Publié le 28 Février 2007

Sept filles en colère est un reccueil de nouvelles.

Je m'adresse à vous Mesdames, Mesdemoiselles, ne vous est-il jamais arrivé de vous prendre un rateau mémorable, de vivre une histoire d'amour ou histoire d'un soir épouvantable, de vous prendre des gadins inoubliables? Ne faîtes pas les timides ou les fières, nous sommes toutes passées par là ;-).
Ce reccueil met en situation ce qui nous est arrivé à toutes. Entre les soirées arrangées par les potes avec des hommes plus ou moins louches, les histoires où l'on sent que l'on nous cache quelque chose d'énorme. Ou encore les histoires avec des hommes "je m'en foutiste" qui vous oublie aussi vite qu'ils vous ont connu.  Les hommes qui ne vous invitent jamais chez eux (çà ne cacherait pas quelque chose?), les hommes qui veulent des histoires sans histoires ect...
Il y a également les histoires plus mignonnettes de rencontres insolites, sympathiques mais parfois frustrantes, pas dans nos attentes. Difficile de trouver chaussure à son pied et parfois de longs essayages et de nombreuses boutiques sont nécessaires.
Ce livre parle de tout çà. Jai trouvé que çà ressemblait à la pièce "Monologues du vagin" mais sur le thème du gadin amoureux . Un livre écrit par des femmes POUR des femmes. C'est vraiment très agréable à lire, drôle et si proche de nous...

Les contributrices :
Sonia Bricout, Claudine Colozzi, Mounia Daoudi,Hélène Piot,Sophie Prévost, Elizabeth Tchoungui,Lucile Vanweydeveldt

N'hésitez pas à visiter le blog des sept filles en colère : ici

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 27 Février 2007

Comment régiriez-vous si votre père instituteur passait son temps à faire le clown? Ne seriez vous pas déçu s'il ne pouvait s'empêcher d'aller faire ses pittreries chez les autres au lieu de paser son temps libre avec vous?
C'est ce qu'a vécu le narrateur dans sa jeunesse. Quel ne fut alors son soulagement et sa joie voir sa fierté que de comprendre ce père si hors normes. Grâce à l'oncle Gaston, il va découvrir cet homme qui fût résistant puis prisonnier pendant la deuxième guerre mondiale. Après avoir fait sauter un transfo, son oncle Gastion et son père sont arrêtés avec deux autres compères de foot innocents du sabotage. Embourbés dans un trou, ils attendent leur exécution. Mais cette attente devient avec surprise une scéance de rigolade grâce à leur gardien allemand, clown de profession.
J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire et je trouve que j'ai été assez lente à lire le livre malgré son épaisseur très fine.
Ensuite, heureusement qu'il y avait un dossier avec le livre car je peux dire que je n'ai pas compris grand chose à l'intérêt du livre par moi même. L'histoire est mignonnette mais pas assez détaillée. Mon intérêt ne s'est pas éveillé pour ce livre. Il ne restera pas dans ma mémoire mais je serai bien curieuse de voir l'adaptation pour voir ce qu'ils ont pu dégager du livre.
Je conseille en tout cas de prendre l'ouvrage accompagné du dossier expliquant le contexte et les subtilités du livre, c'est plus intéressant.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #historique

Repost0

Publié le 27 Février 2007

Solenn toujours sur les bons plans nous annonce la sortie du film "ensemble c'est tout" avec Audrey Tautou, Guillaume Canet : Ensemble c'est tout - Le film par Solenn.

J'ai regardé la bande annonce sur le site et pour le moment je ne suis pas séduite. Ce ne sont pas mes personnages. Pour Philibert j'aurais plutôt vu Eric Berger (qui jouait Tanguy ou dans "4 garçons pleins d'avenir"). Pour Camille j'aurais préféré une sale gosse, Audrey Tautou est trop "doudou". Une fille plus paumée aurait été bien comme Charlotte Gainsbourg. Guillaume Canet sera pas mal pour Franck je pense, çà c'est un bon choix.

