Publié le 14 Août 2013

Le pari d’une nuit – Brenda Novak

Delaney est une trentenaire jolie mais toujours célibataire, vierge et elle commence à craindre de finir vieille fille dans sa petite ville perdue de l’Idaho, Dundee. Par-dessus tout, Delaney désire avoir un enfant. Entrainée par sa meilleure amie Rebecca, elles partent dans une ville plus anonyme, à la recherche d’un donneur lambda, un homme d’un soir, qu’elle ne reverra plus par la suite. Elle rencontre Connor. Il n’est pas du coin, il est l’appât idéal. Le plan fonctionne et Delaney est enceinte. Mais Connor a été envoyé par son grand père pour s’occuper du ranch à Dundee, essayant ainsi de le ramener sur le droit chemin. Prise de remords de s’être servie de lui, Delaney avoue à Connor qu’elle attend leur enfant. Ce dernier est bien décidé à ne pas être écarté de son rôle de père.

C’est mignon, c’est rose bonbon, choupinet, adorable, c’est du harlequin quoi. Ca m’a fait passer un très bon moment de lecture détente et que j’aime ça ! Je n’arrive plus à m’en passer. Il faudrait pourtant que je me mette à des bouquins un peu moins légers mais rien à faire, détente détente détente, paix et tranquilité. Pas de difficultés à retenir les intrigues aux rouages tortueux qui peuvent devenir une véritable torture, pas de complexité dans les personnages pour le peu qu’il y en a. C’est une histoire d’amour tout simplement avec des hauts et des bas. C’est d’une fluidité parfaite, on est entrainé dans la danse et le livre y est passé dans une soirée. C’est agréable et CA DETENT !

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 14 Août 2013

7 ans après – Guillaume Musso

Sébastien et Nikki se sont aimés, mariés, eurent deux enfants et divorcèrent. Leurs relations s’étant tellement envenimés qu’ils n’arrivent pas à se mettre d’accord. Par crainte de perdre la garde de ses deux enfants à la fois, Nikki accepte de les « partager ». Elle a la garde de leur fils Jérémy et Sébastien celle de leur fille Camille. 7 ans après, Jérémy est enlevé. Sébastien et Nikki partent sur ses traces à Paris. Puis Camille disparait à son tour. L’intrigue les entraine jusqu’à Rio dans un cartel de la drogue.

J’avais adoré Guillaume Musso que j’avais découvert avec « Et après ». Je voulais continuer avec l’auteur mais j’ai été sacrément déçue avec « 7 ans après ». Le registre est tout à fait différent, cette lecture est donc bien peu comparable avec celle du livre « Et après » mais beaucoup de choses m’ont chiffonnée dans cette lecture et je me suis fortement ennuyée, c’était long, très long. Dès le début j’ai eu un soucis avec la séparation des enfants. Quels parents seraient à ce point imbéciles et quel juge serait aussi abruti pour séparer des enfants et en filer un à chacun. Ça m’a fait halluciner. Les extrêmes dans les méthodes d’éducation des deux parents m’a paru très exagéré aussi. Nikki laisse une liberté aveugle à la limite de l’inconscience et Sebastian espionne sa fille jusque dans ses tiroirs. Les parents ne se sont pas revus depuis 7 ans, ils « s’échangent » les enfants au moment des gardes alternées. J’ai les yeux qui se lèvent au ciel là. Et quand Jérémy est enlevé, elle se tourne vers son ex mari. D’un côté, il est quand même un peu son père donc ça parait normal de le prévenir et qu’il s’inquiète aussi pour sa marmaille.

Ensuite l’enlèvement les amène à Paris avec un petit meurtre au passage. Ils sont recherchés par la police, ils commettent nombre d’infractions conséquent mais ils tombent sur une belle âme qui devient leur complice et les envoie à Rio suite de l’incroyable voyage. Ajouté à cela, Camille qui n’est jamais arrivée chez sa grand-mère, non mais vraiment quelle famille ! Et à Rio c’est le feu d’artifice mais encore rien à côté de l’explosion finale. Je suis très très dubitative. On a le droit que l’histoire soit un peu abracadabrante mais il faut se méfier quand même. Finir ce livre a été d’un compliqué, j’en avais raz le bol. Et puis le happy end avec tout ce qu’ils ont commis et malgré le fossé dans leurs façon d’être, ça me parait décidément vraiment gros.

Je persiste quand même avec l’auteur, je viens de recevoir « l’appel de l’ange ». A voir.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 14 Août 2013

Délivre moi – Julie Kenner

Je suis en période lecture rose sans prise de tête, tranquille, faut ménager ses neurones s’il en reste.

