policier

Publié le 17 Octobre 2012

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51yYmjYzcxL._SL500_.jpgChristophe R., étudiant, a disparu. Ses vêtements ont été retrouvés près de l’Hotié de Viviane dans la forêt de Paimpont, supposée Brocéliande. Il laisse un journal intime assez farfelu. Maël Mac’Herig, détective privé va tenter de retrouver le jeune homme qui d’après son journal est en quête de Linoï, créature fantastique du méta monde dans lequel il pénètre régulièrement.

On débute la lecture sur un procès verbale décrivant la disparition de Christophe R.. Puis le livre alterne enquête de Mac’Hérig et journal intime du jeune homme, jusqu’à ce que le détective pénètre l’univers de Christophe.

Au début, ça démarre mal. J’avais l’impression que l’auteur ne se mettait pas au niveau de la lectrice du soir que je suis.  Je me retrouve comme une collégienne à noter le vocabulaire qu’elle ne connait pas. Premier paragraphe et je n’ai malheureusement rien compris. Je manque de vocabulaire et ma lacune est pointée du doigt par l’homme de lettre qu’est sans aucun doute Renaud marhic. J’en ai été un peu vexée et un peu agacée.

Ensuite, le journal intime de Christophe est une corvée. Délire schizophrène d’un jeune complètement disjoncté ou bien le livre est un réel polar fantastique ? Je me suis réconciliée avec le livre vers la moitié de la lecture quand j’ai pris mon parti par rapport au récit du garçon. Monde merveilleux ou hallucinations ?

L’enquête de Maël me plaisait bien, c’est un personnage que j’ai apprécié et c’est grâce à lui si je n’ai pas abandonné au début. La chute finale n’est pas vraiment une surprise mais est assez abrupte. Ca peut ressembler à une fin en queue de poisson pour certains, perso elle me convient.

« Terminus Brocéliande » n’est pas le polar de la décennie, ce n’est pas une lecture fluide, aisée mais ça se laisse lire. Je n’ai pas détesté, je ne regrette pas cette lecture, c’est déjà pas si mal. 

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 28 Septembre 2012

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51AKdjbZgEL._SS500_.jpgJe suis une grande fan de Jane Austen que j’ai découvert avec « Orgueil et Préjugés ». Je suis tombée sous le charme du couple « Darcy & Elysabeth ». Je ne suis par contre, pas une adepte de PD James mais je me suis tout de même lancée dans cette histoire juste pour le bonheur de retrouver mon couple fétiche. Le ton est bien là, Marc Darcy fidèle à lui-même. Elysabeth est effacée, elle apparait peu au moment de l’enquête. Le début nous permet cependant de retrouver le décor de Pemberley et ses habitants. Certaines allusions de l’auteur assurant que si Darcy n’avait pas été riche, Elysabeth ne se serait pas intéressée à lui m’ont agacé et ont un peu plombé ma lecture mais à part ça, que c’était bon de les revoir ainsi que les Bingley.

Pour ce qui est de l’intrigue, ben voilà ça reste du policier. C’est un peu lent et quand on a le fin mot de l’histoire, je me suis dit que je n’en avais rien à fiche du bazar dans lequel Wickham s’était fourré. C’est d’ailleurs la réaction que j’ai eu lorsque Lydia est arrivée à Pemberley. Enfermez là dans une pièce et laissez moi apprécier le bal de Lady Anne qui doit se dérouler le lendemain. J’ai souvenir d’un bal que j’avais particulièrement apprécié dans « Orgueil et Préjugés ». Mais non, c’est un PD James, une auteure de romans policiers qui nous entraine dans une intrigue. Qui a tué Denny, l’ami de Wickham dans le bois de Pemberley ? Wickham que l’on a retrouvé au dessus du corps, tartiné du sang de Denny et pleurant qu’il avait tué son ami, que c’était de sa faute est le coupable idéal.

Donc voilà une intrigue qui ne m’intéressait guère car touchant Wickham. On retrouve donc peu le couple Darcy. L’ambiance de Jane Austen est là, le romantisme en moins.

