverte du château sur son nuage. Un film et un conte très joli.

Tous ces films sont distribués par les studios "Ghibli" qui propose également : "Le royaume des chats", "le voyage de Chihiro" ( cette petite fille qui cherche à retrouver ses parents dans un immense centre de détente pour personnes peu humaines, elle y croise de drôles de créatures, toutes plus fantasques les unes que les autres.).  Le très célèbre "Princesse Mononoké" est également une production des studios "Ghibli". C'est le premier film vraiment connu de Myasaki en France et ce fut un énorme succès. Les débuts d'une longue carrière française pour ce très bon réalisateur.
Résumé ( www.buta-connection.net/films/mononoke.php):
Mononoke Hime (Princesse Mononoke) est un récit épique et bouleversant se déroulant au Japon de l'ère Muromashi (XVème siècle). Il nous conte l'histoire du jeune Prince Ashitaka qui, frappé d'une malédiction mortelle, doit quitter son village dans l'espoir de trouver une réponse à son mal. Dans sa quête Ashitaka sera témoin d'un conflit et s'impliquera dans la guerre cruelle que se livrent les humains et les dieux de la forêt.

Ce conflit entre nature et civilisation est symbolisé par la lutte sans merci opposant San, jeune fille élevée par les loups, à Dame Eboshi, chef du clan des forgerons et responsable de la destruction de la forêt. Ashitaka s'efforcera de concilier les intérêts de chacun. En vain... La guerre sera menée à son terme et le monde s'en trouvera à jamais changé.












On se souvient également de "Mon voisin Totoro" réalisé par Miyasaki.  Ce gros nounours  visible simplement par les jeunes enfants suffisamment innocents pour croire à l'existance de leur gros doudou présents dans les contes que leurs parents leur raconte le soir avant de s'endormir.
Mei va rencontrer cet esprit de légende protecteur de la forêt à côté de laquelle elle vient d'emménager avec son père et sa soeur. Elle donne alors à cet esprit le nom de Totoro.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 19 Janvier 2006

Dans une petite ville du New Jersey, un drame se produit. Alors qu'elle rentrait d'une scéance de cinéma, Nina retrouve le corps de sa mère poignardée, dans le salon sans lumière, et son père penché sur celui-ci. Il est accusé du meurtre de sa femme et malgré qu'il clame son innocence, il passe 15 ans en prison. Cependant, Nina, contrairement à ses deux frères, va croire en l'innocence de son père. A sa sortie de prison, Duncan n'aura qu'une idée en tête : Reprendre l'enquête à zéro et prouver qu'il n'est pas coupable. Mais, il n'est pas bon de remuer les anciennes histoires et Duncan est assassiné. Les interrogations ressurgissent pour Nina : Qui a tué son père? Qui a tué sa mère et pourquoi?
L'intrigue est très bien ficelée. La lecture rapide et fluide. On lit le livre comme si on regardait un film et les pages volent tant on est pressé de connaître le fin mot de l'histoire. Qui a donc tué les parents de Nina? Toutes les hypothèses sont passées au crible mais aucune n'est vraiment satisfaisante. Et enfin, on a la solution et on reste épaté par la chute du livre. J'avoues que je ne m'y attendais absolument pas.

Un peu plus sur Patricia MacDonald? J'ai un mal fou à trouver des informations sur cette auteur. Je ne trouve pas son site officiel, ni de sites non officiels, rien.

J'ai cependant trouvé un article de  Michel Grisolia :

Patricia MacDonald partage avec Mary Higgins Clark, autre reine de la collection Spécial suspense, les premières places au box-office. Si Clark a la plume BCBG, MacDonald met plus volontiers les mains dans le cambouis social. Son thème d'élection: les enfants, de préférence pris dans la tourmente sentimentale traversée par leurs parents. Rancœurs, questions d'argent, violences conjugales: d'Un étranger dans la maison à Expiation et Personnes disparues, aucun stress, aucune crise, aucun drame ne semble devoir épargner les chères têtes blondes. Enfants désirés ou non, choyés ou martyrisés, la romancière sait se mettre à leur écoute et parle bien d'eux, sans négliger son intrigue, plus riche, c'est la loi du genre, en rebondissements abrupts qu'en subtilités psychologiques.

MacDonald a du punch et de l'habileté, elle ignore le pastel, la pruderie, le bon goût. On croit à son Amérique profonde et puritaine, aussi peu intellectuelle que possible, avec ses ranchs, ses mobil-homes et sa misogynie, ses auberges faussement françaises, ses bourgades de Pennsylvanie repliées sur elles-mêmes où enquêteurs, meurtriers et victimes grandissent si souvent ensemble.

Une petite biographie de Patricia MacDonald issu de www.ratsdebiblio.net :
Après une enfance passée à Greenwich (Connecticut), Patricia MacDonald poursuit des études au Collège d'Upsala, puis à l'Université de Boston où elle obtient un doctorat de journalisme. Elle commence à écrire dans différents journaux: un hebdomadaire gréco-américain, un journal médical et plusieurs magazines féminins. Elle est mariée à un écrivain, Art Bourgeau, qui est aussi un libraire spécialisé dans les romans à suspense. Ils vivent à Philadelphie.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 18 Janvier 2006

