Publié le 31 Mars 2010

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/67/60/06/19031254.jpgFaut-il encore rappelé l’histoire ? Bella retourne vivre chez son père dans le vert, froid et pluvieux Forks pour laisser sa mère et son beau père tranquilles. Elle est le centre d’attention dans son nouveau lycée, ça la dérange. Elle est réservée, solitaire, mal à l’aise et ne prend pas part au babillage ambiant. Elle est intriguée par la famille Cullen qui sont comme elle, à part. C’est notamment Edward Cullen au comportement déroutant qui l’attire. Il est d’une beauté irrésistible, il est d’une froideur effrayante, des yeux qui peuvent passer du noir glaçant au doré fondant, un rire déconcertant. Il est fascinant. Elle est discrète, elle a une odeur qui fait ressortir le monstre qu’il est, elle est indéchiffrable, un véritable mystère.

 

J’entends parler de cette saga depuis plus d’un an. Les livres ont fait un carton, le film et notamment les deux acteurs principaux ont alimenté de nombreux reportages, articles… J’espèrais passer au travers de cette euphorie que je craignais injustifiée, j’ai encore en tête mon énorme déception avec l’incroyable Da Vinci Code. Et puis par curiosité, j’ai regardé le premier film. Mon dieu, catastrophique. Les voix françaises sont abominables et le jeu des acteurs était très limite. OK ils sont à part, rebelles sur les bords mais là ça donnait parodie d’adolescents qui jouent les blasés. J’ai en tête leur deuxième cours de biologie ensemble et Edward qui répond à Bella d’un « ouaisss » très profond, très mâle, très ridicule. Heureusement qu’il y avait Alice et Jasper dont j’ai apprécié le jeu. Mais l’ensemble m’a donné un coup de vieux, ça faisait très adolescent. Heureusement que la bande son est plutôt bonne avec notamment Muse et son fantastique Supermassive Black Hole. J’en viens quand même au positif car si j’ai été tentée par lire les livres c’est quand même que quelque chose m’a attirée dans le film. Leur histoire est passionnante. Un jeu de chat et souris que j’ai trouvé plutôt bien tournée. J’ai été curieuse de savoir comment Stephenie Meyer décrivait cette relation par des mots. Et il y a une scène qui m’a marqué dans le film, c’est le match de base-ball. Comment l’auteure l’a décrit ?

 

Je me suis donc lancée dans le livre. J’ai été emportée. Stephenie Meyer a une écriture hypnotisant. J’ai dévoré http://ecx.images-amazon.com/images/I/41uDClWZ1iL._SS500_.jpgle livre. Je suis fascinée par le personnage d’Edward. Si on reste au premier abord, il représente le beau gosse de service, rebelle, inaccessible qui fait craquer toutes les filles. Je ne m’arrête pas sur son côté vampire car c’est du vampirisme pour midinette. Edward ressemble plus au méchant garçon sur lequel les filles fantasment pour mettre un peu de piment dans leur vie amoureuse. On aime les garçons dangereux qui peuvent nous faire du mal, allez savoir pourquoi ? A mon époque, dans le même style en version non vampire, on avait Johnny Depp dans 21 jumpstreet. Donc sans m’attarder sur le phénomène vampire qui n’a rien de ce dont j’attends d’un « homme au sang froid » (sans état d’âme, sans sentiment humain…), le côté amour interdit, relation compliquée, « je t’aime moi non plus », m’a passionné. J’aurais eu 14 ans, j’aurai été raide dingue d’Edward. A 27 printemps, le 28ème été approche dangereusement, je trouve leur histoire très mignonnette, charmante, agréable et franchement super bien écrite. L’auteure a un vrai talent. Elle a une écriture qui agrippe et des personnages fascinants dans leur description, dans leurs sentiments, leur comportement. Un grand bravo donc et je me lance dans le deuxième tome dès ce soir.