Pour ceux qui aiment PD James et Jane Austen, n'hésitez pas.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 27 Septembre 2012

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51eivmE23qL._SS500_.jpgLoyd MackGover est éditeur à Edimbourg. Il a un soucis avec une de ses auteures, Claudia Heiss qu’il n’a jamais rencontré. Elle sort prochainement son deuxième roman mais elle est introuvable. La promotion du livre est compromise. Afin de se changer les idées, son ami et avocat, Robert Barney, lui prête son cottage sur l’île Sandey. Il y rencontre Laura Wills pour qui il a le coup de foudre. Il s’agit en fait de Claudia, cette dernière est amnésique et défigurée suite à un accident. Elle vit depuis dans la peur. Et si ce n’était pas un accident ? C’est ce que tendraient à faire croire les souvenirs de Laura. Avec l’aide de Loyd, elle va ouvrir les portes de sa mémoire.

 

Ce fut une lecture très détente. Le livre est classé dans le polar mais je rapprocherai plutôt le style vers du roman sentimental dans le genre de « Nora Roberts ».  C’est simple à lire, rapide, sympathique. Il ne faut pas y chercher de la grande littérature et ça me va. C’est un peu gnan gnan mais ça se laisse lire.

L’ensemble reste cependant un peu fébrile. L’histoire ne tient pas vraiment la route, elle aurait mérité d’être développée autrement. Laura est défigurée mais Loyd, un très bel homme, a le coup de foudre dès la première rencontre. Je veux bien être naive mais là ça fait gros. Mais si le but était d’expédier l’histoire d’amour pour focaliser sur l’enquête, il était préférable de développer davantage le côté suspense, polar qui cherche à cohabiter maladroitement avec l’histoire d’amour. J’aurai trouvé plus crédible une histoire d’amitié voir même d’intérêt pour Loyd d’aider une auteur qui fait tourner sa maison d’édition. Cette amitié pouvait s’avérer de l’amour à la fin du livre comme un « happy end » romantique.

Donc dans l’ensemble, ça manque de développement, de cohérence, de suspens mais bon c’est loin d’être désagréable à lire !

Un point ++ : J’aime beaucoup la couverture.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 27 Février 2012

Qui est Nathan Falh? Même pour lui, il est une énigme. Amnésique suite à un accident lors d'une expédition polaire, il va devoir suivre ses propres traces pour comprendre pourquoi il est traqué. Et que fait-il en possession d'un manuscrit qui date du 17è siècle et qui parle d'une malédiction. Qu'a t-il à voir avec ce récit? Un retour sur un passé qu'il n'aurait peut être pas fallu déterrer.
J'ai trouvé le livre extra. Les spécialistes du genre pourront dire qu'il regroupe tous les clichés du style mais je ne suis pas experte policier-suspense donc ça me passe au dessus. J'ai lu le livre sans appriori, sans faire de rapprochement avec d'autres livres qui pourraient avoir déjà développés les sujets abordés. Il m'a tenu en éveil ce qui est mission très difficile. Je ne me suis pas ennuyée, voulant toujours connaitre la suite. Malgré les mauvais commentaires que l'on peut trouver sur ce livre, je ne regrette pas du tout cette lecture. Si vous n'êtes pas trop porté sur le suspense ou policier, que vous en lisez seulement occasionnellement, n'hésitez pas à lire celui-ci. Il est plaisant, bien écrit, pas trop compliqué. Il reprend en effet des thèmes largement sur-exploités mais qu'importe.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 27 Octobre 2010

 

Jeremy http://ecx.images-amazon.com/images/I/510O9wrI2IL._SS500_.jpgNovacek, jeune et riche trader New Yorkais est au bord du gouffre. Suite à un accident qui a couté la vie à une enfant, il est alcoolique et dépressif. Un matin, on frappe à sa porte, on lui annonce que son père gradé de l'US air force, qui les a abandonné lui et sa mère alors qu'il était un petit garçon, vient de décéder. Il va devoir apprendre la nouvelle à sa mère  qui n'a jamais réussi à se remettre de cette séparation. Choquée, sa mère lui tend une clé en lui disant simplement qu'il est temps qu'il sache qui il est. Cette clé intrigue Jay, elle porte le sigle nazi. Peu après, sa mère est assassinée, lui même est en danger. Sa vie va être complètement chamboulée. Son chef lui dévoile son véritable visage. Jay part en Europe sur les traces de ce père mystérieux accompagné d'un agent de la CIA et du Mossad pour le protéger. Cette quête fait ressortir des sujets sordides de la seconde guerre mondiale qui sont plus d'actualité qu'on pourrait le penser.

