temoignage

Publié le 10 Juillet 2006

Après "Bonjour tristesse", découvert grâce au club de lecture d'auféminin et la pièce "Un château en Suède", pièce que j'avais beaucoup apprécié, je découvre ici "Avec mon meilleur souvenir", Sagan racontée par Sagan. Je savais d'elle qu'elle aimait la fête, s'amuser, qu'elle était quelque peu insouciante, qu'elle était une éternelle adolescente. J'ai découvert en plus, une véritable inconsciente que je n'aurais sans doute pas apprécié si je l'avais un jour rencontrée. Je n'apprécie pas ses penchants pour la foire, l'alcool voir plus. J'avais apprécié l'écriture de "Bonjour tristesse" bien que j'avais tout de même déjà remarquée une auteure assez libre mais de là à être détestable, je ne m'en étais pas doutée.
J'ai été étonnée par la construction du livre. Elle parle de ses amis : Billie Holiday, Tennessee Williams, sartre, était-ils vraiment des amis? J'aurais plutôt appelé çà des connaissances mais passons. J'ai été déroutée de ne même pas avoir un paragraphe sur sa famille, ses enfants, ses maris. Elle les évoque mais sans plus. N'était-ils pas assez important pour paraître dans ce livre? Ou ne font-ils peut être pas parti des meilleurs souvenirs.
J'ai eu tout au long de la lecture l'impression d'avoir en face une femme qui cherche à se perdre. Avec l'alcool, le risque, les montées d'adréline. Sa manière de s'amuser ainsi est-elle vraiment signe d'une vie bien vécue? Je ne pense pas. J'ai plutôt eu l'impression qu'elle s'enfonçait davantage au fur et à mesure.
Là où j'ai cru que j'allais balancer le livre, c'est lorsqu'elle parle de la vitesse. Je l'aurais eu en face de moi, je l'aurais giflé. Je cite : "90km/h en ville, 110 sur nationales [...]. C'est un plaisir précis, exultant et presque serein d'aller trop vite." J'ai cru que mes yeux allaient sortir de la tête. Ne pensait-elle toujours qu'à sa petite personne?
En bref, j'ai détesté l'ensemble mais j'ai aimé le passage sur Sartre que j'ai trouvé attachant. Ca me donne bien envie d'essayer au moins un de ces livres. Encore un livre à rajouter à ma PAL.
Je regrette en tout cas, d'avoir lu ce livre car c'était une auteur dont j'appréciais les livres.
Et décidément, j'ai du mal en ce moment à trouver de bons livres. Heureusement que mes deux autres lectures du moment relèvent le niveau : Le dernier royaume de Cornwell et suite française.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 25 Juin 2006

Madeleine Chapsal nous parle de son amour pour les chiens, de ces liens qu'elle a d'abord avec Mambo puis avec Lola et enfin Léon. Elle nous parle de ce que lui apporte les chiens en affection, tendresse et compréhension. Elle évoque également la société canine en général en parlant des relations d'autorité, hiérarchie, d'amour entre les chiens. Elle se remémore les points forts et les souvenirs avec ses chiens.
J'ai aimé suivre au fil des pages les histoires, habitudes et manies de Mambo et Lola, me rappelant également les bons et moins bons moments que j'ai vécu avec les chiens que j'ai cotoyé, moments qui me manquent tant. Avec ce livre, j'ai eu le coeur si submergé de tendresse que j'ai eu envie d'avoir à nouveau la présence d'un chien à mes côtés. On a tous des souvenirs de nos chiens. Généralement, même les mauvais nous font sourire. Qui n'a pas rigolé des bêtises de son chien? Ou attendri par ses yeux si fondant? Je me souviens alors de la chienne qui passait son temps chez moi et de ses bêtises car ce sont les souvenirs qui me font le plus rire. Je me rappelle alors lorsque l'on laissait de la nourriture sans surveillance sur la table et qu'on la voyait revenir vers nous en se léchant les babines. Le magret de canard et la côte de boeuf y étaient passés. Ou la fois où elle a courru vers la route et que touchée par une voiture, elle s'est retrouvée une patte dans le plâtre, on la trimbalait en brouette après tellement elle était lourde. Et les dimanche matins où elle venait sur mon lit pour m'aider à finir doucement ma nuit. Tant de souvenirs que le livre m'a remis en mémoire. Merci Madeleine Chapsal pour ces rappels, c'était si bon. Autant au tout début, j'ai eu peur du sujet du livre me disant que 230 pages sur les chiens seraient ennuyeuses et en fin de compte c'est un régal.

Et vous, quels sont vos souvenirs les plus marquants de vos chiens?