Florinette nous fait un récapitulatif de ces phénomènes qui envahissent depuis peu les blogs littéraires. Vous connaissiez les LCA mais connaissez vous les LCF vu chez Laurence et le non à la LCA? Non vous n'êtes pas au goùt du jour? La leçon de rattrapage c'est ici chez Florinnette : Que les choses soient claires par Florinette

L'association des LCA est lancée, mais qu'est ce que les LCA? Ce sont les lectures compulsifs anonymes. Il était en effet temps de se rendre compte de cette maladie qu'est la lecture compulsive. Celle-ci nous amène à avoir des LAL (listes à lire), des PAL (pile à lire), de ne pas savoir sortir d'une librairie sans achat ...

Sur son blog, Hilde cherche à connaître l'âge des LCA : l'âge des LCA par Hilde

Barbabella nous donne quelques astuces pour améliorer notre cas et contrôler notre dépendance : LCA comment améliorer son cas?

Comme quoi le mouvement s'étend vite, on le retrouve chez Allie : LCA Lecteurs Anonymes Compulsifs

Mais également chez  Lou et caro[line].

L'alerte a t-elle démarré? A quand une thérapie contre notre dépendance? Qui veux réellement s'en sortir?

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #majanissa

Repost0

Publié le 26 Février 2007

Après les ventes sur PriceMinister avec lesquelles je perdais plus que je ne gagnais de quoi m'acheter d'autres livres, après bookmates pour le plaisir d'offrir des livres, concept très sympathique mais que j'ai trouvé ne marchant très souvent que dans un seul sens. Un certain nombre qui donne et d'autres qui "récupèrent" sans offrir en retour. Le bookcrossing était une idée qui me tentait également mais en Bretagne, le laisser sur un banc public c'est légèrement dangereux pour lui, le métro on n'en pas, les bus dans mon coin, on n'en a pas non plus, les cafés je n'y vais pas. En plus, si peu de personnes connaissent le site que je serai déçue de ne pas avoir de nouvelles de mes petits.

La solution qui s'est donc imposée a été l'échange de livres. Après un premier échec sur un forum breton puisque mon appel n'a récolté aucune réponse, je me suis décidée pour un site de petites annonces.

Et voilà, la recherche a abouti à une personne, livrophage comme moi qui était intéressée. Nous avons échangé nos listes, certains m'intéressaient, d'autres étaient déjà dans ma PAL, d'autres dans PL (pile lue). Certains des miens l'ont intéressée. Les mises aux points faîtes, nous nous sommes mises d'accord pour nous envoyer nos livres.

Pour le moment, cette première expérience se passe si bien que j'espère que çà ne sera pas notre seul et dernier échange. Je crois avoir enfin trouvé une alternative à la revente ou au stockage de livres dont je ne voulais plus ou encore au don dont je n'avais plus de nouvelle par la suite ;-).

   Voilà juste pour vous faire partager une expérience que je trouve vraiment très intéressante pour les dévoreuses(eurs) de livres que nous sommes :-D.

 

 

 

Plaisir d'offrir, Joie de recevoir

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #majanissa

Repost0

Publié le 22 Février 2007

Le grand jour de l'année arrive pour Tatiana De Rosnay :

La sortie chez les éditions Héloïse D'Ormesson, de son dernier livre : "Elle s'appelait Sarah".

Un rappel de l'histoire ?

2002, on s'apprête à fêter le 60è anniversaire de la rafle du vel'd'hiv'. Cette horreur de notre Histoire dont on touche une dizaine de mots en cours d'Histoire de collège mais dont on ne préfère pas trop parler. En ce mois de Juillet 1942, des milliers de juifs, enfants, femmes et hommes sont arrêtés par la police FRANCAISE et entassés sans nourriture ni soin pour être exportés vers les camps de la mort d'où une poignée seulement sont revenus.

De nos jours, Julia, journaliste d'origine américaine, d'une quarantaine d'année, couvre l'évènement du soixantième anniversaire de cette rafle. Elle se laisse emportée par son enquête et devient obsédée par l'une de ses découvertes. Son futur appartement qui appartient à sa belle famille, aurait été arraché à une famille juive qui a été arrêtée lors de cette rafle. Mais un drame s'est produit ce jour là. Un drame qui a changé la vie de Sarah, petite fille juive qui habitait dans cette appartement et qui fut déportée, et qui changera la vie de Julia. Sortira t-elle indemne de ses recherches?

L'ensemble de l'article ici.

En relisant le résumé, j'ai à nouveau une chanson qui me vient en tête. Je l'avais déjà tout au long de la lecture du livre, je ne sais pas si vous avez eu le même effet.

C'est "Comme toi" de Jean Jacques Goldman.

