Le horla - Guy De Maupassant

Publié le 31 Mars 2010

http://www.mediapart.fr/files/Sebtom/Le_Horla.gifLe horla :
Le narrateur vit sur les berges de la Seine dans la périphérie de Rouen. De sa fenêtre il voit passer les convois de navires. Un jour, il tombe malade. Il est habité par un état fiévreux puis un malaise et une peur s’installe dans son esprit. Son sommeil devient agité de cauchemar. Il pense tomber peu à peu dans la folie jusqu’à ce qu’il découvre la « chose » invisible qui le hante : le Horla. Pour retrouver la paix, il essaie de tuer cette entité qui a décidée de s’approprier sa vie.
J’avais un très bon souvenir de cette nouvelle lu en Lycée. Et à nouveau la magie a opéré. La nouvelle est courte et pourtant Maupassant arrive parfaitement à nous faire monter l’adrénaline. J’ai senti mon pouls s’accélérer, mon cœur tressaillir lorsque qu’un gros bruit a retenti dans la pièce d’à côté alors que j’étais en pleine lecture. Il est vraiment très fort ce Maupassant.
Du coup, je me pose la question, dans quel état d’esprit était Maupassant lorsqu’il écrivait ses nouvelles fantastiques et notamment celle-ci. Le narrateur est proche de la folie, la nouvelle est pessimiste, la finalité est bien du style de Maupassant. Le narrateur est terrifié, Maupassant l’était-il ? De quoi ? Etait-il atteint d’hallucinations ? Le fait que la nouvelle soit en plus sous la forme d’un journal intime m’amène forcément à relier le narrateur à l’auteur. Et donc pour Maupassant qui est le Horla ?

Une explication sur le Horla ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Horla

Amour :
L'amour à en mourir. On démarre la nouvelle avec un fait divers d'un homme qui tue sa femme puis se tue, ils s'aimaient. Puis le narrateur nous raconte que son cousin l'invite pour une partie de chasse. On se demande bien ce que ce fait divers à avoir avec la chance. Les canards me le feront comprendre. Une nouvelle très courte, très étrange. A nouveau je me demande quel était l'état d'esprit de Maupassant?

Le trou :
Cette nouvelle je l'ai trouvé drôle. Mr Renard est accusé de coups et blessures ayant entrainé la mort. Mr Renard raconte au juge le déroulement du drame et c'est d'un comique navrant au vu des conséquences.

Sauvée :
L'art et la manière d'une femme pour manipuler son mari afin d'obtenir le divorce. Là encore j'ai bien ri. Le genre de pratique que je connaissais déjà lorsque le divorce pour faute existait mais je ne savais pas que dès l'époque de Maupassant, c'était de coutume.

Clochette :
L'histoire d'une femme n'ayant connu qu'un seul amour malheureux dans sa vie. Une nouvelle tristounette que je n'ai pas entièrement compris.

Le marquis de Fumerol :
Le marquis de Fumerol se mort. Sa sœur mariée à Roger de Tourneville, un homme influent, espère sauver l'âme de son frère libertin afin de préserver la réputation de son mari. Mais le marquis de Fumerol est bien décidé à ne pas se laisser approcher par ces voleurs d'âmes que sont les religieux. Je l'ai apprécié ce marquis. A une époque où l'Eglise a encore une grosse influence, j'apprécie le discours du marquis. Malheureusement, on ne respecte pas toujours les volontés des morts, libre à la famille d'organiser par la suite les funérailles. Mais lorsque l'on ne croit pas en un "après", est ce que ça a son importance?

Le signe:
La marquise de Rennedon reçoit de bon matin la visite de son amie la baronne de Grangerie. La veille, cette dernière a voulu jouer à la pêche en imitant sa voisine d'en face, servante des plaisirs charnels. Alors qu'un beau garçon mord à l'hameçon, elle prend conscience de sa bêtise mais l'homme n'est pas décidé à rebrousser chemin. On a d'un côté la femme mariée coincée qui veut jouer à la séductrice mais incapable d'assumer ses actes qui vient demander conseil à une amie divorcée, libérée et au vu de la conclusion, semble t-il sans pitié. Serait ce une critique envers les femmes dites de la bonne société, irréprochable qui étouffe sous son rôle de bonne épouse et fantasme d'être dévergondée?