Extrait du site de Pierre Bellemare :
Les enfants incarnent la naïveté, la fragilité, l'innocence. Si bien que, lorsque l'un d'eux se rend coupable d'un crime de sang, nous sommes incrédules et saisis d'un vertige terrifiant : qu'adviendrait-il si nous étions les parents de ce jeune criminel ? II arrive pourtant que des gosses, qui pourraient appartenir à notre entourage, basculent dans l'horreur sans raison apparente. II est alors trop tard. Évidemment, ces actes de violence extrême sont rares et s'expliquent par la négligence, les mauvais traitements ou le manque d'amour. C'est pourquoi Pierre Bellemare et Jean-François Nahmias ont voulu écrire sur cette question délicate plus qu'un simple recueil de faits divers. Relatant, à travers deux grands chapitres (l'un pour les moins de 12 ans, l'autre pour les 13-16 ans), des cas aussi divers que ceux de Mary Bell, deux fois meurtrière à 11 ans, de Jean Grenier, la "Bête du Bordelais" qui a terrorisé la région en l'an de grâce 1600, ou des "Tigresses de New-York", une bande d'adolescentes ultra-violentes, L'enfant criminel est autant un document saisissant qu'un cri d'alarme lancé à un moment où la violence ne cesse de croître, non seulement à l'étranger, mais aussi chez nous, en France.
En nous livrant ces histoires bouleversantes qui plongent au coeur même de la détresse humaine, les auteurs n'ont pas cherché à dresser un tableau alarmiste d'une société en perdition. Ils espèrent au contraire éveiller notre conscience vis-à-vis d'une délinquance juvénile parfois motivée par la vengeance, la jalousie, la méchanceté ou conditionnée par la télévision, face à laquelle la justice est impuissante, et qui est l'affaire de chacun de nous.


Toujours dans la style Pierre Bellemare, les histoires sont époustouflantes et effrayantes. Comment des enfants dans l'âge de l'innocence peuvent faire ressortir une pareille violence? On mêle incompréhension en raison de l'âge, horreur par les actes, fureur par le comportement.
Un livre qui se lit très bien, très vite. Une écriture très fluide, des mots toujours très bien choisis, des histoires toujours très prenantes.

A tenter également les audios de Pierre Bellemare. Je pense en essayer un très rapidement. Il a une voix faîte pour raconter des histoires. A l'époque où je l'entendais, je crois que c'était le samedi matin sur Europe1 un peu avant midi. Et ses histoires me mettaient toujours en retard dans mes épluchages de légumes. Donc je suis particulièrement tentée d'essayer ses audios.

Lien vers le site de Pierre Bellemare : www.pierre-bellemare.com/
Lien vers le catalogue audio :  franceloisirs.fr/catalogue/produit.jsp?docRef=155749

 

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 18 Janvier 2006

Résumé du site de Pierre Bellemare :

Le destin se montre parfois d'une extraordinaire cruauté. Mais plus extraordinaires encore sont les facultés humaines de triompher des coups du sort, même les plus terribles.
Les soixante personnes dont Pierre Bellemare a sélectionné les récits sont bien placées pour en témoigner. Toutes ont vécu, au péril de leur vie ou de celle de leurs proches, des événements dramatiques au cours de journées d'enfer qui auraient pu très mal se terminer. Certaines se sont montrées exemplaires par leur courage. D'autres ont fait preuve d'un admirable sens du sacrifice ou d'une volonté incroyable. Mais toutes, sans exception, ont découvert en elles des ressources qu'elles ne soupçonnaient pas. Ainsi, cet infirmier qui, seul en pleine montagne, a trouvé la force inouïe de s'amputer lui-même, alors que sa jambe était prise sous un rocher. Et ce policier qui, par sa présence d'esprit, a sauvé un homm e rendu muet par une attaque cérébrale en communiquant avec lui grâce au morse, ou cet enfant qui a survécu après être resté plongé dans l'eau glacée pendant plus d'une demi-heure... Des expériences inimaginables comme le sont toutes les autres histoires d'enlèvements, de prises d'otage, d'avions en perdition ou d'agressions dont les victimes apportent ici leurs témoignages authentiques.
Autant d'histoires qui montrent que, face aux épreuves en apparence insurmontables, nous pouvons puiser au fond de nous-mêmes des forces insoupçonnées pour aller au-delà de ce qu'on croirait possible.

Le livre se lit très très vite en raison des multitudes d'histoires courtes, passionnantes, effrayantes et bien narrées. Pierre Bellemare sait choisir ses mots pour nous tenir en haleine. Les histoires sont toutes plus effrayantes les unes que les autres : L'histoire de ce couple qui part en vacances en Italie et qui tombe en panne près d'un bois dans lequel s'est réfugié un psychopate. Ou cet homme qui s'est retrouvé coincé sous une grosse pierre alors qu'il était parti pour une journée de pêche. Un livre passionnant, parfois un peu "trash" mais épatant.

http://www.pierre-bellemare.com/

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 13 Janvier 2006

On retrouve sheila de "l'enfant qui ne pleurait pas" adolescente. 
Sheila ne se souvient plus vraiment des scéances avec Torey et sa vie ne s'est pas vraiment améliorée.

Le site officiel de Torey Hayden :  www.torey-hayden.com/french/

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 13 Janvier 2006

Résumé (extrait de www.biblioweb.org) :  Sheila, six ans, a enlevé un bébé, l’a ligoté à un arbre et a mis le feu. C’est elle que Torey voit apparaître dans sa classe d’enfants inadaptés. La police ne peut plus rien et l’hôpital psychiatrique l’a rejetée. Alors commence une lente approche entre la jeune pédagogue et l’enfant sauvage qui dit toujours non et ne pleure jamais. Des gestes, des mots, des jeux... et Sheila se révèle sensible, intelligente. Chaque soir, hélas ! elle retrouve son taudis, son père irresponsable et violent.
Premier livre de Torey Hayden, ma première lecture de cet auteur aussi. C'est ce livre qui m'a fait entrer dans l'univers de Torey. Des enfants difficiles mais attachants.
L'écriture est très facile et la lecture très prenante.

On retrouvera Sheila devenue adolescente dans la fille du tigre.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0