Je suis sure que les paroles seront familières à ceux qui ont lu le livre :

Elle avait les yeux clairs et la robe en velours
À côté de sa mère et la famille autour
Elle pose un peu distraite au doux soleil de la fin du jour
La photo n'est pas bonne mais l'on peut y voir
Le bonheur en personne et la douceur d'un soir
Elle aimait la musique surtout Schumann et puis Mozart

Comme toi comme toi comme toi comme toi
Comme toi comme toi comme toi comme toi
Comme toi que je regarde tout bas
Comme toi qui dort en rêvant à quoi
Comme toi comme toi comme toi comme toi

Elle allait à l'école au village d'en bas
Elle apprenait les livres elle apprenait les lois
Elle chantait les grenouilles et les princesses qui dorment au bois
Elle aimait sa poupée elle aimait ses amis
Surtout Ruth et Anna et surtout Jérémie
Et ils se marieraient un jour peut-être à Varsovie

Elle s'appelait Sarah elle n'avait pas huit ans
Sa vie c'était douceur rêves et nuages blancs
Mais d'autres gens en avaient décidé autrement
Elle avait tes yeux clairs et elle avait ton âge
C'était une petite fille sans histoires et très sage
Mais elle n'est pas née comme toi ici et maintenant

Comme toi comme toi comme toi comme toi
Comme toi comme toi comme toi comme toi
Comme toi que je regarde tout bas
Comme toi qui dort en rêvant à quoi
Comme toi comme toi comme toi comme toi

"Elle s'appelait Sarah" a été sélectionné pour le prix des lectrices version Fémina de Mars 2007.

Les droits ont été vendus dans quinze pays dont l'angleterre, l'allemagne, l'italie et les USA.

 

On connaissait déjà de Tatiana : Moka ( sorti en 2006)

 Spirales (sorti en 2004)

La mémoire des murs (sorti en 2003)

Le voisin (sorti en 2000)

Le coeur d'une autre (sorti en 1998)

Le diner des ex (sorti en 1996)

Mariés pères de famille (sorti en 1995)

L'appartement témoin (sorti en 1992)

Mais oubliez tout ce que vous connaissiez déjà car Sarah est tout autre. On découvre une nouvelle facette de l'auteure qui continue à nous montrer tout son talent d'écrivain.

Ce livre est pour moi LA sortie du mois de Mars. N'hésitez pas.

Pour rencontrer l'auteur, Tatiana De Rosnay sera les:

Samedi 10 mars 2007 : Librairie A Livr'ouvert 171 bis boulevard Voltaire Paris 11°  15/18 heures

Mercredi 14 mars  2007 : Librairie Tropiques 63 rue Raymond Losserand Paris 14° 18/20 heures

Samedi 17 et dimanche 18 mars 2007 : Salon de  LILLE BONDUES

Samedi 24  mars 2007 : Salon du livre de PARIS : Stand Editis : 15 à 16 heures / Stand France Loisirs de 16 à 18 heures

Samedi 31 mars et dimanche 1er avril 2007 : Salon de LIMOGES

Samedi 14 avril 2007 : The French Bookshop de Londres

Samedi 28 avril et dimanche 29 avril 2007 : Salon de MONTAIGU

Samedi 12 mai et dimanche 13 mai 2007 : Salon de SAINT LOUIS

Mercredi 16 mai 2007 : Fnac de Nancy

Samedi 26 mai  2007 :  Librairie Doucet /le Mans/  à partir de 15 heures 

Vendredi 8 juin à dimanche 10 juin 2007 : Salon de METZ

Pour en savoir plus : blog de "Elle s'appelait Sarah"

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #roman

Repost0

Publié le 21 Février 2007

La reine est en deuil depuis 10 ans que son mari est mort. Sa dame de compagnie est une femme à la curiosité déplacée qui l'espionne pour le service de sa belle mère. Son responsable de la police est de mèche avec cette belle mère qui ne cherche qu'à prendre sa place au pouvoir. Une cour bien fourbe jusqu'au jour où Stanilas pénètre une nuit d'orage, dans sa chambre, blessé. Stanislas est là pour la tuer, cette reine détestée que l'on rend responsable de la pauvreté du royaume, on la pense désintéressée du peuple, dépensière... Mais voilà que Stanislas n'a plus la force d'aller au bout de sa mission car la police l'a épuisé dans sa traque. La reine éblouie par sa ressemblance avec son défunt mari l'aide. Elle apprendra rapidement qu'il s'agit d'un poëte qui la hait et qui s'amuse à la tourner au ridicule. Ce qu'il ne pouvait soupsonner, c'est qu'elle a aimé son poëme qui a fait scandale et elle l'admire. Pour le sortir de son pétrin, elle décide de le prendre à son service comme lecteur.