 

Première impression, je suis à nouveau bluffée. J'avais été épatée par le premier roman de l'auteur "Les vestiges de l'aube" que j'avais trouvé étonnant pour un premier livre. Ici encore, je suis impressionnée par la maitrise de l'auteur. Le livre est composé d'un fil dans le présent avec nos trois protagonistes principaux : Jay, Jackye et Eytan et d'un fil dans le passé mettant en scène les personnages principaux du 3è Reich. Le passé et le présent se rencontrant à l'apogé de l'histoire. Ce genre de construction de l'histoire n'est pas chose aisée. Elle multiplie les personnages, le lecteur peut être perdu,  mais ici c'est fluide, ça passe très bien et c'est parfaitement intégrée à l'histoire de base. Le livre est très prenant et même si on devine rapidement certaines choses, ça n'enlève rien à l'intérêt de l'enquête et l'intérêt du livre en général.

Ensuite, sur fond policier, ce livre nous permet de ne pas oublier les expériences effectuées par les nazis et ce ne sont pas les cobayes qui manquaient. Il évoque également la fuite de certains hauts responsables nazis vers l'Argentine notamment.

Enfin, on retrouve totalement la touche de l'auteur dans ce livre. Les personnages sont par certains côtés assez proches à ceux des vestiges de l'aube : Le jeune personnage un peu paumé mais charmant, l'assassin attachant et protecteur. Une histoire en parallèle de l'enquête. La touche féminine est en plus dans ce livre et ce n'est pas pour me déplaire ;).

 

En bref, une merveille que nous offre à nouveau David S. Khara qui décidément m'épate. L'auteur nous promet une nouvelle enquête d'Eytan Morg pour Octobre 2011. Je l'attends avec impatience!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 23 Juin 2010

http://www.resumedelivre.net/wp-content/uploads/couvertures/2010-05/1088_g.jpgQue dire pour résumer ce livre, sinon reprendre le titre : Une petite fille trop gâtée qui ne voit pas la nécessité de grandir tant elle est choyée dans son monde entourée d’adultes, qui ne rêve que d’un destin à la Scarlette O’Hara (quoi de plus normal en Géorgie ?) et qui, ne supportant pas de trouver des obstacles sur le chemin de ses rêves, les élimine comme s’il allait de soi que rien ne devait se mettre en travers de sa route, sans cesse soutenue par une famille prête à tout sacrifier pour leur fabuleuse Pat qui ne réussira jamais à vivre LA réalité. Voilà donc l’histoire, vraie, de ce qu’on aurait pu appeler une tueuse en série, si elle avait mené à bien la plupart des crimes entrepris, et ça fait froid dans le dos ! Le choix narratif est intéressant. Il n’est pas sans rappeler Gabriel García Marquéz dans Chronique d’une mort annoncée : des années après les faits, on réunit à nouveau les témoignages pour retrouver la trame de l’histoire, et on les agrémente des souvenirs des protagonistes, recueilli lors des recherches, rendus plus intéressants encore par le recul qu’ils ont à présent par rapports aux différents drames. Chacune des huit parties du livres propose un éclairage nouveau sur diverses aspects de l’ affaire en offrant une focalisation différente et, bien que cela soit très intéressant de voir comment les choses sont perçues différemment selon les personnes impliquées, cela peut donner une certaine impression de lourdeur à la narration du fait de la redondance de certaines informations. Toutefois, tout cela devient anecdotique tant on se laisse prendre par l’habileté de l’auteur à dessiner peu à peu des personnages beaucoup plus complexes que les premiers abords ne l’auraient laissé présager, ainsi qu’à distiller au compte-goutte, l’air de rien, les informations essentielles pour rentrer de plein pied dans la tragédie (ou les tragédies ?) qui s’est jouée dans cette deuxième moitié du 20° siècle et dont la protagoniste était une femme née un siècle trop tard…

Voir les commentaires

Rédigé par Gwen

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 14 Janvier 2010

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51Cmxjxb5cL._SS500_.jpgL’action se déroule dans la Rome antique, sous le règne de l’Empereur Tibère. Un cadavre est découvert à la porte d’une riche villa. Appolonius, l’oracle d’Apollon y vit, il est d’une beauté subjuguant, sans âge, les cheveux d’une blondeur attirante. Kaeso de la garde prétorienne, qui a en charge la sécurité de la famille impériale est appelée pour enquêter sur ce meurtre dans les beaux quartiers de Rome avec deux fidèles acolytes et Io son impressionnant et célèbre léopard. Le cadavre présente une particularité, un denier a été placé sous sa langue. Avec l’aide de ses lieutenants, de sa mère une germaine familière de la médecine, Kaeso va se lancer dans une chasse à la corruption, aux jeux clandestins, combats de gladiateurs qui ont lieu dans les bas quartiers de Rome. Ne s’attaque t-il pas à plus fort que lui ? Ne met-il pas en danger ses proches qui font partie de la famille impériale ? Et cet Appolonius, que vient-il faire dans tout ceci ?

