jeunesse

Publié le 16 Octobre 2012

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41MWjYOAc4L._SL500_.jpgUne catastrophe programmée ; Un groupe de privilégiés qui s’est réfugié sous un dôme prévu pour protéger l’élite de l’explosion déclenchée. Et que devient le reste, la populace, qui subit de plein fouet l’apocalypse ? Aujourd’hui, le monde est dévasté, c’est un tas de ruine où la vie s’est réorganisée. Elle n’est plus ce qu’elle était avant, personne n’est plus comme avant ni même n’y ressemble. Les plus chanceux ont encore l’apparence humaine et il y a les autres.

Partridge est un pure. Il était à l’abri sous le dôme, il n’a pas subi les altérations. Il s’est enfui afin de retrouver sa mère qu’il pense encore en vie à l’extérieur. Il rencontre Pressia qui va l’aider dans  sa recherche. Cette rencontre est-elle due au hasard ?

 

Un mélange de la « route » par le côté paysage en ruine, perte d’humanité pour certains mais toujours une poignée d’êtres qui rend l’espoir, Excalibur (le dessin animé) pour le côté « fusion », le livre  « le passage » pour le dôme, le livre apocalypse pour jeunes avec les créatures du sable ect…

C’est un livre que j’ai apprécié. Ma lecture ne démarrait pas très bien car j’ai eu un mal fou à comprendre qu’elle était la particularité des « survivants » mais une fois assimilée, toute l’horreur de la situation et la détresse de Pressia et des autres m’est apparue. C’est comme une claque en pleine visage. On est alors complètement dans l’ambiance de l’apocalypse.

J’ai apprécié les différents personnages. Pressia pour le côté humain, mature, Partridge pour sa naiveté, Bradwell  pour son aide, son courage et les autres pour nous prouver que même sous une apparence meurtrie, l’humanité persiste. Le fond de l’histoire m’a beaucoup fait  penser au livre « la route ». Dans un monde où la survie amène à penser à soi avant les autres, à choisir la violence, où des hommes deviennent des monstres, on arrive toujours à rester optimiste grâce aux personnages capables de sentiments. L’amour, l’amitié, l’entraide, la compassion ne sont pas morts.

Le livre est bien construit. On a une alternance des narrateurs qui donne une dynamique au récit et des points de vue différents. J’aime beaucoup ce genre de constructions.

J’ai un bémol, j’ai été dérangée par certaines phrases dans le livre qui à mes yeux ne voulaient rien dire. J’avais une version non corrigée, j’espère que la version finale a été retravaillée.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 4 Octobre 2012

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41XSQJQKM6L._SS500_.jpgJuliette la taupe n’aime pas ses lunettes qui sont trop grosses, laide mais sans elles, Juliette est myope comme une taupe. Entre moqueries et inconfort, Juliette est bien contente le jour où ses lunettes cassent. Mais elle se retrouve complètement perdue car elle ne voit plus rien. C’est un livre sur les moqueries et apprendre à accepter ses différences. Les gamins peuvent être assez ignobles entre eux. Entre avoir besoin de se mettre en avant en utilisant les défauts des autres et se défendre lorsque l’on nous attaque sur nos imperfections, le monde de l’école est impitoyable. Ici le livre est destiné aux maternelles. Les personnages sont des animaux, c’est peut être pour ça que ça passe mieux auprès des enfants. S’il avait s’agi d’un enfant avec des lunettes, je ne sais pas si ma fille aurait choisi ce livre à la bibliothèque. Leurs journées sont déjà assez éprouvantes socialement, si en plus l’histoire du soir doit remettre sur le tapis les problèmes de la journée, elle est nulle l’histoire ;). La morale de l’histoire passe comme une lettre à la poste encore faut-il que l’application au quotidien suive, ce n’est pas gagné.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 26 Septembre 2012

http://ecx.images-amazon.com/images/I/5138TA2oKtL._SS400_.jpgA la recherche d’un livre pour essayer d’aborder le sujet des bêtises avec ma mini ado sans la braquer, j’avais d’abord jeté mon dévolu sur Juliette fait des bêtises. N’ayant pas apprécier la méthode fessée (oui ça n’a jamais fait de mal à personne mais ce n’est pas une raison pour la banaliser) de Juliette, j’ai regardé ce que proposait Tchoupi.

Tchoupi s’ennuie et fait des bêtises. Il se fait rabrouer par son père, sa mère, va embêter sa sœur, puis viennent le tour des peluches. Puni, Tchoupi se tient tranquille et ses parents sont contents de lui.