 

J’ai quand même retenté le film hier soir mais rien à faire, le « ouaisss » au début du film ça me casse la baraque.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 31 Mars 2010

http://www.mediapart.fr/files/Sebtom/Le_Horla.gifLe horla :
Le narrateur vit sur les berges de la Seine dans la périphérie de Rouen. De sa fenêtre il voit passer les convois de navires. Un jour, il tombe malade. Il est habité par un état fiévreux puis un malaise et une peur s’installe dans son esprit. Son sommeil devient agité de cauchemar. Il pense tomber peu à peu dans la folie jusqu’à ce qu’il découvre la « chose » invisible qui le hante : le Horla. Pour retrouver la paix, il essaie de tuer cette entité qui a décidée de s’approprier sa vie.
J’avais un très bon souvenir de cette nouvelle lu en Lycée. Et à nouveau la magie a opéré. La nouvelle est courte et pourtant Maupassant arrive parfaitement à nous faire monter l’adrénaline. J’ai senti mon pouls s’accélérer, mon cœur tressaillir lorsque qu’un gros bruit a retenti dans la pièce d’à côté alors que j’étais en pleine lecture. Il est vraiment très fort ce Maupassant.
Du coup, je me pose la question, dans quel état d’esprit était Maupassant lorsqu’il écrivait ses nouvelles fantastiques et notamment celle-ci. Le narrateur est proche de la folie, la nouvelle est pessimiste, la finalité est bien du style de Maupassant. Le narrateur est terrifié, Maupassant l’était-il ? De quoi ? Etait-il atteint d’hallucinations ? Le fait que la nouvelle soit en plus sous la forme d’un journal intime m’amène forcément à relier le narrateur à l’auteur. Et donc pour Maupassant qui est le Horla ?

Une explication sur le Horla ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Horla

Amour :
L'amour à en mourir. On démarre la nouvelle avec un fait divers d'un homme qui tue sa femme puis se tue, ils s'aimaient. Puis le narrateur nous raconte que son cousin l'invite pour une partie de chasse. On se demande bien ce que ce fait divers à avoir avec la chance. Les canards me le feront comprendre. Une nouvelle très courte, très étrange. A nouveau je me demande quel était l'état d'esprit de Maupassant?

Le trou :
Cette nouvelle je l'ai trouvé drôle. Mr Renard est accusé de coups et blessures ayant entrainé la mort. Mr Renard raconte au juge le déroulement du drame et c'est d'un comique navrant au vu des conséquences.

Sauvée :
L'art et la manière d'une femme pour manipuler son mari afin d'obtenir le divorce. Là encore j'ai bien ri. Le genre de pratique que je connaissais déjà lorsque le divorce pour faute existait mais je ne savais pas que dès l'époque de Maupassant, c'était de coutume.

Clochette :
L'histoire d'une femme n'ayant connu qu'un seul amour malheureux dans sa vie. Une nouvelle tristounette que je n'ai pas entièrement compris.

Le marquis de Fumerol :
Le marquis de Fumerol se mort. Sa sœur mariée à Roger de Tourneville, un homme influent, espère sauver l'âme de son frère libertin afin de préserver la réputation de son mari. Mais le marquis de Fumerol est bien décidé à ne pas se laisser approcher par ces voleurs d'âmes que sont les religieux. Je l'ai apprécié ce marquis. A une époque où l'Eglise a encore une grosse influence, j'apprécie le discours du marquis. Malheureusement, on ne respecte pas toujours les volontés des morts, libre à la famille d'organiser par la suite les funérailles. Mais lorsque l'on ne croit pas en un "après", est ce que ça a son importance?

Le signe:
La marquise de Rennedon reçoit de bon matin la visite de son amie la baronne de Grangerie. La veille, cette dernière a voulu jouer à la pêche en imitant sa voisine d'en face, servante des plaisirs charnels. Alors qu'un beau garçon mord à l'hameçon, elle prend conscience de sa bêtise mais l'homme n'est pas décidé à rebrousser chemin. On a d'un côté la femme mariée coincée qui veut jouer à la séductrice mais incapable d'assumer ses actes qui vient demander conseil à une amie divorcée, libérée et au vu de la conclusion, semble t-il sans pitié. Serait ce une critique envers les femmes dites de la bonne société, irréprochable qui étouffe sous son rôle de bonne épouse et fantasme d'être dévergondée?