On débute la rencontre entre nos deux protagonistes dans un schéma assassin/reine. Pour la reine, cet homme n'est qu'une idée, il est son destin, sa mort. J'ai eu l'impression qu'elle cherchait une délivrance par sa main. Pour l'assassin, cette femme est également une idée, c'est une reine qu'il hait car elle provoque le mal parmi ses sujets.

La reine demande alors à l'assassin de la tuer dans les prochains jours car sinon c'est elle qui le tuerait. Mais voilà, qu'elle considère que Stanilas a déjà tué la reine soi disant par le non respect du protocole entre eux. Oui la femme admirante a beaucoup parlé le soir de l'intrusion, elle a cherché à savoir qui était l'homme derrière l'assassin. Elle a quitté l'idée pour se mettre dans un schéma femme / homme ce qui rend l'ensemble plus humain. Pour elle, par cette libertée, l'assassin a tué la reine.

Ils apprennent donc à se connaitre, s'apprécier et s'aimer. Mais là où çà casse, c'est lorsque l'homme remet d'aplomb la reine et la pousse à se montrer à nouveau à son peuple et reprendre les choses en main. On se trouve donc dans un schéma qui ne peut fonctionner : homme / reine. Le chef de la police, proche de la belle mère de la reine, voit cette renaissance d'un très mauvais oeil et provoque Stanislas en l'arrêtant pour conspiration. Stanislas accepte à une condition, il veut que la reine soit, pour cela il ne faut pas qu'elle sache qu'il va être arrêté, elle pourrait redevenir femme.

Mais cette dernière n'est pas dupe en sachant que le château est cerné, elle apprend la vérité mais il est trop tard. Ne voulant pas être arrêter (et retomber ainsi dans l'idée d'assassin) il s'empoisonne. Mais la femme n'accepte pas cette mort, elle ne la supporte pas. Elle veut donc mourir et on retrouve son état d'origine : le suicide mais pas par sa main. On a déjà ressenti celà lorsqu'elle découvre Stanislas. Elle lui demande de la tuer dans les prochains jours. Elle veut donc mourir assassinée, elle serait répudiée dans le cas d'un suicide. Si elle était tuée, elle pourrait mourir en héroïne et l'assassin mourrait également en héros pour une partie du peuple. Dans cette vision, la femme recherche le schéma assassin/ reine et joue le rôle de cette dernière (exécrable, détestable, manipulatrice) afin de faire renaitre l'assassin. Et çà marche, poussé à bout Stanislas la tuera avant de mourir. Cependant, çà ne pouvait finir si mal car au dernier instant, avant le dernier souffle la reine tombe le masque et montre son côté femme, on retrouve le schéma homme / femme amoureux avant de fermer le livre.

C'est une pièce de théâtre que j'ai aimé. Elle joue avec deux facettes principales de nos deux personnages et çà ne doit pas être aisé à jouer sur scène. Une facette assassin/homme , reine/femme, il doit être difficile de bien montrer la différence de traits.

J'ai aimé cette femme que j'ai trouvé manipulatrice sur la fin et dont j'ai aimé le caractère fort. J'ai apprécié Stanislas, j'ai aimé le fait qu'il s'assume. Il n'adoucit en rien la haine qu'il ressentait auparavant pour le reine mais ne cache pas l'amour qu'il éprouve pour la femme.

Je ne pense pas que ce soit une pièce que j'aimerais voir. J'ai une idée trop précise pour le moment dans la tête de mes personnages, scènes ... Je crainds trop d'être décue par la mise en scène d'une autre personne ;-).