Avec mon regard de parents, je vois le schéma classique. L’enfant s’ennuie et se met à faire des bêtises. L’adulte se fâche et lui dit de s’en aller. L’enfant s’ennuie encore et la boucle est bouclée.

Du point de vue de l’enfant, tchoupi se fait gronder puis punir à cause de son comportement mais ses parents sont contents quand il est sage.

Je trouve qu’il y a une leçon pour les parents et les enfants. Pour les parents, il faut occuper les enfants et essayer de comprendre pourquoi l’enfant fait les bêtises. Pour les enfants, il faut être sage pour que papa et maman soient contents.

Les bêtises n’ont pas disparues chez mini ado mais c’est un bon livre pour amener à discuter du problème.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 25 Septembre 2012

http://ecx.images-amazon.com/images/I/512AKY7CFYL._SS500_.jpgIl y a 4 ans, Kyoko se déclarait à Tommy, son meilleur ami. Celui-ci passe à côté des sentiments de la jeune fille. Elle est froissée et en colère, elle ne veut plus lui parler. Aujourd’hui, Tommy annonce qu’il intègre le lycée de Kyoko et de son frère jumeau Kenji, accompagné de sa petite amie Sachicho. C’est un coup dur pour Kyoko qui a toujours des sentiments pour le garçon. Comment supporter cette cohabitation ?

Au départ un triangle amoureux en interaction avec d’autres personnages qui s’enrichissent au fur et à mesure et qui vont apporter leur grain de sel.  Ca donne une histoire pour ados un peu mièvre mais bien sympathique à lire. Le genre d’histoires qui touche les sentiments d’une jeune fille qui croit au prince charmant, à l’amour et aux histoires qui finissent bien. Et puis pour les autres un peu plus blasées, c’est une histoire sentimentale qui fait du bien. En bref, des personnages attachants, un dénouement comme on les aime, que demander de plus ?

Les dessins sont agréables à suivre. Ce sont des planches que j’ai beaucoup aimé. J’ai dévoré les 8 tomes en un we. J’ai été transportée. Une histoire qui m’a fait rêver. Une lecture très agréable et reposante. Merci Jenny.

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51iKkZ4fW4L._SS400_.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 21 Septembre 2012

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51DJ3ZEHEVL._SS500_.jpgMa fille de 4 ans étant en pleine crise de mini ado et nos discussions, remontrances, punitions ne servant à rien, nous cherchions un autre moyen de lui faire diminuer son nombre de bêtises. L'histoire du soir est sacrée pour elle et c'est un moment où elle est particulièrement attentive, j'ai donc pensé que c'était un bon moyen d'essayer de faire passer un message sans la braquer. 

J'hésitais entre 3 personnages: Juliette, Tchoupi et petit ours brun. A l'origine j'ai du mal avec Juliette en raison des fautes de français dans le livre. Pour moi un livre ne doit pas inciter à faire de fautes, on en fait nous même bien assez comme ça mais passons. Mini miss aimant Juliette, je le regarde. Viens la fameuse scène de la fessée. Je ne suis pas franchement ok avec ce choix de l'auteur mais bon j'attends de voir la suite. Le livre se termine avec Juliette reproduisant la fessée sur son ours en peluche et le discours qui va avec ne me plait pas du tout. J'ai retenu qu'aujourd'hui maman est fâchée mais demain maman aimera à nouveau sa petite Juliette chérie. Je me suis demandée où était la leçon par rapport aux bêtises là dedans. J'ai peut être mal compris la moral, je l'espère en tout cas. Je n'ai donc pas opté pour Juliette fait des bêtises mais pour un autre livre.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 25 Juin 2012

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51VSpJiG9NL._SS500_.jpgAprès « la grammaire est une chanson douce », « les chevaliers du subjonctif » et « la révolte des accents », on retrouve à nos nouveaux nos deux héros Jeanne et Tom. Jeanne a grandi, aujourd’hui elle a 16 ans. Elle aime toujours autant les mots. Elle joue les nègres, rédigeant des devoirs, aidant des personnalités, chefs d’état dans leurs discours. Elle s’intéresse ici à l’importance et la signification de la ponctuation.

Tom son frère a répondu à sa passion de la musique et est devenu musicien. Jeanne planche sur le remplacement de la ponctuation par les signes musicaux.

