Orfenor - Tristan - Myrielle Marc

Publié le 28 Avril 2006

On retrouve notre cadre du premier tome (Blajan et les routes) et nos personnages (Natalène, Tristan, Contorose ...).
Dans ce tome, j'ai trouvé que bien plus de choses se produisaient au début du livre. Surement dû au fait qu'on a laissé nos personnages dans une certaine situation à la fin du tome 1 et que l'on reprend l'histoire où elle s'était arrêtée dans le tome 2.
De plus, on apprend énormément de choses dans "Tristan". Le pourquoi de l'enlèvement de Natalène précédemment, l'explication du titre "orfenor".
Au niveau des personnages, Natalène est enceinte. Cependant, son comportement est différent. Elle est parfois prise de crises de démance ou d'égarements, devenant très violente. On dirait une véritable furie parfois. Tristan, lui perd les pédales également et "tabasse" natalène qui s'en va vivre avec les "yémaches", peuple manouche originaire du Nord. A la suite de cet évènement, Tristan tombe quelque peu dans la folie puis la déprime. Là, on se dit que c'est un véritable chantier et on se demande comment nos deux personnages principaux vont s'en sortir et tout simplement vont-ils s'en sortir? Et en fait, la solution sera pour eux deux que Tristan suive Natalène une partie de l'année sur les routes. Toutefois, malgré la réaction de Tristan lors de son "craquage", on en vient à être compréhensif et on trouve que c'est parce que Natalène dépasse les bornes. Il y a ce moment, une confusion des sentiments. C'est agréable de lire un livre qui nous amène à cet confusion. Je trouve impardonnable ce qu'a fait Tristan et pourtant je lui trouve des excuses car il reste tout de même mon préféré. J'en veux presque à l'auteur de m'amener à excuser la violence de Tristan envers Natalène ;-).
Dans ce tome, nous en savons également plus sur "le cercle noir". Endroit qui englobe voyeurisme, sadomasochisme... Ajouté à celà cet insupportable libertinage de la part de Natalène et Tristan, cette partie m'a gonflé. Je n'ai pas du tout aimé ce côté libertinage où tout le monde couche avec tout le monde. Dans le premier tome, nous avions déjà cet aspect mais à ce moment là c'étaient des adolescents, çà pouvait se comprendre. Mais à présent, ils sont adultes avec des responsabilités, j'ai trouvé agaçant ce "cercle de coucherie".
J'ai donc ici eu un problème avec le libertinage. Malaise dissipé avec l'explication de la mentalité "yémache". Rien n'appartient à personne, encore moins une personne à une autre.
Au niveau des caractères, ceux-ci évoluent, parfois d'une façon agréable (Phillipe et sophie), d'une façon étrange et manouche( Tristan), d'une façon ouverte et compréhensive (Contorose, les tantes). On perd certains personnages dans la tristesse (contorose, Natalène), on en gagne d'autres parfois pas toujours apprécié (Isabelle).
J'ai aimé le côté voyage sur les routes à la façon "yémache", en roulotte avec les "orfenors" ou "ceux des pianos". Le voyage, le concept, la mentalité sont appréciables et donneraient presque envie de tenter l'expérience. on aimerait faire comme Tristan et quitter notre petit confort quotidien pour parcourir les routes en roulotte, dans l'accumulation de crasse, le mépris, l'incompréhension mais dans le bien être, la simplicité et la liberté. On aimerait mais de là à vouloir et pouvoir supporter sans rechigner, c'est autre chose.
J'aime particulièrement la fin après avoir eu quelques inquiétudes à propos de tristan.
En bref, un livre qui m'a agacé à certains niveaux puis que l'on comprend un peu par la suite. Un livre qui nous entraine sur les route à la façon "yémache". La description est belle même dans ses côtés les plus sombres.

Rédigé par majanissa

Publié dans #saga

Repost 0
Commenter cet article

Cuné 01/05/2006 07:46

Oui !!
Un truc marrant aussi, j'ai essayé les grosses tartines au beurre et gros sel incrusté à la main (pas sale quand même ;o)) : c'est bon.

majanissa 01/05/2006 10:52

Pour les tartines au beurre et au sel, je suis bretonne donc nous n'avons que du beurre salé ici ;-) et j'ai entièrement compris la perle sur cette "particularité" :-). J'ai adoré ce côté là chez elle en plus de son caractère en général. Ici, nous avons du beurre au sel de guérande en plus, c'est carrément des cristaux de sel de guérande dans le beurre. Je sais bien que çà peut choquer certaines personnes mais il faut essayer au moins une fois ;-)

Cuné 29/04/2006 20:52

C'est très agréable de lire tes deux longs commentaires sur les deux tomes d'Orfenor après les avoir lus soi-même, j'ai tellement aimé mon voyage avec Myrielle Marc que je cherche à rester dans son univers... Les personnages se sont vraiment taillés une place en moi et je repense souvent à leurs jeux, leurs expressions... soupir... C'était pas assez long finalement ;o)

majanissa 30/04/2006 11:34

Ce qui est agréable avec Myrielle Marc (comme le disait Flo), c'est qu'elle aurait pu très vite tomber dans la caricature des manouches en générale et pourtant dans le premier tome, j'ai beaucoup ri à l'évocation de leur façon de vivre et dans le deuxième tome j'ai rêvé de cette vie de bohême à la façon yémache. Et là, j'ai la chanson d'Aznavour qui me revient en tête : " La bohème, la bohème Ça voulait dire on est heureux La bohème, la bohème Nous ne mangions qu'un jour sur deux" ....Et tristan est vraiment l'homme idéal je trouve non?