saga

Publié le 11 Juin 2006

Robin, Teal et Phoebé sont arrivées à l'école de la dernière chance. Et quelle école ! Elle est perdue en plein désert au carrefour de nulle part. Et peut-on réellement appeler çà une école, une institution où les élèves dorment dnas les lits en bois installés dans la grange à paille? Celles-ci doivent s'acquitter de leurs corvées au ranch pour gagner leur nourriture. Le principe ici : Obéir pour éviter les ennuis et pour ne pas être forcée d'aller dans la "chambre à glace", l'ultime punition. Et qu'est ce que cette fameuse chambre d'où les pensionnaires ressortent pétrifiées? Une "école" aux manières radicales qu'il vaut mieux fuir pour raison de santé mentale et physique.
Un deuxième tome que j'ai adoré. Je suis restée en haleine tout du long me posant énormément de questions sur les méthodes de la psy du ranch, sur les pensionnaires et sur l'avenir de nos héroïnes. Je ne sais pas si un 3è tome doit suivre, je ne pense pas car celui-ci semble conclure l'histoire de Robin, Teal et Phoebé.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost0

Publié le 28 Avril 2006

On retrouve notre cadre du premier tome (Blajan et les routes) et nos personnages (Natalène, Tristan, Contorose ...).
Dans ce tome, j'ai trouvé que bien plus de choses se produisaient au début du livre. Surement dû au fait qu'on a laissé nos personnages dans une certaine situation à la fin du tome 1 et que l'on reprend l'histoire où elle s'était arrêtée dans le tome 2.
De plus, on apprend énormément de choses dans "Tristan". Le pourquoi de l'enlèvement de Natalène précédemment, l'explication du titre "orfenor".
Au niveau des personnages, Natalène est enceinte. Cependant, son comportement est différent. Elle est parfois prise de crises de démance ou d'égarements, devenant très violente. On dirait une véritable furie parfois. Tristan, lui perd les pédales également et "tabasse" natalène qui s'en va vivre avec les "yémaches", peuple manouche originaire du Nord. A la suite de cet évènement, Tristan tombe quelque peu dans la folie puis la déprime. Là, on se dit que c'est un véritable chantier et on se demande comment nos deux personnages principaux vont s'en sortir et tout simplement vont-ils s'en sortir? Et en fait, la solution sera pour eux deux que Tristan suive Natalène une partie de l'année sur les routes. Toutefois, malgré la réaction de Tristan lors de son "craquage", on en vient à être compréhensif et on trouve que c'est parce que Natalène dépasse les bornes. Il y a ce moment, une confusion des sentiments. C'est agréable de lire un livre qui nous amène à cet confusion. Je trouve impardonnable ce qu'a fait Tristan et pourtant je lui trouve des excuses car il reste tout de même mon préféré. J'en veux presque à l'auteur de m'amener à excuser la violence de Tristan envers Natalène ;-).
Dans ce tome, nous en savons également plus sur "le cercle noir". Endroit qui englobe voyeurisme, sadomasochisme... Ajouté à celà cet insupportable libertinage de la part de Natalène et Tristan, cette partie m'a gonflé. Je n'ai pas du tout aimé ce côté libertinage où tout le monde couche avec tout le monde. Dans le premier tome, nous avions déjà cet aspect mais à ce moment là c'étaient des adolescents, çà pouvait se comprendre. Mais à présent, ils sont adultes avec des responsabilités, j'ai trouvé agaçant ce "cercle de coucherie".
J'ai donc ici eu un problème avec le libertinage. Malaise dissipé avec l'explication de la mentalité "yémache". Rien n'appartient à personne, encore moins une personne à une autre.
Au niveau des caractères, ceux-ci évoluent, parfois d'une façon agréable (Phillipe et sophie), d'une façon étrange et manouche( Tristan), d'une façon ouverte et compréhensive (Contorose, les tantes). On perd certains personnages dans la tristesse (contorose, Natalène), on en gagne d'autres parfois pas toujours apprécié (Isabelle).
J'ai aimé le côté voyage sur les routes à la façon "yémache", en roulotte avec les "orfenors" ou "ceux des pianos". Le voyage, le concept, la mentalité sont appréciables et donneraient presque envie de tenter l'expérience. on aimerait faire comme Tristan et quitter notre petit confort quotidien pour parcourir les routes en roulotte, dans l'accumulation de crasse, le mépris, l'incompréhension mais dans le bien être, la simplicité et la liberté. On aimerait mais de là à vouloir et pouvoir supporter sans rechigner, c'est autre chose.
J'aime particulièrement la fin après avoir eu quelques inquiétudes à propos de tristan.
En bref, un livre qui m'a agacé à certains niveaux puis que l'on comprend un peu par la suite. Un livre qui nous entraine sur les route à la façon "yémache". La description est belle même dans ses côtés les plus sombres.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost0