Le diable :
Un paysant va chercher une veilleuse pour sa mère mourante. Il négocie un forfait. La garde va en venir au meurtre pour ne pas être perdante dans ce deal. L'apât du gain entraine les mauvaises actions. L'avare qu'était cette gardienne a utilisé le diable pour faire mourir la vielle dame mais ne serait ce pas elle le diable?

Les rois :
Un groupe de hussard s'arrête dans un village. C'est le repas des rois et les soldats souhaitent des femmes pour se divertir. Le maréchal des logis de hussards va voir le curé afin de l'inviter lui et des dames. Le curé arrivera accompagné de quatre femmes, une sœur et trois vieilles infirmes. Je n'ai pas aimé cette nouvelle, elle finit en queue de poisson. Et la façon dont se déroule le repas ne me plait guère.

 

On pourrait croire que Guy De Maupssant étant un auteur du 19è siècle est un écrivain classique donc ringard. Et bien malgré tout, ses nouvelles me touchent. Elles me font peur ou rire. Elles me détendent ou au contraire me stressent. C'est à mes yeux un auteur qui est sans âge et qui continuera à donner la frousse pour encore longtemps.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #science fiction

Repost0

Publié le 30 Mars 2010

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/69/73/20/19250395.jpgJ’attends le dernier Tim Burton depuis plus de deux mois. Le fait qu’il adapte Alice au pays des merveilles m’enchantait. Et Johnny Depp dans le rôle du châpelier toqué me comblait. Son Sweeney Todd m’avait déçu et j’espérais que son retour dans le film d’animation me convienne totalement. Premièrement, ce n’est pas une adaptation du livre mais plus une histoire réutilisant les personnages du livre Alice au pays des merveilles et de l’autre côté du miroir. En effet, Alice est une petite fille qui souffre de cauchemars. On la retrouve quelques années plus tard. Elle a le teint blafard, elle a toujours du mal à dormir. C’est une jeune fille de la bonne société, rebelle, décidée à garder le contrôle sur sa vie. Lors d’une fête organisée pour ses fiançailles surprises, dérangée par cette demande en mariage qui ne lui convient pas, Alice suit le lapin blanc qui lui est apparu et dégringole dans un trou. Elle se retrouve dans le pays de ses cauchemars d’enfant et y retrouve de vieilles connaissances oubliées qui espèrent qu’elle est bien « LA » Alice. Le pays aux merveilles est très sombre, la reine rouge a pris le pouvoir en battant sa sœur la reine blanche grâce au monstre « le jabberwock ». On se doute bien que la mission d’Alice va être d’aider la reine blanche à rétablir son pouvoir et le bien. Je n’ai pas été vraiment déçue que ce soit une histoire totalement détachée du livre puisque je n’avais pas particulièrement apprécié les livres. J’ai eu au premier abord une mauvaise impression sur Alice. Je me suis dit : « encore une ado de bonne famille rebelle » mais quand on voit la tête et l’allure de son futur mari, elle a http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/69/73/20/19250396.jpgraison de fuir. C’est la partie du film que j’ai trouvé le plus comique. Les paysages du pays merveilleux sont vraiment très bien fait. Et en 3D, ça rend particulièrement bien. C’est d’ailleurs peut être le seul intérêt du 3D pour ce film, les paysages et le chat. Johnny Depp en chapelier toqué joue parfaitement bien. On est assez loin du toqué du livre mais il est attachant, tout en couleur, en folie. Après un début difficile avec Alice, j’ai en fin de compte apprécié son côté forte tête. J’ai beaucoup apprécié les jumeaux tweddle, le chat, le lièvre. J’ai moins aimé la reine rouge, je l’imaginais plus expressive. J’ai détesté la reine blanche. Son maintien m’était insupportable.