Nikki, ancienne miss Texas a enfin réussi à fuir l’emprise de sa mère. Elle vit à présent à Los Angeles et essaie de se faire une place dans le monde professionnel. Elle rencontre Damien lors d’une exposition à laquelle elle jouait les appâts afin d’attraper le potentiel investisseur qu’il est. De son côté, Damien suit le parcours de Nikki depuis des années. Il la veut, il la désire. Il lui propose alors un marché d’un million de dollars, elle doit poser nue pour lui et être à son entière disposition pendant une semaine. La proximité de Damien la chamboule, elle ne peut refuser cette offre.

Un énième « mummy porn » dans la lancée des séries qui cartonnent en ce moment. Les scène érotiques se survolent, ça se répète d’un bouquin à l’autre et on s’en lasse. L’histoire d’amour entre les deux personnages est plus intéressante. Nikki est torturée. Jusqu’à peu, elle subissait la volonté de sa mère qui faisait d’elle une gagnante des concours de beauté. La manière dont Nikki s’est sortie de ce tourbillon est extrême et douloureux. J’ai été peinée qu’elle ait encore recours à sa manie quand elle aborde des moments délicats. Chacun sa manière d’appréhender les problèmes, la mienne n’est pas forcément beaucoup mieux.

Je n’ai pas adhéré au personnage de Damien. Je ne l’apprécie pas. Il obtient tout ce qu’il veut. Encore un riche homme d’affaires qui croule sous les millions et qui peut se permettre de faire ce qu’il veut. Punaise mais j’ai vraiment raté ma vie moi. 31 ans et pas encore millionnaire. J’ai raté mon parcours ! De son côté, il est également blessé par un parent, son père qui a fait de lui un champion de tennis. Damien a d’ailleurs à présent ce sport en horreur. Il a lui aussi une attirance pour certains accessoires érotiques. Ca c’est juste pour faire tourner le marché des réunions de sex toys entre ménagères moi je vous le dit.

J’ai malgré tout bien aimé le final que j’ai trouvé tendre, sensible, doux. C’était mignon.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 2 Août 2013

Manon Lescaut, avec des scènes érotiques - Abbé Prévost -  Vivari Carlo

Premièrement, je m'excuse auprès des éditions la musardine et le site Babelio pour le temps que j'ai pris à lire ce livre alors que je n'ai même pas réussi à l'achever.
Qui ne connait pas le classique de l'abbé Prévost "Manon Lescaut'? Je ne le connaissais que de nom, je ne l'ai pas étudié à l'école mais je suis quasiment sure d'avoir l'ouvrage chez mes parents.
L'auteur rapporte le discours d'un jeune homme éprouvé par l'amour qu'il porte à Manon Lescaut. Elle est insouciante, superficielle, adepte de la vie facile prête à utiliser à ses charmes pour assouvir ses besoins de toute nature. Des Grieux son amant est naif, follement épris des charmes de Manon et prêt à satisfaire à tout prix sa belle pour les conserver.
La version des éditions la musardine pimente le récit orignal de scènes érotiques. Mon envie première était de comparer les deux textes car je soupçonne le récit de l'abbée Prévost d'être déjà assez chaud mais je voulais surtout savoir ce qui avait été vraiment rajouté. Mais le sujet du livre ne m'a pas plu. Des Grieux ne m'a pas plu du tout dans son rôle d'"amoureux transis". Est-il vraiment amoureux ou est-il uniquement obsédé par les faveurs de Manon dont il ne peut se passer. Il m'est apparu plus comme une jeune homme qui découvrait les plaisirs charnels plutôt qu'un homme épris. Je n'ai pas apprécié Manon Lescaut que j'ai trouvé légère, qui se fait manipuler. Pour se faciliter la vie et en jouir à sa manière, elle use de son corps sans se poser de questions. Ce n'est pas le genre de personnage féminin que j'apprécie beaucoup. J'aime quand elles ont un peu de fierté. Manon n'en a pas du tout.
Enfin, ce qui fait le plus de ce livre par rapport à l'original, les scènes érotiques. Je n'en ai pas trouvé l'utilité. Elles n'ont pas d'intérêt à mes yeux car je ne les ai pas appréciées. Elles sont trop masculines à mon goût, trop portées sur le plaisir masculin bien à l'image de l'ensemble du récit. Le positif est qu'elles s'intègrent plutôt bien au récit, il n'y a pas de décalage de langage, c'est bien fait.
Je vais essayer de le terminer et lire la version originelle suivant mon but premier.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0