Publié le 5 Avril 2006

Le livre débute sur le tableau d'une famille.  Tristan est le fils d'Agnès, fille de Contorose. Natalène, fille d'Anne, soeur jumelle d'Agnès et d'un forain, le copte qui revient chercher sa fille à Blajan pour quelques mois, une fois dans l'année. Phillippe, Xavier, Marion et Chantal, enfants de Marie et Alban, fils de Blanche, soeur de Contorose. Anne est morte et Agnès s'est enfuie avec Alban. Contorose lui, gère sa petite tribu du mieux qu'il peut. Les personnages, le décor et la situation sont plantés. L'histoire va ainsi se tisser autour de ces personnages.

Natalène est celle qui ressèle le plus de secrets : ses bandages, ses marques, sa peur. Au fur et à mesure de la narration, le copte la garde de plus en plus longtemps avec lui dans les camps. Le reste du temps, elle vit à Blajan. Mais chacun des retours devient de plus en plus chaotique, Natalène change physiquement et mentalement. Une angoisse est ancrée en elle, qu'il faut exorciser à chacun de ses retours. Ses départs en deviennent alors de plus en plus pénibles également.

Le début du récit est assez chaud et je l'ai trouvé vraiment très fleur bleue mais l'histoire prend forme lorsque Natalène a 15 ans et qu'elle revient du séjour de son père complètement changée. On commence à en apprendre davantage sur elle, ses blessures. C'en devient une désolation. On aurait envie de la prendre dans nos bras en lui répétant :"Ma pauvre petite." Mais Natalène est plus forte que çà, elle ne se laisse pas appitoyer sur son sort ainsi, est ce la bonne solution? Ne faut-il pas parfois se laisser bercer, se laisser consoler? En tout cas, elle est forte, elle a du caractère, elle est adorable mais on a mal pour elle et on se dit à nous même parfois : "Craque, mais craque, tu verras, çà fait du bien".

L'histoire met en scène de nombreux personnages et il n'est pas forcément évident de se souvenir qui est qui, mais une fois pris dans le tourbillon, çà coule tout seul. Nous sommes presque des voyeurs de ces scènes familiales ou plutôt un ami de longue date qui suit les aventures des Blajan de près. Ce qui est appréciable dans ce livre est la multiplicité des caractères. Il y a une grande diversité de profils dans les personnages, ce qui nous aide beaucoup à mettre chacun à sa place. Je n'avais jamais lu un livre décrivant des caractères si différents. Entre un sadomaso (Phillippe), une timide cachant bien ses sentiments (Marion), un garçon calme, posé mais pourtant passionné (Tristan), le mentor (Contorose), les saintes nitouches (les tantes), les dépravés (Sophie, Caroline), le faible (Xavier), la reconvertie (Chantal). Mais le caractère le plus complexe reste celui de Natalène. Elle a une double facette, à Blajan c'est Natou, en bohémienne c'est Vanina. Elle est intelligente, gaie d'un côté, sale, sauvageonne et manouche de l'autre. J'ai souvent eu du mal à comprendre son attirance ou attraction pour son clan de manouche mais c'est une partie d'elle.

Tristan reste tout de même mon préféré. Il est totalement dévoué à Natalène, toujours prêt à la prendre en charge, l'aider, la laisser souffler. Tristan me semble parfois comme sortant d'un rêve, l'homme attentif, calme, gaie, gentil, drôle que l'on aurait toute aimé rencontrer.

Côté structure du livre, la narration n'est pas traditionnelle. Parfois, l'auteur nous présente les situations ou personnages en nous disant ce qui va leur arriver dans leur futur. On se dit que ce n'est pas juste, çà nous coupe le suspense et en fait, quelques pages plus tard, le contraire se passe. Ce qui arrive cloche avec ce qui a été dit précédemment. On se demande alors ce qui a pu arriver à nos personnages pour avoir le futur qui nous a été dévoilé. Au fur et à mesure, les pièces du puzzle se mettent en place mais plus on avance et plus le puzzle s'étend. Une pièce en plus amène une histoire encore plus riche et dense.

Ainsi va la narration de l'histoire de Tristan et Natalène entre départs et retours de celle-ci et à savoir dans quelle état il l'a retrouvera.
De plus, les révélations faîtes sur certains personnages ont amené un tel suspense qu'il m'était indispensable de commencer immédiatement le tome 2 de la série Orfenor. A bientôt donc pour la suite.

