Cet homme là - Eve De Castro

Publié le 16 Mars 2010

http://ecx.images-amazon.com/images/I/411t9wByugL._SL500_AA300_.jpgRoméo est Mauricien. Alors qu’il est un jeune garçon, son père colérique et imprévisible quitte le foyer familiale. Sa mère se retrouvant seule, part pour la France afin de trouver du travail. Elle le fera venir en France quand elle pourra payer son billet d’avion, en attendant il vit chez sa tante. Il rejoindra sa mère trois ans plus tard. Il ne ressent plus rien pour cette inconnue. Il a des difficultés d’adaptation, sa scolarité se passe mal. La vie s’annonce difficile pour lui.
Marie est issue de la bonne société bourgeoise parisienne. Sa mère a quitté son père pour vivre avec son amour de toujours. Alors qu’elle entre dans l’adolescence, sa mère lui annonce que son vrai père est en fait son nouveau compagnon. Sa mère quittera son vrai père quelques mois après le mariage qu’elle attendait tant. Marie est envoyée en pension et rentre peu souvent dans son « foyer ».

Le livre est construit sur une alternance des chapitres racontant l’enfance puis l’adolescence et la vie d’adulte de chacun jusqu’à leur rencontre. Suite à leur rencontre, on continue sur une alternance de leur point de vue sur leur vie à deux. Le déroulement de la vie de chacun est assez intéressant, on suit deux êtres meurtris aux milieux totalement différents, éducations différentes, situations financières opposées. Mais les blessures sont les mêmes. La tristesse et le mal-être peut toucher n'importe quelle personne sans faire de différence de classe, de couleur de peau, d'éducation.  Cette première partie aurait été très bien si je n’avais pas désespérement attendu leur rencontre. On attend plus de la moitié du livre pour qu’ils se trouvent et la façon dont ça se déroule me déçoit énormément. Je ne m’attendais absolument pas à ça.

De plus, on démarre le livre avec un Roméo tout bout de chou, tout mignon et on finit avec un mangeur de femmes (ok la quatrième de couverture nous prévient) qui se la pète. Il se prend pour un dieu à qui les femmes vouent un culte une fois qu'elles y ont goutées. Je ne supporte pas ce genre de comportement donc c'était clair que Roméo allait m'être insupportable. Côté construction de sa vie, des choses m'ont gênées, j'ai trouvé que ça clochait. Il dit avoir connu plus d’une centaine de femmes mais il nous parle de ses amours avec qui il reste plusieurs années pour certaines. Il y a un passage entre l’ado et l’adulte qui s’est fait et que je n’ai pas réussi à suivre. Même la suite j'ai eu bien du mal à suivre. La chronologie que j’ai essayée de faire dans ma tête a dérapé, il me manquait des "bouts de vie", je me suis trop souvent dit :"ça va pas ça!"
J’ai également perdu le fil avec Marie. Ca a démarré lorsqu’elle est dans le coma. Il m’a fallu un moment pour comprendre pourquoi elle était là et par la suite, on n’en parle plus. Ce n'est peut être qu'un détail de l'histoire mais moi ce passage m'a marqué donc je n'ai pas compris qu'on passe aussi vite sur ce point. Et comme pour Roméo, je suis perdue dans le déroulement de sa vie. Renaud était tout son univers, tout se passe bien, leurs rapports sont bons puis un peu plus tard, il l’a molle car il se sent rabaissé. Mince le discours varie trop pour moi.

Et enfin cette fameuse rencontre. Là ma lecture devient catastrophique. Je ne supporte absolument plus Marie. Je suis incapable de la comprendre car incapable d’être aussi dépendante d’autrui. Mon indépendance c’est ma liberté, ce dont je suis le plus fière et je n’arrive pas à comprendre les femmes qui s’accrochent ainsi à un homme. Je trouve ça dégradant. Ensuite, elle tombe dans la méchanceté avec lui. Franchement des deux, lequel est le plus mauvais envers l'autre. Je trouve qu'ils se valent bien, d'aussi mauvaise foi l'un que l'autre. Qu'ils aient besoin l'un de l'autre je n'y crois pas, qu'ils étaient tout l'un pour l'autre, j'y crois encore moins, qu'ils étaient fous l'un de l'autre, je n'y crois pas du tout. C'est le sentiment que la narration me donne. Chaque chapitre commence par une abondance de sentiments forts qui passent à la haine en moins d'une page. Est-ce que les narrateurs ne cherchent pas à se voiler la face pour en fin de compte s'ouvrir, se lâcher et vociférer et ça dès le début de leur relation.

J'ai eu beaucoup de mal avec ce livre. Trop de changement de discours à mon gout. Je m'étais attachée à ces deux gosses mais une fois adulte ils m'ont énervée. Ils se mentent à eux même et du coup à nous aussi puisqu'ils nous confient leurs sentiments. Ce n'était pas le genre de lecture que j'attendais. J'attendais de la passion, il n'y en a aucune entre eux. Pour ne pas m'énerver et abandonner ce livre, j'ai préféré faire des pauses et ai dépassé le mois imparti.
Je m'excuse donc auprès des éditions Robert Laffont et livraddict pour mon retard.

Rédigé par Majanissa

Publié dans #roman

Repost 0
Commenter cet article

lancellau 17/03/2010 18:15


Je ne le note pas...Trop débordée en ce moment!!


clara 17/03/2010 11:08


Oui, peut-être... à voir.


clara 17/03/2010 07:50


Il ne me tente pas du tout, du tout...


Majanissa 17/03/2010 10:38


C'est sur que mon avis n'est pas tentant mais c'est le genre de livre que chaque personne ressent différemment. Tu pourrais l'apprécier qui sait.


Gio 17/03/2010 07:23


Effectivement, les personnages m'ont énervée aussi.. mais je ne suis peut-être pas assez objective, c'est Roméo qui m'a vraiment horripilée... ( et pourquoi l'avoir appelé comme ça??)


Majanissa 17/03/2010 10:45


j'avoue que c'est elle qui m'a le plus énervée mais bon ils se valent bien à mon avis.


denis 16/03/2010 20:17


j'avais lu 2 romans historiques de cette auteure et j'avais apprécié mais ce commentaire ne donne pas trop envie de lire celui-ci


Majanissa 17/03/2010 10:46


Comme je le dis à Clara je pense que l'appréciation sur ce livre dépend vraiment du vécu, de son expérience perso et de son caractère.