Dans l’ensemble, ça reste un Tim Burton mais loin d’être son meilleur. J’ai passé un bon moment mais j’ai été déçue par le 3D. Je pense que la technique a encore du chemin à faire. Elle n’était pas adaptée ici je trouve. Le scénario est trop léger, les jumeaux auraient peut être mérité d'être plus présents, la reine rouge et ses troupes n'étaient pas bien effrayants, la reine blanche apparait faible, molle, en dehors de ce qui se passe voir parfois désintéressée. Le chat n'est pas suffisamment arrogant à mon gout, même Alice n'est pas assez insupportable et la chenille loin d'être pompeuse. Un ensemble pas aussi travaillé que Charlie et la chocolaterie à mon avis. Tim Burton se relâche ?

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 24 Mars 2010

- Samedi direction le ciné pour voir le dernier Tim Burton : Alice au pays des merveilles. Allez Johnny Deep éblouis moi encore!

- Ce soir je démarre un livre offert par les éditions Point : Je dépasse mes peurs et mes angoisses

- Si vous êtes intéressés pour recevoir le livre de David S. Khara ça se passe ICI.

- J'ai démarré la saga Twilight et pour le moment vraiment j'aime beaucoup

- Mon inscription pour le Jury du prix ELLE est envoyée, je croise les doigts et si c'est non ça ne fera que mon 3è refus :D

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #majanissa

Repost0

Publié le 24 Mars 2010

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51dPRmHP%2BlL._SS500_.jpgAnwell, jeune adulte se meurt d’une maladie inconnue. Alors qu’il sent la fin proche, il se remémore certains épisodes de son enfance. Son discours démarre par sa rencontre avec Finnigan. Un petit garçon des bois qui semble voir et entendre tout ce qui se passe dans la petite ville de Mulyan. Anwell est un garçon ridiculisé par ses camarades, mal aimé par ses parents pour qui il est un accident, un poids. Anwell subit brimades, moqueries, punitions sans pouvoir de rébellion. Finnigan qui est son « ami » lui propose un pacte. Anwell sera l’ange, celui qui ne fait pas de mal, celui qui sera toujours sage, il deviendra « Gabriel ». Finnigan lui sera l’antechrist, il fera le mal. Après ce pacte, une série d’incendies se déclare. Gabriel soupçonne Finnigan d’être derrière ce désastre. La peur au sein de la population entraine dénonciations et suspicions. La colère gronde. Gabriel commence à craindre Finnigan et le somme d’arrêter ses mauvaises actions mais ce n’est pas un souhait de ce dernier.

 

Encore un livre qui me laisse mitigée mais je pense que c’étais le but de l’auteur et je trouve qu’elle a réussi un sacré travail pour me rendre dingue. J’ai eu du mal avec les flash-backs, je n’arrivais pas à faire une chronologie de l’enfance d’Anwell et je ne comprenais pas non plus son présent (un passage du final m’a soulagée sur cette incompréhension). J’avais du mal à cerner Finnigan et à comprendre qui il était et son chien me déstabilisait aussi. Là encore, heureusement que le livre ne finit pas en queue de poisson.

A la lecture du résumé et des premières pages du livre, mon hypothèse était que Gabriel était le bien et Finnigan le mal, le tout formant Anwell. Je n’ai pas confirmation de ça et la révélation sur Finnigan me laisse sceptique. Cette révélation est-elle une conséquence de la démence d’Anwell sur la fin de sa vie ou une alternative pour ne pas assumer ses actes ? Et donc une question se pose toujours pour moi, qui était l’incendiaire ? j’ai un gros soupçon mais qui n’est pas confirmé.

Mon bilan sur ce livre n’est donc pas négatif mais pas follement enthousiaste non plus. J’admire l’écriture de l’auteur pour m’avoir gardée dans le flou, dans une incompréhension aussi importante alors que les scènes prises une à une sont bien claires. Cette remarque amène forcément le côté plus négatif, j’ai l’impression de n’avoir absolument rien compris :D. Mon sentiment global sera celui d’avoir été soufflée. Ce livre me fait penser au film « sixième sens » lorsque l’on ne comprend qu’à la fin ce qu’est Bruce Willis. Il y a des détails qui le font comprendre tout au long du film et notamment le fait que personne ne parle jamais au psychiatre que joue Bruce Willis, personne ne lui adresse jamais la parole. Dans ce livre, j’ai retrouvé le même détail. Personne n’adresse jamais la parole à Finnigan même lorsqu’il accompagne Anwell et ça l’était notamment flagrant dans une discussion avec le policier de la ville. En bref, une lecture peu fluide, difficile à mes yeux mais qui me laisse un arrière gout loin d’être désagréable.

 

Merci à Livraddict et aux éditions "j'ai lu".

 

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #roman

Repost0

Publié le 16 Mars 2010

http://ecx.images-amazon.com/images/I/411t9wByugL._SL500_AA300_.jpgRoméo est Mauricien. Alors qu’il est un jeune garçon, son père colérique et imprévisible quitte le foyer familiale. Sa mère se retrouvant seule, part pour la France afin de trouver du travail. Elle le fera venir en France quand elle pourra payer son billet d’avion, en attendant il vit chez sa tante. Il rejoindra sa mère trois ans plus tard. Il ne ressent plus rien pour cette inconnue. Il a des difficultés d’adaptation, sa scolarité se passe mal. La vie s’annonce difficile pour lui.
Marie est issue de la bonne société bourgeoise parisienne. Sa mère a quitté son père pour vivre avec son amour de toujours. Alors qu’elle entre dans l’adolescence, sa mère lui annonce que son vrai père est en fait son nouveau compagnon. Sa mère quittera son vrai père quelques mois après le mariage qu’elle attendait tant. Marie est envoyée en pension et rentre peu souvent dans son « foyer ».

Le livre est construit sur une alternance des chapitres racontant l’enfance puis l’adolescence et la vie d’adulte de chacun jusqu’à leur rencontre. Suite à leur rencontre, on continue sur une alternance de leur point de vue sur leur vie à deux. Le déroulement de la vie de chacun est assez intéressant, on suit deux êtres meurtris aux milieux totalement différents, éducations différentes, situations financières opposées. Mais les blessures sont les mêmes. La tristesse et le mal-être peut toucher n'importe quelle personne sans faire de différence de classe, de couleur de peau, d'éducation.  Cette première partie aurait été très bien si je n’avais pas désespérement attendu leur rencontre. On attend plus de la moitié du livre pour qu’ils se trouvent et la façon dont ça se déroule me déçoit énormément. Je ne m’attendais absolument pas à ça.

De plus, on démarre le livre avec un Roméo tout bout de chou, tout mignon et on finit avec un mangeur de femmes (ok la quatrième de couverture nous prévient) qui se la pète. Il se prend pour un dieu à qui les femmes vouent un culte une fois qu'elles y ont goutées. Je ne supporte pas ce genre de comportement donc c'était clair que Roméo allait m'être insupportable. Côté construction de sa vie, des choses m'ont gênées, j'ai trouvé que ça clochait. Il dit avoir connu plus d’une centaine de femmes mais il nous parle de ses amours avec qui il reste plusieurs années pour certaines. Il y a un passage entre l’ado et l’adulte qui s’est fait et que je n’ai pas réussi à suivre. Même la suite j'ai eu bien du mal à suivre. La chronologie que j’ai essayée de faire dans ma tête a dérapé, il me manquait des "bouts de vie", je me suis trop souvent dit :"ça va pas ça!"
J’ai également perdu le fil avec Marie. Ca a démarré lorsqu’elle est dans le coma. Il m’a fallu un moment pour comprendre pourquoi elle était là et par la suite, on n’en parle plus. Ce n'est peut être qu'un détail de l'histoire mais moi ce passage m'a marqué donc je n'ai pas compris qu'on passe aussi vite sur ce point. Et comme pour Roméo, je suis perdue dans le déroulement de sa vie. Renaud était tout son univers, tout se passe bien, leurs rapports sont bons puis un peu plus tard, il l’a molle car il se sent rabaissé. Mince le discours varie trop pour moi.

Et enfin cette fameuse rencontre. Là ma lecture devient catastrophique. Je ne supporte absolument plus Marie. Je suis incapable de la comprendre car incapable d’être aussi dépendante d’autrui. Mon indépendance c’est ma liberté, ce dont je suis le plus fière et je n’arrive pas à comprendre les femmes qui s’accrochent ainsi à un homme. Je trouve ça dégradant. Ensuite, elle tombe dans la méchanceté avec lui. Franchement des deux, lequel est le plus mauvais envers l'autre. Je trouve qu'ils se valent bien, d'aussi mauvaise foi l'un que l'autre. Qu'ils aient besoin l'un de l'autre je n'y crois pas, qu'ils étaient tout l'un pour l'autre, j'y crois encore moins, qu'ils étaient fous l'un de l'autre, je n'y crois pas du tout. C'est le sentiment que la narration me donne. Chaque chapitre commence par une abondance de sentiments forts qui passent à la haine en moins d'une page. Est-ce que les narrateurs ne cherchent pas à se voiler la face pour en fin de compte s'ouvrir, se lâcher et vociférer et ça dès le début de leur relation.

J'ai eu beaucoup de mal avec ce livre. Trop de changement de discours à mon gout. Je m'étais attachée à ces deux gosses mais une fois adulte ils m'ont énervée. Ils se mentent à eux même et du coup à nous aussi puisqu'ils nous confient leurs sentiments. Ce n'était pas le genre de lecture que j'attendais. J'attendais de la passion, il n'y en a aucune entre eux. Pour ne pas m'énerver et abandonner ce livre, j'ai préféré faire des pauses et ai dépassé le mois imparti.
Je m'excuse donc auprès des éditions Robert Laffont et livraddict pour mon retard.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #roman

Repost0

Publié le 15 Mars 2010

Samedi, je laissais Miss Maja pleurant le visage collé à la vitre avec mon sac à main dans sa petite menotte avec un air : « Mais non maman, tu te trompes de sac ». Lorsqu’elle a compris que ce jour là, c’était ma journée et que je ne reviendrai pas de suite, j’ai failli faire demi tour. Mais non, ma puce, t’en fais pas, maman ne te laisse pas. Mais si maman l’a laissé avec Mr Maja (Merci zhom d’avoir gardé la monstre pour me permettre ma vadrouille) et est partie retrouver pleins de blogueurs à Rennes pour parler livres (famille), pour voir des livres (auteurs). J’étais ravie de retrouver Yvon (j’aurai été encore plus contente si Nicole avait été là;)), Joëlle et Florian et de rencontrer Gambadou, Clara, Canel, Gwenaelle, Hilde et Géraldine.


La journée s’est très bien passée, les bloggueuses(eur) sont très sympathiques, je ne regrette pas d’avoir joué la mère indigne et vu l’accueil que j’ai reçu le soir, elle ne semblait pas avoir passé une mauvaise journée avec son papa ;).

 

Côté achat, ça donne ça :

 

DSC02108.JPG

 

Hervé Hamon pour le beau papa, Jean Luc Bizien pour ma sœur, Les 13 crânes de cristal  d'Anne Chevalier Maho pour Zhom et le reste tout pour moi, notamment les Evelyne Brisou Pellen que j’adore et La tresse de Jeanne de Nathalie de Broc parce que je me souvenais de l'avoir vu quelque part et qu'il m'avait fait envie.


J'aurais aimé papoter un peu avec David S. Khara mais il était bien occupé, je n'ai pas voulu le déranger.

 

Je tiens à tous vous remercier pour cette journée qui m'a fait du bien. Ayant de grosses difficultés à me décoller de ma princesse, je ne sors pas très souvent mais bon sang ce que ça fait du bien! Merci à tous!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 15 Mars 2010

DSC02099.JPGJ’ai reçu mon colis depuis un bon moment mais j’ai vraiment du mal avec le temps qui passe et qui manque.

C’est Sita qui m’a gâtée. Elle a vu que j’étais une fan des animés des studios ghibli.

Le colis était donc sur le thème « ghibli ». Ca me casse un peu mon mythe de Miyazaki et son imagination débordante mais qu’importe j’adore ses dessins.