Pour en savoir plus sur Myrielle Marc : ici

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost0

Publié le 12 Mars 2006

Le livre se compose de trois parties. Tout d'abord, Robin, adolescente kleptomane dont la mère rêve de devenir chanteuse de country. Pour réaliser ce rêve, Robin et sa mère déménagent à Nashville, l'Hollywood de la country music. Des milliers de candidates talentueuses espèrent elles aussi réussir et connaître la gloire. Ce qui aurait du changer leur vie va tourner à la désillusion pour Robin.
Dans une deuxième partie, Teal est issue d'une famille riche. Elle est le résultat d'un oubli de prise de précautions et ses parents ne lui cachent pas qu'elle est non désirée. Elle joue à la rebelle qui exaspère les professeurs et qui aime provoquer son entourage. Elle est mal aimée par sa famille, ce qui la pousse à agir ainsi. Cependant, le récit de cette souffrance est très mal raconté et on a du mal à comprendre son sort.On se dit: " pauvre petite fille riche qui a tout sauf l'amour de ses parents..." Les sentiments ne sont absolument pas développés, on ne comprend à la lecture de son histoire pourquoi le fait d'être ainsi rejetée la mène à agir si mal. Et pourtant, à cet âge, une fille a tellement besoin que ses parents soient fiers d'elle, si elle n'a pas çà, pour qui travaillerait-elle? Pour elle? Lorsque l'on est adolescente, on ne la comprend pas. Et ce côté d'abandon est très mal développé, c'est bien dommage.
La dernière partie évoque la vie de Phoebé. Le jour où sa mère quitte le foyer familial, son père faible et lâche, la dépose comme un paquet chez sa tante. On nous sort la rengaine que la nouvelle génération est mal élevée, trop gâtée ect... Oui c'est vrai, mais au bout de la troisième fois dans le livre, çà devient lourd.
A côté de çà, Phoebé, qui vient des quartiers difficiles, va se faire avoir par un groupe de jeunes mâles en rutes et de poufs langues de vipère. Sa naïveté n'est pas du tout crédible.

en bref, trois histoires qui nous font vaguement penser aux "fleurs sauvages" en particulier. Ces trois filles se font passer pour des naïves, faciles et assez cruches sur les bords, c'est peu sympathique pour la gente féminine.
Pour conclure, on lit un remake de VCA sans sentiment très bien développé. Je ne sais pas quel est l'auteur qui a contribué à cette série, j'essaierai de me renseigner, mais çà donne l'impression de déjà lu.
Serions-nous à l'épuisement des idées de VCA? Je ne pense pas car le point positif de ce livre est l'ouverture vers le second tome qui semble prometteur. On verra.

blog sympa avec d'autres avis sur VCA : lana
Le post d'au féminin sur l'auteur : fan de VCA

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost0

Publié le 20 Février 2006

Albérie a rejoint Isabeau à Paris avec Marie qu'elle fait passer pour sa fille et avec Ma, la louve autrefois Loraline. Tout va pour le mieux, Marie grandit dans la cour des miracles et Isabeau à la mort de Rudégonde est devenue la propriétaire de la boutique, ce qui lui donne une place de rang à la cour. La vengeance d'Isabeau réapparaît lorsque Chazeron se fait confier un poste à Paris.