 

Je ne suis normalement pas une grande adepte des polars, j’en choisis pour avoir des lectures communes avec ma sœur. Par contre j’aime beaucoup les livres historiques. Ce livre présente donc un double plaisir. Une enquête bien menée avec des personnages forts attachants, une histoire prenante, des meurtres qui nous amènent forcément à monter des hypothèses et en plus un côté historique qui prend totalement sa place dans ce polar. Cristina Rodriguez nous entraine dans les bas quartiers de Rome où se déroulent combats de gladiateurs, corruption, tricherie, prostitution. On côtoie également la haute société ainsi que les membres impériaux. L’auteure nous éduque ainsi sur la façon dont était construite la société romaine, ses classes, statuts de maitres et d’esclaves. On a un aperçu des mœurs de l’époque. J’ai été particulièrement épatée de la manière dont l’homosexualité était plus que tolérée dans cette société antique qui considérait qu’un maitre avait le droit de vie et de mort sur son esclave. D’un côté, un esprit très libéré et d’un autre des coutumes de servitude. Aujourd’hui, on vit le contraire, des hommes libres avec l’esprit étroit. Peut-on espérer que dans deux mille ans l’homme sera libre et ouvert ? Heu encore faudrait-il qu’on n’ait pas tout détruit d’ici là…

 

En bref une lecture très agréable, un livre simple à lire et pour tous les goûts, polar, Histoire. Il y en a pour les deux sexes. Pour les filles, il y a des hommes beaux, des filles belles, des histoires de cœurs, du sexe, que faut-il de plus??, Pour les hommes, des gladiateurs et du sang. Si vous vous sentez intéressés, n’hésitez pas, lancez vous.

 

Message pour ma sœur : Il existe un premier tome : « Les mystères de Pompéi », bonne idée cadeau pour anniversaire non ;) ?


D'autres avis :
Quadrant Alpha
Culture et débat
littérature à blog

Le site de Kaeso le preotirien

Un grand merci à Livraddict pour m'avoir proposé ce livre et aux éditions du masque pour me l'avoir envoyé.


Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 30 Octobre 2009

Un appel un dimanche matin, c’est un souvenir de plus de dix ans qui réveille notre narrateur. Elle est désespérée, effrayée. Elle accuse Kloster un célèbre écrivain de tuer petit à petit tous ses proches. A la fin de l’appel, il se souvient de Luciana, à qui il dicta un livre à la suite d’une blessure et de l’absence de Kloster qui considérait avoir l’exclusivité sur sa « pianoteuse ». Il tomba amoureux d’elle mais suite à un geste malheureux et la fin du voyage de Kloster, ils ne se revirent plus jusqu’à cet appel à l’aide qu’elle lui passe.

Tant d’années ont passé, leur rencontre va lui laisser un sentiment amer. Physiquement elle a bien changé. Le poids des années et les évènements n’ont pas été tendres avec elle. Elle lui raconte les morts successives, son fiancé d’abord, noyé, puis ses parents empoisonnés par une erreur de ramassage de champignons, son frère par le mari de sa maitresse. Elle s’inquiète aujourd’hui pour sa sœur et sa grand-mère. Elle accuse Kloster de vouloir se venger de la mort de sa fille dont elle se sent responsable. Il y a dix ans, elle s’est embarquée dans une action contre Kloster l’accusant de harcèlement, entrainant toute une série d’évènements dont la mort de la petite Pauli.

Sous le prétexte d’écrire un roman sur l’histoire, le narrateur contacte Kloster pour avoir sa version. Les faits sont bien là mais sous une vision quelque peu différente.

 

Qui est réellement responsable de ces morts ? Kloster comme l’accuse Luciana ? Luciana elle même comme l’aurait soupçonné l’inspecteur qui enquêtait sur le meurtre de son frère? Une personne extérieure ? Ou carrément une autre hypothèse ?

Le premier récit de Luciana nous amène dans une direction puis les pensées du narrateur nous entrainent dans une autre et enfin le récit de Kloster nous amène encore une autre hypothèse. On est balloté d’un avis à un autre. On se torture à essayer de se mettre d’accord une bonne fois pour toute sur qui est le coupable.