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #théâtre

Repost0

Publié le 20 Février 2007

Si vous aviez la capacité de faire apparaître des choses avec le pouvoir de dessin de votre Imagination, que choisiriez vous de matérialiser?
C'est ce qui arrive à Camille. Ce qu'elle dessine dans son esprit apparait dans la réalité. Et quel était ce monde où elle a atterri alors qu'elle découvrait ses capacités étonnantes et dans lequel elle n'est restée que quelques minutes? Et à quoi sert cette étangre pierre qu'elle y a ramassé?
En plus, voilà que des énormes araignées cherchent à la tuer jusque dans son monde. Où est la réalité? Qui est-elle vraiment pour réussir le passage "d'un monde à l'autre"?
Lorsqu'avec son ami Salim, elle replonge dans l'autre monde, elle va rencontrer Edwin et en apprendre davantage sur elle et sur son monde natal.
C'est la guerre, elle s'appelle Ewilan et est une dessinatrice parfaite, capable de passer le verrou des Ts'Lich posés dans les spires de l'Imagination. Les Ts'Lich sont les ennemis et veulent supprimer notre héroine.
J'ai apprécié le livre et suivre les aventures de Camille et Salim. Cependant, je n'ai pas compris grand chose sur qui fait la guerre à qui, les spires, le verrou, à quoi sert la pierre... J'ai beaucoup de mal à retenir qui est qui. Pourtant çà ne m'a pas enlevé le plaisir de la lecture et du pouvoir de l'imagination, peut être est ce mon manque pour bien rentrer dans l'histoire. Je pense que si je veux aller plus loin dans les autres tomes, il faudra vraiment que je sois plus attentive. Mais en tout cas, il me manque un petit queque chose pour trouver toute la magie de ce livre.



















Le site sur Ewilan : EWILAN

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 18 Février 2007

Lors de la scéance de "Blood Diamond" il y a environ deux semaines, j'avais vu la bande annonce de "La môme". Il fallait que je le vois. Il promettait beaucoup.
La vie, les joies mais plus les peines d'Edith Piaf sont dépeintes avec franchise dans ce film. Rien n'est caché , aucune pudeur (peut être est ce l'origine du malaise face à ce film).
On démarre sur une vision d'Edith Piaf, pas très âgée mais fatiguée voir épuisée. Elle a du mal à faire ses spectacles et les secours ne sont jamais très loin. On passe alors à un retour au passé. On voit Edith abandonnée par sa mère qui veut devenir une grande artiste. Elle est d'une santé chétive et son milieu pauvre n'arrange rien. Son père le sort de sa souillure pour l'amener chez sa grand mère qui tient un bordel puis retourne au front (nous sommes pendant la première guerre mondiale). ALors qu'elle y ait bien intégrée, aimée, chouchoutée, son père revient, à la fin de la guerre et l'arrache à son foyer pour partir sur les routes en tant qu'artiste ambulant. Il faudra alors gagner son pain et Edith se met à chanter sur les places. On la retrouve plus tard, adolescente dans une brume d'alcool, d'ivresse, de mauvaises fréquentations. On la sent alcoolique, elle est vulgaire, toujours un verre à la main et elle sera ainsi tout au long du reste du film.
Celui ci est construit sous forme de scènes à ces derniers moments de scènes, de maladie, de vie et de scènes à ces tout débuts puis ses amours avec Marcel pour enfin rejoindre le fond de l'abime suite à sa mort.
Pour tout vous dire, d'Edith Piaf je ne connaissais que les chansons, la petite brune, la robe noire. Je ne connaissais pas le côté alcool, drogue, caprice, dédain. Au vue du film, elle paraissait détestable. Et je ne pense pas que je voulais cette image de cette chanteuse d'exception. Je regrette à présent d'avoir vu le film. Jamais on ne la voit sans être ivre, sans être bugglante, sans être arrogante et dédaigneuse. Il y a bien des moments où elle était normale non?
Du coup quand j'entends ces chansons, je revois cette femme parlant comme une merde et çà me gâche tout. Je me rends compte qu'un artiste reste une façade, je m'en fous de savoir ce qui se passe derrière, c'est l'envers du spectacle, ce n'est pas mon problème.
Par contre, sa chanson "non je ne regrette rien" prend tout son sens avec ce film, heureusement qu'elle est là car elle nous permet de prendre pitié de cette pauvre femme. Elle me donne envie de pleurer et le film n'aide pas. Il est dur et triste.
En tout cas, chapeau à Marion Cotillard qui nous a fait un jeu impressionnant. Mais ce n'est pas un film que je voudrais revoir.

Non ! Rien de rien
Non ! Je ne regrette rien
Ni le bien qu'on m'a fait
Ni le mal tout ça m'est bien égal !