On retrouve dans ce tome, Michel De Nostre Dame, plus communément appelé Nostradamus. Ce paragraphe mettant en scène ce mythe face à Paracelse m'impressionne beaucoup.
Une phrase qui m'a marqué : Le doigt du destin. Le hasard n'existe pas. Tout est écrit dans l'oeuvre de Dieu.
Cette phrase pointe du doigt une de mes grandes interrogations. Tout est-il écrit ou avons nous le choix de notre destin? Avec les années, j'ai compris que chaque action à sa conséquence, comme en physique, une action amène toujours une réaction. Cependant, dans la vraie vie, il faut prendre en compte des facteurs extérieurs qui font que dans certaines situations nos choix sont bons mais que si l'on change certains facteurs, ces mêmes choix deviennent moins bons. Et nous ne sommes pas maître de ses facteurs, j'en venais alors à me dire que nous ne sommes pas maître de la totalité de notre destin. D'un autre côté, il est parfois plus rassurant de se dire que notre vie est ainsi car elle était écrite ainsi. Enfin bref, le genre d'interrogations sans fin sur soi que l'auteur a su exprimer en quelques phrases.
Dans une deuxième partie de l'histoire, plus que jamais, Isabeau recherche le secret de la pierre philisophale. Ceci me fait penser à "L'alchimiste" de Coelho, c'était dans ce livre que j'avais découvert la légende de cette fameuse pierre. Dans le bal des louves, la différence de cette quête est la recherche de l'alakeist à des fins de transmutations qui aidera Ma et Albertine a retrouver une vie normale.
Un autre côté omniprésent de ce tome 2, est la vie à la cour. Après Isabeau, c'est marie qui se retrouve invitée à suivre le roi dans ses voyages. On y découvre les habitudes de la cour, les fêtes, les voyages mais surtout les intrigues amoureuses et la recherche du pouvoir.Nous sommes au coeur du système des épouses par devoir et des maîtresses officielles et officieuses. Ce point apporte une grande sensualité au livre. Sans être érotique, le livre nous amène sur l'acceptation du désir, de l'assouvissement de celui-ci. Il montre la différenciation entre le désir et l'amour. A voir maintenant, si l'on adhère à cette vision ou pas. Désirer un homme et aimer un autre, est-ce contradictoire? Les décisions de Marie tendent à montrer que non. Une autre interrogation me vient alors à l'esprit. Si le désir pour un autre est normal, où commence "l'infidélité"? Pour moi, elle commence lorsque l'on fait des choses que l'on n'aimerait pas que notre moitié nous fasse. "Ne fais pas ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse". Et pour vous, où cela commence?
En bref, nous avons ici, une écriture bien plus sensuelle, tendre et douce qui se lit avec volupté. Ce n'est plus le côté dur et sauvage du tome 1. L'histoire a gagné en profondeur, en faits et en intérêt.
Une autre chose qui m'a beaucoup fait rire, est l'introduction du personnage de Rabelais dans l'histoire. Nous avons une confrontation de style entre Rabelais et Ronsard. Et me vient à l'esprit la confrontation de "Gargantua" et "Pantagruel", deux géants fan de nourritures que l'on pourrait associer à des porcs (Notons que ces deux personnages étaient des caricatures des nobles et de la cour qui avaient l'habitude de ses orgies de nourriture) et en face, nous avons ces vers "Mignonne, allons voir si la rose Qui ce matin avoit desclose Sa robe de pourpre au Soleil". Le contraste avec les géants grotesques et les mots mignonne, rose, soleil est vraiment drôle je trouve. Ce passage m'a beaucoup fait rire. Une personne qui m'aurait vu rire comme çà, m'aurait prise pour une folle. Mais vraiment lorsque vous lirez ce passage avec Rabelais, souvenez vous des personnages de Gargantua et Pantagruel et vous verrez que la scène devient très comique ainsi que les scènes décrivant les repas. Le livre se termine sur la recherche ininterrompue de l'alakeist et là d'autres légendes se rejoignent : Les tablettes de Salomon, le temple de l'arche. Enfin, le livre se conclut d'une manière particulièrement étrange sur une légende très célèbre, légende qui m'a talonné tout au long du livre et que j'ai apprécié retrouver à la toute fin.
En résumé, une lecture très appréciable qui mêlent de nombreuses croyances.

Site de mireille calmel

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost0

Publié le 6 Février 2006

Le jour de ses noces avec Benoît, Isabeau est violée par le seigneur des terres. Benoît est pendu et Isabeau jetée nue aux loups après son calvaire.
Isabeau est reccueillie par la meute et met au monde une fille, Loraline. Au fil des années, Isabeau n'a de cesse de mettre au point sa vengence, pour cela, elle va se servir de sa fille.

Tout au fil du récit, on a deux versions de cette vengence, celle de Loraline et celle de sa tante Alberti. Le résultat est le même évidemment mais les doutes sur le déroulement des actions apportent des doutes sur les sentiments qu'éprouvent les personnages les uns envers les autres, ce qui m'a amené à considérer parfois les victimes comme des bourreaux. J'ai eu à la lecture du livre, des sentiments assez mitigés envers les personnages.

D'un côté, Loraline se fait utiliser par sa mère pour sa vengence alors que celle-ci n'a rien à voir dans cette histoire. Elle n'est que le fruit de la sauvagerie d'un seigneur, elle a le droit à une vie normale et d'être aimée. Ce côté m'a pas mal révolté et malgré la pitié que j'avais ressenti pour Isabeau, elle m'a aspiré à un moment un certain dédain.
D'un autre côté, on a Alberti rejetant tous les méfaits sur sa nièce alors qu'elle même a sa responsabilité. on sait bien que c'est stratégique mais elle joue bien le jeu de la petite innocente qui n'a rien à voir dans les histoires de vengence de sa soeur.
En bref, un livre qui m'a embrouillée dans mes sentiments envers les personnages. J'ai bien aimé cette façon de passer de la victime effrayée à la femme renaissante et mordante. Les personnages ne jouent pas les victimes tout au long du livre, c'est appréciable. Les femmes savent prendre du poil de la bête, j'ai aimé cette façon d'être.