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 12 Mai 2006

Yvan Serouge nous livre le récit d'un fils racontant l'histoire de sa famille et notamment celle de son père.  Je n'ai pratiquement rien compris au livre à part que son oncle ss'est suicidé, que lui écrivait des lettres d'insultes à son père et je n'ai pas trop compris pourquoi. Et il semblait avoir une relation un peu spéciale avec sa cousine. Si une personne qui l'a lu et qui l'a compris lit l'article, je serai reconnaissante qu'elle m'éclaire.



Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 11 Mai 2006

L'auteur est née en Iran, elle a connu l'ère "ayatollah Komeiny" à partir de 1979. La fermeté face à la soumission des femmes, face au voile...
L'auteur nous parle du voile, de l'Islam en nous exposant tous les mauvais côtés comme une mise en garde de cette religion et surtout du traitement infligé aux femmes dans cette religion.
Quelques phrases de l'auteur (avis/pensées) :
"Le voile est imposée aux filles." Vraiment? Alors pourquoi tant de femmes se sont révoltées lors de l'interdiction du port du voile dans les écoles? Elle répond que ces femmes ne savent pas réellement la signification du voile et qu'elles le portent pour se faire remarquer alors qu'en Iran, les femmes doivent le porter pour se "cacher" aux hommes. Là je suis d'accord cependant, vu le nombre de manifestations, de manifestantES, sont-elles toutes si insouciantes, ignorantes?
Je suis également tout à fait d'accord lorsqu'elle dit que certaines femmes sont "emprisonnées" dans leur religion, que le port leur est imposé, que l'Islam est assez sexiste  et contraignante. Mais ne devrait-on pas rappeler que le Christianisme en était également à ce point à une période de son histoire? Toutes les religions amènent leur part de sexisme (il suffit de voir la discrimination des femmes au niveau des rôles religieux), l'Islam est cependant plus médiatisée et plus radicales dans un monde où les mentalités ne permettent plus de traiter un être humain de cette façon. Enfin, je mets quand même un souligné sur cette dernière phrase, il n'y a pas besoin de rappeler tous les pays où les droits de l'homme sont bafoués et les femmes ne sont pas les seules victimes.
On touche en fait dans ce livre à un sujet très controversé et l'auteur est trop parti pris  et radicale pour être totalement objective et avoir suffisamment de reculs.
Je ne suis pas d'accord lorsqu'elle dit que TOUTES les femmes sont soumises. Il ne faut pas mettre tous les musulmans dans le même panier. C'est un sujet qui fâche beaucoup en ce moment car certaines actions au nom de l'Islam sont très médiatisés amenant une islamophobie. On voit le problème des cités où les filles sont traitées comme des moins que rien, mais il faut faire la part des choses, nous avons à faire face ici à un problème d'éducation pas entièrement de religion.
Ensuite, l'auteur dit qu'imposer le voile c'est disposer du corps de la femme et la définir comme un objet sexuel destiné aux hommes et donc que çà peut être assimilé à de la prostitution. Ne va t-elle pas un peu loin dans ce discours?
En bref, au début j'ai trouvé que le livre avait un sale côté propagande d'extrême droite, anti-islam. Je le trouve trop catégorique sur une religion qui a besoin de murir et de s'orienter vers des concepts plus dirigé vers l'égalité des sexes. Cependant, je doute que l'on arrive réellement à aider des pays aussi extrémistes que l'Iran, l'Afghanistan... à évoluer dans la mixité et vers la revalorisation de la femme.
Cependant, faut-il pour autant tout mettre sur le dos de l'Islam? Je pense surtout que c'est un problème d'éducation, de traditions un peu viellotes qui ont besoin d'évoluer.
Rappelons qu'en France, le droit de vote pour les femmes date d'il y a moins de 100 ans, la discrimination sexiste ne date pas de très loin chez nous non plus!

Sur la fin du livre, j'arrive à être plus en accord avec l'auteur malgré que je la trouve à nouveau trop catégorique. Elle propose des solutions qui sont justes mais pas toutes très objectives dans la mise en oeuvre.
Quelques points cependant où je suis entièrement d'accord : L'apprentissage du français, de l'éducation civique, de l'histoire de la république française pour les étrangers voulant vivre en France. Comment s'intégrer dans un pays dans lequel vous ne pouvez pas communiquer?
L'interdiction de toute dégradations corporelles au nom de la religion : excision.
Interdiction des signes religieux à l'école : voile

Et je pense également qu'il faudrait être plus strict et plus regardant sur les immams en France. Qu'ils soient porteurs de la parole de Mahomet et d'allah et non porteurs de propagande violentes et extrêmes.

