Publié le 29 Octobre 2013

La griffe et la sang – François Larzem

Mina et sa mère sont tziganes. A la mort de son père, Dovrek, mère et fille prennent la route jusqu’en Transylvanie où Dvorek songeait à les amener. Elles font halte dans la vallée des Carpates où elles sont tolérées grâce à l’intervention d’un berger. Déjà au 18è siècle, les manouches sont vus d’un mauvais œil. Sorciers, voleurs d’enfants, on ne leur épargne aucune insulte, aucun sévice ni aucune humiliation comme la cape rouge que les villageois vont forcer Mina et sa mère à porter. La vie s’écoule cependant paisiblement malgré les tensions jusqu’aux premiers massacres. Pour Viorel, un mercenaire, il s’agit de l’œuvre de pillards ottomans. Sa présence est requise pour protéger le village. Il se rapproche de Mina et de sa mère afin de leur assurer également sa protection. Mais qui peut protéger Mina de ses rêves et de Vlad le seigneur sanguinaire à l’armure écarlate.

C’est mon premier livre de la collection Pandore des éditions Pré aux Clercs et je continuerai avec cette collection. Entre fantasy, romance, action, ce livre se destine à des ados à partir de 12 ans mais se laisse aussi parfaitement lire par un adulte. J’ai apprécié le personnage de Mina, elle m’est sympathique. Jeune, mature malgré une certaine naiveté, elle est forte et indépendante. J’ai peu accroché aux personnages de Viorel et de la mère de Mina que j’ai trouvé peu développés, peu mis en avant et qui auraient mérité d’être plus exploités, surtout le secret de Viorel qui aurait du avoir une plus forte utilité. Mais à part ça j’ai aimé ce voyage en Transylvanie à bord de la roulotte. C’est bien décrit, c’est bien écrit. Il y a le suspens, ce qu’il faut en action et violence, la romance et le côté fantasy que j’aurai aimé voir plus développé. J’ai trouvé le final un peu court à mon goût ou est ce que la révélation se fait trop tardivement même si très prévisible. Justement c’était si prévisible qu’il y avait moyen de dévoiler plus tôt que ça et de développer davantage les réactions de Mina puis d’étoffer l’action. Mais c’est une histoire malgré tout prenante dont on a envie de connaitre le dénouement. J’ai eu l’impression de voyager dans leur roulotte près du lac dans la vallée, apercevant la silhouette du berger et ses moutons, sentant la présence des loups à proximité. C’est sombre et on est entrainé dans cette atmosphère.

Un dernier point est l’introduction et l’adaptation très libre de contes pour enfants dans le récit. J’avoue que ça m’a sacrément déstabilisé. J’ai été suffisamment perturbée pour reprendre ma place de lectrice et non plus spectatrice. Ces clins d’œil n’ont pas vraiment leur place dans l’histoire mais bon ce n’est pas désagréable juste un peu délirant. C’est osé. Pourquoi pas ?

En bref, une bonne lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 28 Octobre 2013

On vient de changer d'heure, le temps semble avoir finalement décidé de tourner à la tempête, au gris, à la pluie et bientôt au froid je suppose.

Il ne faut pas se laisser abattre!

Je compose pour la dixième fois de la journée mon téléphone fixe pour vérifier si le courant est revenu, RAS toujours messagerie d'office. Ca pue pour le repas chaud ce soir.

On garde le sourire? Pour cela, je vous propose deux livres "j'ai lu humour" :

Mes parents font des sms

Ferme-la! mon chéri

Vous me laissez un commentaire si ces livres vous tentent. Je vous laisse jusqu'au 12 Novembre pour vous inscrire et le 13 je contacte l'heureux gagnant pour lui demander son adresse postal. N'oubliez pas de me laisser votre adresse dans le formulaire de commentaires.

d'ici là Have fun!!