Non ! Rien de rien
Non ! Je ne regrette rien
C'est payé, balayé, oublié
Je me fous du passé !

Avec mes souvenirs
J'ai allumé le feu
Mes chagrins, mes plaisirs
Je n'ai plus besoin d'eux !

Balayées les amours
Et tous leurs trémolos
Balayés pour toujours
Je repars à zéro

Non ! Rien de rien
Non ! Je ne regrette rien
Ni le bien, qu'on m'a fait
Ni le mal, tout ça m'est bien égal !

Non ! Rien de rien
Non ! Je ne regrette rien
Car ma vie, car mes joies
Aujourd'hui, ça commence avec toi !


Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 15 Février 2007

Le premier livre de mon challenge 2007, whaouh enfin ;-).

Quel scandale! Mme Henriette, une femme comme il faut, bonne épouse et mère de famille s'est enfuie avec un jeune français. Ca jase dans cette pension de famille de la Côte d'Azur dans laquelle cette dernière était cliente. Comment a t-elle pu s'enfuir ainsi avec un jeune homme qu'elle ne connaissait même pas?

Les personnes condamnant cette pauvre femme et celles plus tolérantes (dont notre narrateur) s'opposent alors. Le discours de celui-ci a tellement plu à Mme C., une vieille dame anglaise, qu'elle va entièrement se dévoiler à lui, sans se cacher et sans mentir.

Il y a quarante ans, elle aussi a vu sa vie chamboulée en 24h. Elle nous fait le récit de cette journée bouleversante et émouvante.

Avec son aide, on essaie ainsi de comprendre ce qui a pu arriver à Mme Henriette.

Le livre est superbement bien écrit. Les sentiments féminins sont très bien retranscrits. Une histoire de femme écrite par un homme et le résultat est une merveille.

Une passage que j'ai particulièrement apprécié (p43... LDP) :

Jamais encore je n'avais lu plus de 5 pages de description de mains, et oui que des mains. Car Mme C. est fascinée par le jeu des mains aux tables de jeu dans les casinos. Et je n'avais encore jamais apprécié une description de mains ET d'un homme pendant une dizaine de pages, sans être agacée et ennuyée. J'ai en tête "le roman de la momie" qui m'avait saoulé de descriptions mais ici c'est une farandole qui nous emporte. Cette description est captivante, excitante et sensuelle. L'homme en devient désirable alors que je n'arrivais pas à me faire une idée de son aspect. J'étais époustouflée.

Je serai également curieuse de savoir ce que donne l'adptation?

L'avis de Kalistina

L'avis de Barbabella

 

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #roman

Repost0

Publié le 14 Février 2007

Parce qu'en surfant sur tout vos blogs, je découvre sans cesse de nouveaux livres qui me font envie. J'en ai partout sur des bouts de papiers, c'est un mic-mac. Quoi de plus pratique que de la stocker sur le blog? Au fur et à mesure je viendrai enrichir cette montagne d'envie et merci encore à vous contributeurs qui me donnez tant envie (je vous déteste !!) et qui me frustrez car les journées ne sont pas assez longues pour me permettre de dévorer tous les livres que je voudrais lire...

 

Bernardo Toro - Contretemps : suite à un mail me conseillant le livre j'ai été très intéressée et suite à l'avis de Florinette : Contretemps par Florinette

Gabrielle Ciam - Le train de 5h50 : Présenté par florinette

Marek Halter - Marie : Parce que j'ai bien aimé la trilogie de la bible au féminin quoique je n'ai pas encore lu le troisième tome

DH Laurence - L'amant de Lady Chatterley : un classique

Ellroy - Le dalhia noir : le club de lecture d'auféminin m'a donné envie.

Marie Claude Bizien - Au bonheur du clos : car j'ai adoré la vigie et que l'article d'eireann sur le livre est très tentant : Présenté par Eireann

Youenn Gwernig _ son oeuvre : présenté également par Eireann et je suis très tentée par cet auteur

Eliette Abecassis - Un heureux évènement : à lire pour le club de lecture d'aufémin car il me faisait envie

Aihara Kyoto - Geisha : J'ai été un peu déçue par Geisha d'arthur golden, je voulais un récit plus authentique

Agnès Dessarthe - mangez moi : Parce que je vois cette auteure partout c'est qu'elle doit valoir le détour.