DSC02105.JPGIl y a : le sorcier de terremer de Ursula K. Le Guin (qui donne l'adaptation : contes de terremer de Miyazaki fils) et le château de Hurle de Diane Wynne Jones (j’ai le premier tome des mondes de Chrestomanci offert par Chrestomanci mais honte sur moi il attend toujours ) qui a donné l'adaptation "le château ambulant" de Miyazaki père.
Le marque page représente "kiki la petite sorcière" (je suis impressonnée par le fait main de Sita, elle sait très bien dessiner et le marque page est très joliment exécuté) .
Et la surprise était la BO du "voyage de Chihiro" qu'il va falloir que je revois!
Pour les gourmandises ce sont des bonbons japonais bien sur! un peu comme des haribos (quasiment tous mourru à l’heure qu’il est…).

 


 

 

 

 

 

Je remercie à nouveau Sita pour ce colis qui me fait grand plaisir :)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 9 Mars 2010

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/a/a7/The_Road_movie_poster.jpgJ'avais beaucoup apprécié le livre, voir ici. J'attendais le film avec impatience, la bande annonce était très prometteuse. J'ai enfin pu le voir hier en VO Sous titrée. Je n'ai absolument pas été déçue. Le décor ressemble bien à ce que j'imaginais, un décor cendreux, sombre, chaotique. Les personnages sont sales, d'une maigreur effrayante, affamés. Le retour au monde animal, la perte de l'humanité est très bien décrite et filmée sans détour mais sans tomber dans le gore. L'ambiance du livre est parfaitement reproduite. Solitude, peur, lutte pour la survie et cet espoir chez ce petit garçon. Il est d'une pitié et d'une générosité qui est déplacée dans ce monde d'apocalypse. On se demande comment il va survivre en étant si "naif". Et pourtant c'est lui qui maintient le feu, la lumière et qui est un espoir pour l'avenir de l'humanité. Et d'ailleurs malgré sa saleté, sa tristesse, sa peur, il est d'une luminosité magnifique. Kodi Smit-McPhee joue incroyablement bien le petit garçon, il est vraiment très doué. Le père joué par Viggo Mortensen est également épatant.
Pour finir, j'ai particulièrement apprécié que le réalisateur ne se permette pas une adaptation libre du livre. On retrouve quasiment chaque scène avec la même ambiance, les mêmes sentiments. Il y a par contre une liberté qui a été prise concernant les flash back et la mère mais ça ne dénature rien, j'ai même trouvé que ça avait sa place.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0

Publié le 9 Mars 2010

http://www.gite-des-roses-eure.fr/carte_regions_de_france.gif


Je voulais depuis un bon moment participer à un swap régional. Le principe est de faire découvrir votre région par l’intermédiaire d’un auteur de votre région ou par un livre qui se passe dans votre « chez vous ». ca doit sentir bon le produit local. Vous aimez votre région, vous voulez la faire découvrir, partager ses saveurs, ses talents.

 

Côté colis, restons simple ;), je ne fais pas dans l’innovation.

Il devrait contenir : - un livre

                           - une gourmandise

- une surprise

une carte postale

 

Le livre doit être soit d’un auteur local soit se passer dans votre région, le mieux serait les deux ;).

La gourmandise il s’agirait d’un produit local typique de votre région.

La surprise correspond à un objet qui représente votre région (acheté ou fait main comme vous le sentez).

La carte postale illustre votre région.

 

Pour les intéressé(e)s, envoyez-moi un mail à majanissa@hotmail.fr en me précisant quelle(s) région(s) vous vous proposez de faire connaitre et quelle(s) région(s) vous souhaitez découvrir.

 

Pour les dates rien de fixé encore. Lorsqu’il y aura assez de participants pour faire un swap intéressant, je clôturerai les inscriptions et j’enverrai les questionnaires. Vous aurez deux semaines pour les renvoyer puis lorsque votre swappé(e) vous sera connu, vous aurez un mois jusqu'à la rentrée scolaire de Septembre pour préparer son paquet et lui envoyer.

 

Les inscrites pour le moment:

- majanissa

- venzo2b (Laurence)

- Laëtita

- Mathilda

- MiniFourmi

- Shana

- Lasardine

- Lucy

- Flof13

- mrs pepys

- Delph
- Saxaoul
- Austen Girl
- Diddy
- Mathilde
- Lucie
- Héloise
- Lhisbei

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0