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 28 Octobre 2013

Ferme-la ! mon chéri – Marcel Doltot

L’introduction m’a fait rire, ça démarrait super bien. Il n’est pas question de remettre en question l’amour que l’on porte à nos chérubins mais chaque parent a un jour eu l’envie de l’expédier à l’autre bout de la terre. « Car ces adorables têtes blondes ou brunes se révèlent régulièrement de sales petits cafards exaspérants morveux doublés d’épouvantables punaises sadiques […]» « Bien d’autres ont eu envie d’écraser la tête de leur lardon dans l’assiette de purée à la 17è question sur ladite purée. », ou bien le yaourt sur la tête après nous l’avoir réclamé et puis finalement nous dire qu’ils n’en veulent plus une fois l’opercule enlevée.

Malheureusement le livre n’a pas été à la hauteur de mes attentes. La suite a été plutôt décevante. Les réponses aux questions dont nous assommes nos chérubins ne m’ont pas fait rire. J’aurai aimé moins de cynismes, moins d’humour déplacé, je n’ai pas adhéré aux blagues. Ya moyen de se moquer de nos marmots de manière plus mignonne. Les questions à la con qu’ils nous posent, ça ne manque pas. Du coup, les réponses nulles, ça ne devraient pas manquer non plus.

Les questions qui tuent et auxquelles on a tous essayé de répondre :

  • Pourquoi le ciel est bleu ?
  • Pourquoi il y a des nuages ? Pourquoi il pleut ? C’est quoi la neige ?
  • Pourquoi les garçons ont un zizi ? Pourquoi les filles n’en ont pas ?
  • Qui c’est le monsieur ?
  • Pourquoi la voiture est rouge ?
  • Pourquoi on meurt ? On va où quand on meurt ? ( Maja : Hier à un atelier dessin, ma fille a sorti à une jeune fille : « le grand père de mon papa il est mort ». J’ai eu pitié de la jeune fille ;))
  • Quand tu vas mourir ? Et moi ? Et mon petit frère ? Et papa ?
  • Comment on fait les bébés ?
  • Comment ils sortent du ventre de la maman ?

Leurs nombreux dessins qu’il faut tenter de reconnaitre et gare à vous si vous ne reconnaissez pas la tante Berthe devant sa maison.

Le passage sur les courses est succulent : Je veux ça et ça et puis ça et … Je veux monter dans le chariot, je veux descendre.

En voiture : Quand est ce qu’on arrive ? J’ai envie de faire pipi. J’ai mal au ventre, je me sens pas bien.

A table : Je veux aller à ta place. Je veux ton assiette, tes couverts.

En public :

Ca c’est mon vécu : - Pourquoi le monsieur il n’a pas l’air content ? (et ça justement devant le monsieur en question qui tirait encore plus la gueule après)

  • Regarde papa, c’est bob (Marley) (Hey il y a pire comme comparaison non ?)

Le passage sur l’adolescence m’a bien fait rire par contre.

L’auteur a cependant oublié de se moquer des échanges fraternels :

  • Mais X, Arrêêêêêêtteeeeeee
  • Va t’en X
  • MAMANNNNNNN ya X qui m’embêêêêêête
  • Moi : Et moiiiiiiiii j’ai un mouton qui bêêêêêêêêêêle

J’aime la conclusion du livre :

(Nos enfants) « auront des enfants à leur tour : ils comprendront enfin leur douleur et là vous serez vengé ! »

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 24 Octobre 2013

Marie Betherat – Les poils

J’ai découvert Marie Bertherat avec la fille au pinceau d’or, un roman jeunesse dont j’avais apprécié la lecture. Ce livre touche à nouveau le domaine de la peinture mais est destiné à un public plus jeune à des fins pédagogiques pour faire découvrir l’art de manière distrayante. Les œuvres touchent le sujet des poils. Elles ont le point commun de mettre le poil en avant sous forme de barbe, fourrure, cheveux.

Chaque présentation est composée de quatre pages : Le nom de l’artiste dates, une œuvre, une histoire/conversation d’Arty Show l’artichaut qui arrive à expliquer, décrire le tableau d’une façon détournée, distrayante, sans ton scolaire. C’est sympathique, drôle et ça amène l’enfant à détailler l’œuvre sans en avoir l’air. Un reproche que je ferai ; le tableau n’est pas sur la même page que le récit d’Arty Show. Les enfants oublient vite (sauf ce que l’on aimeraient qu’ils ne retiennent pas). Une fois tourné la page, ils n’ont pas souvenir de ce qu’ils viennent de voir, on se retrouve à faire un va et vient entre l’œuvre et le récit d’Arty show ce qui entraine un manque de fluidité. En lisant Arty Show, l’enfant demande « pourquoi il dit ça ? ». On tourne la page et on regarde le tableau. Avoir les deux sur la même page aurait vraiment amener une lecture bien différente, plus interactive, l’enfant participe mieux. Puis pour finir, on a une courte présentation de l’auteur.

L’idée de ce livre est très bonne. Un petit personnage rigolo nous amène à observer une œuvre. C’est ludique. Le montage des informations est inadaptée, maladroite. Le sujet est osé : Les poils. Pas très ragoutant au premier abord mais la majorité des toiles est plutôt bien choisie.

La joconde aux moustaches : La plupart des enfants connaisse la joconde. C’est amusant de la découvrir avec une barbe. Par contre, c’est une œuvre au titre à double sens plutôt savoureux et qui ne peut être capté par un enfant. C'est pourtant le plus drôle dans cette oeuvre.

Le déjeuner en fourrure interpelle. « Beurk je ne boirai pas là dedans »

Le chat blanc « On dirait du grabouillage et regarde ça ressemble à une araignée. C’est un enfant comme moi qui l’a dessiné ? »

La dompteuse et le lion « pourquoi elle est toute nue la dame ? » « Je n’en sais rien(j’avoue que ce tableau je n’ai pas trop aimé) » « Ils sont où ses vêtements ? Peut être que le lion les a mangé »

Le pan de nuit comme Lady Lilith j’aime beaucoup car la couleur des cheveux me fascine et lady lilith est d’une beauté hypnotique.

Picasso personnellement je n’adhère pas mais comment l’exclure d’une découverte de l’art, c’est inenvisageable.

Liotard je n’aime pas non plus, il me fout la frousse. « Regarde maman, on dirait Raspoutine ». C’est bien ce que je dis, il fout la frousse ;)

Antonietta Gonsalvus « Oh le chat potté » (hum pauvre petite fille :()

Samson et Dalila « Qu’est ce qu’elle fait la dame ? » « Je ne sais pas, on va voir ce que dit Arthy Show »

En tout cas ce fut un bon moment et on a fait de belles découvertes avec Arty Show.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 14 Octobre 2013

Le roman d'Ernest et Célestine - Daniel Pennac

Ernest est un ours, Célestine une souris. Les ours vivent dans le monde d’en haut, les souris dans celui d’en bas. Ils ne se croisent pas, ce sont deux univers opposés. Ernest et Célestine vont les faire se rejoindre et ce n’est pas du goût de leurs communautés respectives.

On commence la lecture par une présentation plutôt comique des personnages par eux même. Puis démarre l’histoire improbable mais charmante de la rencontre et l’amitié entre une petite souris et un gros ours. L’auteur nous raconte la rencontre d’Ernest et Célestine. Nos deux protagonistes sont également présents et prennent la liberté d’intervenir pour rectifier, apporter des précision et mettre leur grain de sel. Le lecteur intervient également afin d’orienter le récit. J’aime bien cette atmosphère intime entre l’auteur, Ernest, Célestine et nous, lecteurs. On nous intègre au récit, on se sent un peu comme tous réunis dans un espace douillet écoutant fascinés l’histoire d’Ernest et Célestine. J’avais voulu découvrir ce livre car ma fille était allée voir le film à Noël dernier et comme toujours il est très difficile d’en tirer un quelconque résumé ou appréciation, « je ne sais plus », « j’ai pas envie de parler » et moi je voulais savoir ce qu’elle avait vu. L’histoire est charmante, drôle, les personnages sont sympathiques, c’est mignon et le final est parfait. Une grande leçon de tolérance qui devrait être inculquée aux petits comme aux grands.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 11 Octobre 2013

Le calendrier des fées 2014 - Sandrine Gestin

Déjà octobre, la fin de l’année approche. Dans moins de deux mois au revoir 2013, bonjour 2014. On commence à avoir des rendez vous à noter pour 2014. Ben oui le moindre spécialiste c’est pour minimum 3 mois après la prise de rendez vous ;). Il est donc temps de se munir d’un calendrier 2014 ! Je craque pour le calendrier des fées de Sandrine Gestin. L’année dernière j’avais pris l’agenda des fées pour ma sœur, je regrettais presque de le lui avoir offert. Cette année le super calendrier il est pour moi :D. J’adore les fées, les lutins, les korrigans. On ne peut pas vivre en Bretagne et surtout près de la vallée des traouieros sans une pensée pour ces créatures qui peupleraient cette vallée. Je trouve ces personnages fascinants et magnifiques. Le calendrier ne me déçoit pas, les illustrations sont superbes !

Jugez en par vous-même :)

Le calendrier des fées 2014 - Sandrine Gestin
Le calendrier des fées 2014 - Sandrine Gestin

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 8 Octobre 2013

L’appel de l’ange – Guillaume Musso

Aéroport JFK à New York, Jonathan vient récupérer son fils pour les vacances de Noël. Maddie rentre en France après une escapade avec son fiancé. Ils se percutent, échangent leurs portables au ramassant leurs affaires. Chacun d’eux est abimé par des évènements qui ont bouleversé leur vie. Leur smartphone contienne leurs blessures. Et si le destin n’avait pas œuvré par hasard ?

Madeline est fleuriste à Paris, c’est une ex flic, tourmentée par l’affaire Alice Dixon, cette jeune fille assassinée par le boucher. Jonathan était l’impérator, génie de la gastronomie à New York. Il a tout perdu suite à la trahison de sa femme. Un secret relie ces deux êtres qui n’auraient jamais du se croiser. Cette rencontre est un danger. Et si finalement cette bousculade allait sauver des vies ?

J’ai bien aimé le côté « rencontre de deux personnes qui devaient se trouver ». Elles avaient une tâche à accomplir ensemble, sauver Alice. J’ai trouvé intéressant l’échange des téléphones, les échanges entre eux deux, l’intéraction avec les contacts de l’un et de l’autre et la connaissance que chacun acquiert de l’autre. On en apprend tellement d’une personne par ses mails. J’ai aimé leur entraide pour venir à bout de ce qui les hantent et trouver la vérité. Et j’ai beaucoup apprécié le final. Je savais bien que ces fameux oréo et le lait fraise auraient toute son importance.

Je n’ai pas aimé le caractère de Madeline, comme elle est désagréable. Elle est tout le temps en train d’envoyer bouler son stagiaire. Je n’ai pas trouvé d’intérêt dans l’histoire d’amour entre Madeline et Jonathan. Je me serai parfaitement contentée d’une très bonne amitié. Madeline était établie et Jonathan découvre la vérité sur la « trahison » de sa femme. Il y avait largement moyen de garder les couples respectifs. Un autre point négatif est justement la raison de la fameuse trahison de Mme l’empereur. J’avais déjà eu le même soucis à la lecture de « 7 ans après », des crimes mais on s’en fiche, c’est pour la bonne cause et puis c’est accidentel donc ce n’est pas grave. Comme dans « 7 ans après », la cartel de la drogue a également sa place. Ca débarque comme un cheveu sur la soupe alors que finalement toute l’action vient de ce fameux cartel.

En bref le plus : La découverte de l’autre par son smartphone. Montre moi ton phone, je te dirai qui tu es

Le moins : crime, drogue, histoire d’amour.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0