Cependant, on se demande à un moment, le pourquoi d'un tel acharnement à se venger alors que toutes ont retrouvé le bonheur. On se dit qu'elles auraient pu se contenter de ce qu'elles avaient, tout se serait alors terminé. Sans vengence mais avec l'amour. Mais non, nos héroïnes ont choisi le chemin de la vengence. En route donc vers le tome 2.

Le livre est très prenant, l'écriture est simple et facile. Un bon moment passé en compagnie de ces personnages.

lien vers le site de Mireille calmel : Mireille Calmel

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost0

Publié le 5 Janvier 2006

Honey, la violonniste, arrive à l'école Senetsky. Elle y rencontre Cinnamon l'actrice, rose la danseuse, Ice la chanteuse, ainsi que Howard et Steven. L'école est une bâtisse assez austère et complètement fermée où les règles sont des plus sévères. Une nouvelle vie commence alors pour Honey et ses compagnes. Seulement un malaise s'installe, Rose et Honey semblent être observées lorsqu'elles se trouvent dans leur chambre et certains de leurs vêtements disparaissent. Et d'où vient cette musique provenant de l'étage et de pièces où il a été formellement interdit aux élèves de s'aventurer. Un livre sous forme d'enquête, j'ai apprécié le suspense qui régnait, les fausses pistes et le déroulement de l'histoire. L'ensemble est fluide, facile à lire. Cependant, on retrouve de moins en moins la petite touche VCA mais ce livre était quand même un de ceux que j'ai préféré des dernières séries sorties ces deux dernières années. Nous attendons à présent la nouvelle série qui sortira en Février.

Un blog plutôt complet :  www.lalivrophile.net/index.php/2005/07/25/47-virginia-cleo-andrews?cos=1

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost0

Publié le 5 Janvier 2006

Honey est une jeune fille qui habite avec ses parents, ses deux oncles et son grand père dans une ferme. C'est son oncle qui va lui faire découvrir son talent pour le violon. Mais à la mort de celui ci, Honey craint de voir disparaître son rayon de soleil. Avec un aieul quelque peu dérangé et fanatique et un père qui semble peu décidé à contredire son père, l'avenir d'Honey n'apparait pas lumineux. Heureusement, Honey trouvera son soutien auprès de son oncle Simon rejeté par l'aieul, de sa mère immigrée russe et d'un camarade de classe. Un 4è tome réussi, l'histoire est intéressante et sympathique. Le secret de famille n'est pas des plus captivant mais peu importe, le récit est suffisamment attachant en lui même.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost0

Publié le 5 Janvier 2006

Une jeune fille, Rose, belle, intelligente, une mère douce, aimante et un père imprévisible, instable, insouciant. Leur vie est rythmée par les nombreux déménagements dues à l'incapacité du père à garder un emploi. Mais leur vie est tout de même harmonieuse jusqu'au jour où le père de Rose meurt dans un accident de chasse. Accident ou suicide? Une question que Rose va se poser surtout lorsqu'une jeune femme, riche et belle frappe à la porte. Elle est sur le point de leur révéler un très grave secret. Les déménagements constants cachaient t-ils donc en réalité une fuite? Que cachait ce père si aimant et si tendre? L'histoire est bonne. C'est ici un 3è tome assez réussi. Le suspens est prenant, l'amitié et l'amour ont une très bonne place dans ce livre. Un petit point négatif tout de même, le talent de Rose tarde à apparaitre et il n'est pas très bien mis en avant. Il fait un peu détail d'arrière plan. un tome mieux écrit que les 2 autres. J'attends donc le 4è tome Honey avec impatience.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost0

Publié le 5 Janvier 2006

Une jeune fille belle mais rejetée en raison de son mutisme face aux autres, a un talent époustouflant, elle chante comme une déesse. Son père ravi la pousse dans cette voie d'artiste tandis que sa mère, une femme enfant est tout particulièrement irritée par cet intérêt que porte sa fille à la musique et principalement le jazz. Ice trouvera t-elle suffisamment de soutien, de courage pour passer la fameuse audition de Mme senetski? Ce 2è tome n'est pas mal, un peu lent mais pas si mal. Il se laisse lire correctement.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost0