Publié le 31 Janvier 2011

7è Salon du Livre Jeunesse  "Lire c'est délire"http://www.perros-guirec.com/ezimagecatalogue/catalogue/variations/5749-150x150.jpg


Dimanche 20 février

La 7 ème édition du salon du livre destiné au jeune public recevra de nombreux auteurs et illustrateurs dans une ambiance chaleureuse et conviviale à la Maison des Traouïero.

 

L'art à l'honneur


Les invités : Anne BOUIN, auteur, Marie DIAZ, auteur, Jean-François DUMONT, illustrateur, Pascal MILLET, auteur, Alain LOZAC'H, auteur, Hubert RUBLON, auteur, Roselyne SÉVENOU-QUÉRÉ, auteur, Léa TIRMANT, auteur, Delphine VAUTE, illustratrice.

 

Les expositions

Exposition de l'association Mots et couleurs : "L'art en boîte" pour développer un thème de la littérature jeunesse : l'Art. Interactive, cette exposition permet une approche ludique de l'art sous différentes formes.

Exposition d'illustrations de marque-pages réalisé pour le concours organisé par la bibliothèque municipale, "L'art c'est délire".

 

Les lectures par l'association "Lire et faire lire".

 

Les contes et histoires de Marc Buléon.

 

Les ateliers : de reliure avec Anne Vion, de peinture avec Thierry Le Baler, autour de la "récup" avec le centre de loisirs, d'initiation au Breton à travers des jeux.

 

Les exposants : Aulnes éditions, bibliothèque pour tous, éditions du Mouton Cerise, éditions Gargantua, éditions Mille feuilles, Maison de la presse, Stéphanie Stoll, Tom librairie.

 

Pratique : ouvert de 10h à 18h, entrée libre.

 

Le site de Perros-Guirec

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 17 Janvier 2011

http://www.hugoetcie.fr/var/hugoetcie/storage/images/jbz/a-paraitre/un-jardin-sur-le-ventre/16874-4-fre-FR/Un-jardin-sur-le-ventre_lightbox_zoom.jpgSuzanne vivait pour ses filles, ses trésors et pour son mari ridicule, nombriliste, collectionneur de maitresses. Elle n'en pouvait plus, elle n'était pas heureuse, elle n'avait jamais obtenu le bonheur qu'elle avait chez mémère qui l'avait recuillie après que sa mère frivole l'ait rejetée. Elle rêvait d'un homme unique qu'elle aimerait toute sa vie et à la place elle a eu un pur égoiste. Heureusement que ses filles étaient là mais même elles, n'ont pas tenu le coup s'enfuyant chacune à leur façon de ce foyer incommodant. Après le décès de sa mère, Gabrielle nous parle de cette femme qui lui manque terriblement. Elle nous raconte sa vie d'enfant, adolescente, femme et mère. La narratione est à la deuxième personne du singulier. Gabrielle s'adresse à sa mère qui a disparu. Elle s'apitoie sur la vie de Suzanne. Il y a un lien de tendresse, de douceur dans ce "tu" et un discours très dur envers "lui", son père.
Le résumé disait que c'est tout le monde et n'importe qui, c'est assez vrai. Je ne me suis pas confondue avec SUzanne ni Gabrielle c'est leur histoire de famille. Mais toutes les histoires ont des ressemblances. Je me suis donc sentie assez proche sur certains poits.
C'est une lecture que j'ai apprécié. C'est comme une belle lettre d'une fille à sa mère. J'aimerais que ma princesse parle de moi avec autant de douceur plus tard.
La vie de Suzanne n'a pas été rose mais je suppose que nous avons tous notre fardot à porter mais si certaines sont plus lourds que d'autres. Le style est sympathique. L'histoire est commune mais pas ennuyeuse. C'est bien écrit, fluide. Un bon moment de tendresse.

 

Merci aux éditions Hugo et Compagnie et BOB pour ce partenariat.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Repost0

Publié le 7 Janvier 2011

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41Q9WMCZRFL._SS500_.jpgLe schéma classique de Virginia Andrews, une famille heureuse/unie puis un drame. Céleste a un frère jumeau Lionel. Ils vivent heureux avec leurs parents. Son père est entrepreneur. Ils vivent dans la maison familiale maternelle avec les esprits de leurs ancêtres. En effet leur mère voit les esprits de ses ancêtres et est très croyante sur tout ce qui concerne les mauvais esprits ect...

Un accident emporte le père puis Lionel. Incapable de supporter la porte de son fils, la mère de Céleste préfère la croire morte et lui impose de se faire passer pour son frère.

 

Je me suis ennuyée avec ce livre et pourtant il est assez différent des autres sagas. Mais il ne m'a pas intéressée. Une nième histoire familiale avec une mère totalement dérangée, un enfant à naitre et tout le tintouin habituel. J'ai le deuxième tome donc je le lirai mais je ne suis pas sure de prendre le troisième.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #roman

Repost0

Publié le 6 Janvier 2011

http://jouetsetjeux.zlio.net/product/image/imageID/1326371Mini miss Maja a eu pour Noel un livre intitulé "Didou à l'école". Et bien oui, cette année, la cocotte va changer de cours et passer de chez la nourrice à l'école maternelle. Donc un bon moyen d'introduire le changement.

 

Le livre se déplie en trois tableaux sous la forme d'un carroussel. On a un petit livret qui raconte la journée de Didou et un ensemble de personnages/objets cartonnés à placer dans le décor.

Didou arrive à l'école, range son doudou dans le coffret à doudou et va dire bonjour à la maitresse. On a donc l'ourson qu'on range dans le coffre et on a les personnages de DIdou et la maitresse.

Puis il y a la cour de récréation et la pièce où ils font la sieste, jouent, lisent...

 

Un livre très sympa à lire/jouer avant le coucher. Miss l'aime beaucoup et adore faire des histoires avec les personnages et aime toucher à tous les possibilités du pop up comme changer le temps à l'extérieur, ouvrir toutes les portes et découvrir ce qui se cache derrière, jouer avec les accessoires de la cour de récré. Tous les enfants ont eu le droit à leur tour de toboggan ;).

En bref, un livre particulièrement bien fait, que les enfant aimeront à coup sur.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 5 Janvier 2011

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51NJX6ZA4WL._SS500_.jpgSi on devait me demander qui est l'auteur du célèbre "Jonathan Livingston le Goéland", il aurait bien fallu que j'avoue que je n'en avais aucune idée. Je suis tombée sur ce livre avec un mignon furet sur la couverture lors d'une liquidation de magasin. La phrase sur la couverture "par l'auteur de Jonathan Livingston le Goéland" m'a attirée et le prix ridicule m'a achevée.
Nous avons nos garde-côtes qui veillent sur la sécurité des usagers de la mer mais les animaux ont également leur sauveteurs, des furets courageux, dévoués toujours prêt à secourir les navires en détresse. Béthanie furet est une de ses sauveteurs. Nous la suivons dans son quotidien passionnant.
Le livre est bien écrit et décrit très bien la mer avec ses tempêtes et ses dangers. L'histoire est mignonne et malgré tout j'étais inquiète pour Béthanie et également fascinée par son courage, sa détermination et sa passion. Le vocabulaire utilisé n'est pas toujours aisé pour moi qui n'y connait rien à la navigation mais le livre se laisse tout de même bien lire. Les adolescents à partir de 10-12 ans devraient bien apprécier.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 4 Janvier 2011

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41X1VxM0VbL._SS500_.jpgChristopher Pyne - Un squelette sous la mer
Jill part en vacances à Hawai. Elle doit retrouver deux amies. Dans l'avion, elle rencontre Mike qui décède soudainement pendant le vol. Cette mort la perturbe, elle fait de violents rêves avec Mike. Que cherche t-il à lui dire?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RL Stine - Le labyrinthe infernal http://ecx.images-amazon.com/images/I/51ZRHM5M4VL._SS500_.jpg
Elaine se retrouve collée un samedi en compagnie de Bob et sa bande. Pour parer à l'ennui, ils décident de visiter l'école. Par accident, ils tombent dans les abris existants sous l'école. Dans ces sous sols, un secret vieux de trente ans rôde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51JCDBYN6KL._SS500_.jpgRL Stine - Le garçon d'à côté
Christelle et Line sont deux adolescentes coquettes et désireuses de rencontrer un charmant garçon. Justement Scott emménage à côté de chez Christelle. Il est beau, intelligent, le petit ami idéal. La compétition commence entre les deux amies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adolescente j'adorais cette collection. La montée d'adrénaline qu'elle apportait était très agréable. Quinze ans après, la peur n'est plus vraiment au rendez-vous mais la lecture reste tout de même bien sympathique. Un bon moment et je continuerai dans ma relecture de la collection peur bleue.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 3 Janvier 2011

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41G5G026RBL._SS500_.jpgLe personnage principal de ce livre est un auteur qui peine à se faire connaitre, jusqu'au jour où pour son plus grand malheur il est sélectionné pour l'obtention du Goncourt, il devient goncourable. Catastrophé, il souhaite que sa femme ne soit pas au courant de cette déchéance, il va chercher du réconfort auprès de son meilleur ami François et souhaite que son éditeur fasse son possible pour le retirer de cette honte. Il explique pourquoi être goncourable est le début de la fin pour un auteur et estime que c'est le prix pour le plus mauvais auteur. Son oeuvre est donc si mauvaise?
Le Truoc Nog (lisez Gon Court à l'envers) est un livre court, qui tarde à démarrer mais qui est au final assez comique. Le goncourt est tourné en dérision mais après tout ce prix fait débat chaque année. L'auteur nous invite à faire un petit jeu à la fin. Il nous donne la liste de tous les goncourt en nous demandant par la suite d'en citer le plus grand nombre et je n'ai pas pu en sortir le quart. Entre ceux que j'imaginais avoir obtenu le goncourt et la réalité, j'en suis assez loin. Par contre de là à dire que le goncourt récompense la médiocrité, je n'en suis pas encore arrivée à cette conclusion mais il est vrai que je trouve également dommage que les lauréats ne soient pas plus inoubliables.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #roman

Repost0

Publié le 3 Janvier 2011

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/79/37/81/19528460.jpgOn se souvient du pseudo documentaire "C'est arrivé près de chez vous" qui suivait Benoit Poelvoorde dans le rôle de Ben, un assassin. Dans la même veine, Kill me please est un film noir et blanc filmé de manière intrusive (gros plan sur les personnages, caméra instable) qui parle d'une clinique permettant aux gens de choisir leur façon de mourir. On pourrait s'attendre à des derniers instants doux et une mort délicieuse mais le film nous rappelle que 70% des suicides de manière violente. De leur plein gré ou pas, les patients et personnel de cette clinique n'échapperont pas à cette statistique face au rejet de la population locale.
Entre désir de mourir des patients et colère des habitants, le film part vite en délire totale. Les morts violentes s'accumulent, les scènes chocs s'enchainent. Personnellement j'ai eu du mal. J'ai trouvé certaines scènes dérangeantes et franchement pas nécessaires.
Le sujet de départ, "mourir dans la dignité" était intéressant et il y avait moyen de faire autre chose sur ce sujet.
Nous avons eu le plaisir de rencontrer l'équipe après la diffusion. Pas facile d'entrer dans une salle complètement sonnée par un film qui sort de l'ordinaire. Après un démarrage un peu hésitant (l'équipe était légèrement imbibée et gaite), les explications sur le film s'avancent. J'avoue que cet échange m'a permis de ne pas totalement rejeter le film.
Le réalisateur, Olias Barco nous explique qu'il voulait montrer que les gens avaient le droit de mourir dans la dignité et de la manière qu'ils choisissaient. Là je me dis en moi même que je doute que la plupart des personnages du film ont choisi de mourir d'un balle de fusil de chasse. Ils ont choisi de se faire tirer comme des lapins? Etrange.
Le réalisateur parle également d'humour noir, belge... Ah bon, les belges ont un humour si glauque?
Et la touche qui m'a fait bien rire est un spectateur qui dit : "J'ai beaucoup aimé votre film!". Franchement, on peut trouver le film intéressant, atypique, délirant,... mais de là à l'aimer il faut être faux cul, malade ou phsychopathe.
En bref, un film apprécié par certains, ennuyeux pour d'autres, dérangeant mais avec une bonne idée de départ pour moi, les avis divergent. En tout cas, ce n'est pas mon genre de film.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #Films

Repost0