Le diable :
Un paysant va chercher une veilleuse pour sa mère mourante. Il négocie un forfait. La garde va en venir au meurtre pour ne pas être perdante dans ce deal. L'apât du gain entraine les mauvaises actions. L'avare qu'était cette gardienne a utilisé le diable pour faire mourir la vielle dame mais ne serait ce pas elle le diable?

Les rois :
Un groupe de hussard s'arrête dans un village. C'est le repas des rois et les soldats souhaitent des femmes pour se divertir. Le maréchal des logis de hussards va voir le curé afin de l'inviter lui et des dames. Le curé arrivera accompagné de quatre femmes, une sœur et trois vieilles infirmes. Je n'ai pas aimé cette nouvelle, elle finit en queue de poisson. Et la façon dont se déroule le repas ne me plait guère.

 

On pourrait croire que Guy De Maupssant étant un auteur du 19è siècle est un écrivain classique donc ringard. Et bien malgré tout, ses nouvelles me touchent. Elles me font peur ou rire. Elles me détendent ou au contraire me stressent. C'est à mes yeux un auteur qui est sans âge et qui continuera à donner la frousse pour encore longtemps.

Rédigé par majanissa

Publié dans #science fiction

Repost 0
Commenter cet article

Demortefeuille 13/07/2014 22:09

Bonjour,

Je viens de terminer le horla et m en trouve déçu. L œuvre pauvre aussi bien sur la forme que sur le fond nous ennuie à mourir et laisse place à une fin téléphonée. Peut être que l époque à laquelle Maupassant écrit cette nouvelle ce fut quelque chose de nouveau mais il y a eu depuis tellement d autres auteurs qui ont écrit des choses tellement plus terrifiantes et de qualité supérieure, je pense notamment à Lovecraft, Shelley, et autres Bram Stocker. Aujourd'hui écrite, cette œuvre serait probablement passée inaperçue. Elle a eu la bénédiction de son époque et par ce biais atteint le rang des classique. Ça n en demeure pas moins une œuvre médiocre à mon sens.

Bonne soirée et bonne lecture à vous.

Demortefeuille 13/07/2014 22:09

Bonjour,

Je viens de terminer le horla et m en trouve déçu. L œuvre pauvre aussi bien sur la forme que sur le fond nous ennuie à mourir et laisse place à une fin téléphonée. Peut être que l époque à laquelle Maupassant écrit cette nouvelle ce fut quelque chose de nouveau mais il y a eu depuis tellement d autres auteurs qui ont écrit des choses tellement plus terrifiantes et de qualité supérieure, je pense notamment à Lovecraft, Shelley, et autres Bram Stocker. Aujourd'hui écrite, cette œuvre serait probablement passée inaperçue. Elle a eu la bénédiction de son époque et par ce biais atteint le rang des classique. Ça n en demeure pas moins une œuvre médiocre à mon sens.

Bonne soirée et bonne lecture à vous.

Géraldine 02/04/2010 22:15


Ce livre fut une véritable révélation pour moi lorsque je l'ai lu au lycée. Révélation comme quoi "classique" ne rime pas forcément avec chiant et révélation d'un auteur dont j'ai presque tout lu.
Presque, car j'en garde un peu pour la suite !!!


Canel 02/04/2010 09:29


Un de mes auteurs préférés ! j'ai très envie de tout relire... mais vu ma PAL... à la retraite ! :-(


Joelle 01/04/2010 09:37


On avait étudié ce recueil à l'école (au collège je crois) et j'avais adoré ! J'avais alors dévoré une partie de l'oeuvre de Maupassant :)


Majanissa 01/04/2010 10:03



Pareil étudié à l'école et il y a encore les contes fantastiques qui m'attendent. J'espère retrouver le livre chez mes parents ce we.