Publié le 22 Juillet 2013

Oksa Pollock - Tome 5 - le règne des félons - Anne Plichota et Cendrine Wolf

Oksa et ses compagnons sont ressortis d'Edéfia pour sauver la mère de celle-ci ainsi que Gus son meilleur ami qui s'étaient retrouvés refoulés lors du passage d'Oksa et des "sauve-qui-peut". Malheureusement, Orthon et ses deux fils, sont aussi du voyage et Orthon est bien décidé à prendre le pouvoir sur Terre.

Dans ce tome, les du dehors et les refoulés sont confrontés à Orthon et son organisation qui s'emploient ébranler l'économie mondiale en grande difficultés suite aux catastrophes décrites dans le tome 3 + 4. Orthon veut montrer sa puissance et sa domination.

Les sentiments d'Oksa évoluent. Tugdual s'est rangé du côté de son véritable père, orthon, sous envoutement ou en toute conscience? Gus est présent auprès d'elle et est un véritable soutien pour elle. Oksa gagne en marurité au vue de la charge qui écrase ses épaules mais elle est bien entourée. Le personnage de Zoé m'apparait décidément particulièrement intéressant et fascinant de par la palette de sentiments qu'elle provoque. Gus est devenu un jeune homme. Je n'apprécie pas vraiment Tugdual quand il était le soupirant d'oksa et à présent c'est Gus qui m'apparait Gnan gnan alors que Tugdual a gagné en intérêt. C'est dommage que les histoires de coeur d'Oksa m'apparaissent si ennuyeuses, c'est bien à mes yeux le seul point noir de cette série qui me plait pourtant grandement. A voir comment Oksa va s'en tirer dans le 6è tome. Alors Gus ou Tugdual?

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 22 Juillet 2013

Beautiful bastard - Christina Lauren

On dit que l’amour et la haine sont des sentiments très proches et que l’on peut basculer de l’un à l’autre rapidement. C’est ce que va ressentir Chloé envers son « bâtard » de patron avec qui elle va vivre une passion torride malgré les sentiments de haine qu’elle a pour lui. Mais l’amour n’est pas très loin.

Chloé est l’assistante de Bennet Ryan. Il est dédaigneux, hautain, désagréable, il est détestable et il ne s’en prive pas. Mais tout bascule un soir alors que sans comprendre ce qu’ils leurs arrivent, ils baisent de manière torride, passionnelle, sauvage. Recommencer va devenir une hantise comme une obsession.

J’ai adoré les 2 premiers tiers jusqu’à ce que ça devienne gnan gnan et qu’on tombe dans un schéma classique de « Je t’aime moi non plus ». J’ai beaucoup aimé le côté « Baise moi, connard » qui est rafraichissant et drôlissime. « Je vais vous faire jouir si fort que vous oublierez que vous êtes le plus gros con du monde ».

C’est sauvage, animal, torride, inévitable. Ils sont fascinants. Le conflit « dédain » et « obsession » est un savoureux mélange un peu comme le « sucré/salé », on aime ou on n’aime pas, moi j’adore. A partir du moment où les sentiments sont présents, l’histoire devient un peu plate, fade, il n’y a plus le mélange de saveurs mais bon ça reste mignon.

Le style n’est pas de la grande littérature, on en même bien loin. Je regrette l’abus de « putain » ainsi que d’autres clichés érotiques, problème de traduction ?

En bref, les idées sont bien présentes, l’écriture est plutôt bâclée.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0