Pour conclure, je ne conseille pas forcément le livre que je trouve catégorique et pourrait amener un rejet total de l'Islam plutôt qu'essayer d'étudier les côtés à améliorer.
Un grand effort est à faire dans différents domaines au niveau de l'Islam, c'est clair, mais ce n'est pas dans le rejet qu'on va réussir à avancer.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 31 Janvier 2006

Je ne pense pas que ce soit une histoire vraie mais le récit est raconté comme une forme de témoignage.

Quand est ce que les disputes des parents d'agnès ont commencé? Pourquoi son père est devenu si méchant? Pourquoi sa mère ne divorce pas? L'excuse : à cause d'Agnès. Car quel avenir pour elle si elle divorce. Voilà une excuse sacrément traumatisante pour une enfant. Une mère souffre de l'humiliation paternelle et dit à sa fille que c'est pour elle qu'elle souffre ainsi. N'est ce pas abominable de dire çà? Ca paraît innocent et pourtant un enfant se sent si responsable dans des cas pareils. Il est parfois pire pour un enfant de voir ses parents se déchirer avec l'un ayant le dessus sur l'autre plutôt que voir ses parents divorcer.
Dans le premier cas, surtout dans le cas d'une fille qui voit son père rabaisser sans cesse sa mère, l'enfant va se mettre à détester ce père.
C'est ce qui arrive pour Agnès. Sa vie devient un enfer entre les jours où son père est correct et sa mère toute mielleuse et sans prévenir, son père explose.  C'est un stress permanent que de vivre parmi des gens en étant tout le temps en train de surveiller leur état du moment.

Une phrase du livre que j'ai retenu :    Si je suis mort sans l'avoir su
                                                                    A qui vais-je demander l'heure?

Ce n'est pas le meilleur d'Othilie Bailly. En effet, certaines personnes ne comprendront pas très bien pourquoi elle se sent si mal dans un climat qui ne la concerne pas. Je pense qu'il faut avoir vu ce genre de situation de ces propres yeux pour comprendre.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 18 Janvier 2006

Extrait du site de Pierre Bellemare :
Les enfants incarnent la naïveté, la fragilité, l'innocence. Si bien que, lorsque l'un d'eux se rend coupable d'un crime de sang, nous sommes incrédules et saisis d'un vertige terrifiant : qu'adviendrait-il si nous étions les parents de ce jeune criminel ? II arrive pourtant que des gosses, qui pourraient appartenir à notre entourage, basculent dans l'horreur sans raison apparente. II est alors trop tard. Évidemment, ces actes de violence extrême sont rares et s'expliquent par la négligence, les mauvais traitements ou le manque d'amour. C'est pourquoi Pierre Bellemare et Jean-François Nahmias ont voulu écrire sur cette question délicate plus qu'un simple recueil de faits divers. Relatant, à travers deux grands chapitres (l'un pour les moins de 12 ans, l'autre pour les 13-16 ans), des cas aussi divers que ceux de Mary Bell, deux fois meurtrière à 11 ans, de Jean Grenier, la "Bête du Bordelais" qui a terrorisé la région en l'an de grâce 1600, ou des "Tigresses de New-York", une bande d'adolescentes ultra-violentes, L'enfant criminel est autant un document saisissant qu'un cri d'alarme lancé à un moment où la violence ne cesse de croître, non seulement à l'étranger, mais aussi chez nous, en France.
En nous livrant ces histoires bouleversantes qui plongent au coeur même de la détresse humaine, les auteurs n'ont pas cherché à dresser un tableau alarmiste d'une société en perdition. Ils espèrent au contraire éveiller notre conscience vis-à-vis d'une délinquance juvénile parfois motivée par la vengeance, la jalousie, la méchanceté ou conditionnée par la télévision, face à laquelle la justice est impuissante, et qui est l'affaire de chacun de nous.


Toujours dans la style Pierre Bellemare, les histoires sont époustouflantes et effrayantes. Comment des enfants dans l'âge de l'innocence peuvent faire ressortir une pareille violence? On mêle incompréhension en raison de l'âge, horreur par les actes, fureur par le comportement.
Un livre qui se lit très bien, très vite. Une écriture très fluide, des mots toujours très bien choisis, des histoires toujours très prenantes.

A tenter également les audios de Pierre Bellemare. Je pense en essayer un très rapidement. Il a une voix faîte pour raconter des histoires. A l'époque où je l'entendais, je crois que c'était le samedi matin sur Europe1 un peu avant midi. Et ses histoires me mettaient toujours en retard dans mes épluchages de légumes. Donc je suis particulièrement tentée d'essayer ses audios.