Jane Austen - son oeuvre : j'ai adoré orgueil et préjugés, le reste de son oeuvre est alléchant pour moi.

Hearn Lian - les 2 autres tomes de la trilogie des ottori : J'ai lu le premier que j'ai beacoup aimé, je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin

John Irving - son oeuvre : Celui-ci aussi je le vois partout et moi je n'en ai même pas lu un, quelle honte.

Shan Sa - L'impératrice : Je l'ai vu au club de lecture d'auféminin et j'ai été tentée.

Anne Perry - son oeuvre : Je lis tout pleins de bonnes choses sur elle, j'aimerais bien m'y mettre aussi.

Catherine Hermany Vieille  : Elle a une série qui touche une partie de l'histoire anglaise qui me passionne.

daphné du Maurier : Après Rebecca et l'auberge de la jamaique qui furent de vrais plaisirs, il faut que je continues avec elle aussi.

K Applegate - Les autres tomes d'Everworld : les premiers étaient fanstatiques, je ne me m'arrêterais pas là non plus.

Jean Claude Mourvelat - L'enfant océan : conseillé par Amazon suite à certaines de mes lectures et la pochette me fait un clin d'oeil.

Bernard Cornwell - La saga du roi Arthur : Car j'ai adoré le dernier royaume, j'aimerais continuer avec cet auteur

Jo Ann Von Haff - Gazelle : Son site présentant le livre a piqué ma curiosité. Gazelle par Jo Ann Von Haff

Grégory Rome - Lucile Rhodes : J'avais commencé à lire le livre en ligne mais je préfère décidément la version papier et pas encore pris le temps de l'acheter puisque dispo que par le net, pourtant j'avais beaucoup aimé ce que j'avais lu. Lucille Rhodes par Grégory rome

Christopher Paolini - L'ainé : La lecture du tome 1 s'était plutôt très bien passée, pourquoi ne pas continuer?

Mireille Calmel - Lady Pirate : j'ai aimé le bal des louves et le lit d'aliénor, j'aimerais bien continuer.

Robin hobb - l'assassin royal : Ce n'est plus la LAL mais la PAL, malheureusement pour eux ils m'attendent depuis des années dans ma bibliothèques.

Tatiana De Rosnay : Son oeuvre : C'est une auteure que j'aime beaucoup et il n'y a pas de raisons que je ne continue pas dans sa bibliographie.

Charlotte Bronte - Jane Eyre : J'en entends beaucoup parlé, je suis tentée.

Pierre bordage - son oeuvre : J'ai beaucoup aimé Kaena la prophétie et la pochette des livres m'attirent les yeux.

Thierry Maugenest - Manuscrit MS 408 : J'ai aimé ses deux autres livres, c'est un auteur qui me plait

Patrick Suskind - Le parfum : Celui là je le vois un peu partout aussi et il est tentant.

Marion Zimmer Bradley - Les dames du lac : çà fait des années que je cherche à le lire.

Antoine Daniel - Inca : Des années que je voudrais le lire également

José Frèches - L'impératrice de la soie : Comme précédemment, dans mes souhaits depuis longtemps.

Patricia Mac Donald - J'ai épousé un inconnu : Je n'ai pratiquement pas raté un livre de cette auteure, celui-ci ne fera pas exception

Yuki Inoué - Mémoire d'une geisha : Car je suis curieuse d'en savoir plus sur le sujet

Annie Françoise - Bouquiner : j'ai été tentée par le club de lecture d'auféminin

Anne De Rancourt - Comment élever un ado d'appartement : tentée par Tatiana De Rosnay, le livre semble assez drôle.

Louisa May Alcott - son oeuvre : J'aime beaucoup cette auteure

Gilbert Bordes - son oeuvre : J'avais lu le silence de la mule qui m'avait plu et patch n'arrête pas de poster des articles super sur lui, comment résister? gilbert bordes chez patch

Donald Westlake - Motus et bouche cousue : qui m'avait été conseillé dans des commentaires.

Denis LEHANNE - son oeuvre : également conseillé dans des commentaires

 Stefan Zweig - le joueur d'échec : Après 24h de la vie d'une femme lu pour mon challenge 2007 et après toutes les commentaires élogieux lus sur les différents commentaires du challenge ou du club des rats de biblionet, je le rajoute à ma LAL.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #majanissa

Repost0