Mais la fin n’est cependant pas une surprise puisque ce livre est de toute façon une torture psychologique après avoir débuté comme un roman policier. On veut savoir mais l’auteur nous laisse tout compte fait le choix. Quel tortionnaire ce Guillermo Martinez, car il est bien difficile de s’arrêter sur une hypothèse. Ca donne du coup envie de relire le livre pour refaire l’enquête.

 

Un livre fluide, rapide, très agréable à lire.

Arriverez vous à vous arrêter sur un coupable ?

 

Merci à BOB et aux éditions NIL(Robert Laffont) pour m'avoir permis de découvrir ce livre et cet auteur. Et double merci de m'avoir fait découvrir un auteur argentin, je n'en ai pas l'habitude.

 

Le lien vers les autres articles : http://www.blog-o-book.com/la-mort-lente-de-luciana-b

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 5 Avril 2009

Offert par Flo lors d'un swap organisé par elle même et lors duquel elle m'avait complètement pourrie gâtée.

A la suite de son divorce, Jane Hudson est de retour à Heart Lake. Elle va commencer à enseigner le latin dans son ancien lycée où tant de mauvais souvenirs n'attendent que le bon moment pour ressurgir.
Une légende hante ce manoir devenu institut pour jeunes filles. Trois soeurs de la famille propriétaire, les "crèvecoeur" se seraient noyés dans le lac côtoyant Heart Lake et trois rochers seraient alors apparus représentant les trois soeurs disparues. Cette histoire alimente les imaginations des jeunes filles les amenant à effectuer certains rituels. Mais ces jeux d'adolescentes ont déjà provoqué deux morts lorsque Jane était étudiante à l'école. Et voilà que le schéma se reproduit. Et si le lac réclamait sa troisième victime?

Une histoire assez prenante. Au début c'est la légende qui m'a attirée, elle m'a déçue par la suite mais j'ai été embarquée dans l'histoire de Jane, autant présente que passé. Et j'avoue être pour une fois, assez fière de moi. Pour la toute première fois, j'ai enfin trouvé la clé du Shmilblick avant qu'on me la dévoile. C'est vrai que c'est évident mais ça m'a gonflé les chevilles.
J'en retiens donc une lecture bien sympa, pas inoubliable, pas exceptionnelle mais bien agréable. A lire sur les chaises de longues de jardin, la saison s'approche ;).




Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #policier

Repost0

Publié le 19 Octobre 2007

L'Hypnerotomachia est un véritable mystère. Qui en est l'auteur? Que cache réellement ce songe de Poliphile. Pourquoi le livre alterne 5 langues ainsi? Et Pourquoi ces tournures étranges dans le récit? Quelles sont toutes ces énigmes qui composent cette oeuvre de la renaissance?
C'est ce que Patrick Sullivan a cherché à découvrir durant toute sa vie jusqu'à cet accident de voiture dans lequel il perdit la vie et qui laissa un gout bien amer à son fils Tom. Quelques années plus tard, l'Hypnerotomachia poursuit à nouveau Tom par l'intermédiaire de Paul, alors qu'ils sont étudiants à Princeton. Paul est un admirateur des travaux de Patrick Sullivan et décide de consacrer son mémoire d'étude au songe de Poliphile. Sous la protection de Richard Curry et la direction de Vincent Taft, deux anciens amis du père de Tom, Paul avance peu à peu dans le décryptage de ce livre si mystérieux. Mais alors que Paul est proche d'atteindre son but, attisant les convoitises, un meurtre est commis dans son entourage. Que referme le livre de si précieux pour que ça aille si loin?

J'ai adoré ce livre. L'histoire est prenante. J'ai été captivée et prise dans une course pour la résolution du mystère. Et pourquoi ces meurtres? Qui est dans l'histoire assez dingue pour se mettre à comettre de tels actes? Il m'a fallu attendre la toute fin du livre pour enfin comprendre le pourquoi de cette folie. En qui peut-on encore avoir entièrement confiance? Et si cette personne avait fait tout ça rien que pour vous, comment réagiriez-vous?

Le livre se lit bien. L'écriture est simple mais entrainante. Je n'ai pas vérifié les données historiques du livre, pas le courage. Peut-être l'un de vous l'a eu donc si vous aviez quelques précisions à donner sur les points historiques, je suis preneuse.

Alors je me suis quand même penchée sur la réalité de ce livre (et oui je n'en avais absolument jamais entendu parler :(). Pour tout savoir, wikipedia mon ami semble assez complet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hypnerotomachia_Poliphili

Elles l'ont lu également Laurence, Papillon


r--gle4.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #policier

Repost0