Lien vers le site de Pierre Bellemare : www.pierre-bellemare.com/
Lien vers le catalogue audio :  franceloisirs.fr/catalogue/produit.jsp?docRef=155749

 

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 18 Janvier 2006

Résumé du site de Pierre Bellemare :

Le destin se montre parfois d'une extraordinaire cruauté. Mais plus extraordinaires encore sont les facultés humaines de triompher des coups du sort, même les plus terribles.
Les soixante personnes dont Pierre Bellemare a sélectionné les récits sont bien placées pour en témoigner. Toutes ont vécu, au péril de leur vie ou de celle de leurs proches, des événements dramatiques au cours de journées d'enfer qui auraient pu très mal se terminer. Certaines se sont montrées exemplaires par leur courage. D'autres ont fait preuve d'un admirable sens du sacrifice ou d'une volonté incroyable. Mais toutes, sans exception, ont découvert en elles des ressources qu'elles ne soupçonnaient pas. Ainsi, cet infirmier qui, seul en pleine montagne, a trouvé la force inouïe de s'amputer lui-même, alors que sa jambe était prise sous un rocher. Et ce policier qui, par sa présence d'esprit, a sauvé un homm e rendu muet par une attaque cérébrale en communiquant avec lui grâce au morse, ou cet enfant qui a survécu après être resté plongé dans l'eau glacée pendant plus d'une demi-heure... Des expériences inimaginables comme le sont toutes les autres histoires d'enlèvements, de prises d'otage, d'avions en perdition ou d'agressions dont les victimes apportent ici leurs témoignages authentiques.
Autant d'histoires qui montrent que, face aux épreuves en apparence insurmontables, nous pouvons puiser au fond de nous-mêmes des forces insoupçonnées pour aller au-delà de ce qu'on croirait possible.

Le livre se lit très très vite en raison des multitudes d'histoires courtes, passionnantes, effrayantes et bien narrées. Pierre Bellemare sait choisir ses mots pour nous tenir en haleine. Les histoires sont toutes plus effrayantes les unes que les autres : L'histoire de ce couple qui part en vacances en Italie et qui tombe en panne près d'un bois dans lequel s'est réfugié un psychopate. Ou cet homme qui s'est retrouvé coincé sous une grosse pierre alors qu'il était parti pour une journée de pêche. Un livre passionnant, parfois un peu "trash" mais épatant.

http://www.pierre-bellemare.com/

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 13 Janvier 2006

On retrouve sheila de "l'enfant qui ne pleurait pas" adolescente. 
Sheila ne se souvient plus vraiment des scéances avec Torey et sa vie ne s'est pas vraiment améliorée.

Le site officiel de Torey Hayden :  www.torey-hayden.com/french/

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 13 Janvier 2006

Résumé (extrait de www.biblioweb.org) :  Sheila, six ans, a enlevé un bébé, l’a ligoté à un arbre et a mis le feu. C’est elle que Torey voit apparaître dans sa classe d’enfants inadaptés. La police ne peut plus rien et l’hôpital psychiatrique l’a rejetée. Alors commence une lente approche entre la jeune pédagogue et l’enfant sauvage qui dit toujours non et ne pleure jamais. Des gestes, des mots, des jeux... et Sheila se révèle sensible, intelligente. Chaque soir, hélas ! elle retrouve son taudis, son père irresponsable et violent.
Premier livre de Torey Hayden, ma première lecture de cet auteur aussi. C'est ce livre qui m'a fait entrer dans l'univers de Torey. Des enfants difficiles mais attachants.
L'écriture est très facile et la lecture très prenante.

On retrouvera Sheila devenue adolescente dans la fille du tigre.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0

Publié le 13 Janvier 2006

Nous retrouvons notre spécialiste des problèmes de langage chez les enfants, Torey Hayden, qui nous parle de Cassandra et Drake.
Cassandra est une jeune fille qui a été enlevée par son père lorsqu'elle était petite. Celui-ci l'a séquestré pendant près de 2 ans. Il est évident qu'elle y a subi des sévices sexuels, car de l'enfant calme et gentille, elle est passée à une enfant haineuse et violente, obsédée par le vocabulaire sexuel.
Drake est une jeune garçon de 4 ans, adorable, doux, tendre qui ne parle pas. Son grand père tyrannique ne veut pas d'un enfant "anormal" au sein de sa famille, il exige donc l'aide de Torey Hayden pour le faire parler. Mais est-il vraiment atteint de mutisme sélectif? Torey s'en persuade de moins en moins, Drake au contraire, veut parler mais ne peut pas.

On s'attache à ses deux enfants. On ne comprend pas pourquoi et comment des adultes peuvent faire subir des sévices pareils à des enfants si mignons et innocents.
On se révolte contre le grand père de Drake qui n'accepte pas l'infirmité de son petit fils.
Avec sa patience habituelle, son écoute et son soutien, Torey va réussir à aider Cassandra et Drake.

Le livre se lit très rapidement car il est vraiment passionnant. L'écriture est fluide, les mots bien choisis. Et si les discours de Torey nous aidaient aussi à y voir plus clair en nous?

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0