J’ai apprécié de retrouver Jeanne même si je l’ai trouvé arrogante et gonflante dans ce tome. J’ai trouvé le sujet de la ponctuation assez peu développé au profit des activités de Jeanne. J’ai été en fin de compte intéressée uniquement par les derniers chapitres concernant les mots qui s’étaient emmêlés et qu’il fallait aider à réintégrer leur histoire d’origine.

L’écriture est digne d’Orsenna, toujours aussi poétique, rêveuse. C’est le bon point du livre. Mais sinon il ne m’a pas plus emballé que ça. Peut-être est-il temps de laisser Jeanne vivre sa vie.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 29 Février 2012

http://feebourbonnaise.files.wordpress.com/2012/02/les-c3a9criveurs.gifEt si notre vie, nos actions, nos sentiments, nos gestes étaient dictés par une autre personne, une personne dont la tâche est justement d'écrire notre présent, votre écriveur. Vous lisez cet article parce que votre écriveur vous dit de le lire. Vos passages de veines ou de malchances? Uniquement du à votre écriveur. 

Nous serions les marionnettes de gens habitant une île indétectable par les satellites car cachée par un épais nuage de cendres. Seuls les chefs d'état connaissent son existence. 

C'est ce que découvre Lara Scott lorsqu'elle est révélée et qu'on lui annonce qu'elle est écriveur. Vous voulez vous aussi faire parti du secret?

De Frédéric Mars j'avais lu "Le sang du Christ". Ici nous sommes dans un tout autre registre. C'est un livre jeunesse ado, très loin de l'écriture polémique pour adulte que je connaissais de lui. L'écriture est tout à fait différente comme deux auteurs différents.

Le sujet m'a particulièrement intéressé et interpelé. C'est une très bonne idée que d'imaginer que nous sommes contrôler par des gens qui écrivent nos vies. Le destin n'existerait donc pas. Rien n'est du au hasard? C'est fascinant et ça donne une lecture bien prenante. Le livre est assez fluide et facile à lire. Certains concepts m'ont malgré tout échappé. je n'ai pas parfaitement tout assimilé et compris. Mais malgré tout c'était une très bonne lecture. 

Ma grosse frustration par contre c'est de ne pas avoir la suite. C'est toujours le problème avec les livres qui contiennent plusieurs tomes :(.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 28 Février 2012

D'abhttp://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/6/5/2/9782350670256.jpgord je m'excuse auprès des éditions Balivernes pour le temps que je mets à écrire mon avis. Reçu lors d'un partenariat Jeunesse avec Babelio, je l'avais choisi en raison du sujet que je trouvais intéressant d'aborder avec ma fille. Jusqu'ici je ne lui avais jamais énoncer les règles de base de ne pas suivre un inconnu, de ne jamais monter dans la voiture de quelqu'un qu'elle ne connait pas... Elle était petite, toujours accrochée à nous mais elle grandit et commence à échapper à notre surveillance. Elle commence à affirmer son foutu caractère, à vouloir son indépendance, découvrir le "monde" et c'est encore mieux quand c'est seule. Elle a vite fait de nous échapper et de filer plus vite que je ne peux la rattraper.

Lui répéter que c'est dangereux de s'éloigner de papa maman restait très abstrait et ne portait pas ses fruits. J'ai donc voulu illustrer ce que j'attendais d'elle.

La maman de petit louis lui répète souvent "de ne pas accepter de cadeau de personnes qu'il ne connaît pas, ne jamais suivre un inconnu". Ils conviennent donc d'un code que quiconque autre que papa/maman devra utiliser si petti Louis doit le suivre.Comme ça quand le loup voudra s'en prendre à Ptit Louis, il saura qy'il ne doit pas aller avec lui.

Au final, ma fille est peut être encore petite pour le sujet. Elle sait que des gens peuvent être méchants mais plutôt dans le sens dire du mal, taper. Elle a une vision de la méchanceté qui est très limitée et n'envisage pas le quart de ce qui existe dans notre montre un peu taré.

Elle n'a pas vraiment accroché aux dessins et encore moins à l'histoire qui est pourtant bien construite. J'ai trouvé le passage avec le loup qui enlèvre les petits lapins, effrayant et je me demande à partir de quel âge on est censé pouvoir aborder cette lecture avec les enfants.

Ma fille est pour le moment encore si innocente, c'est difficile de parler de la possibilité d'être enlevée. "Et pourquoi je serai enlevée maman?". "Pour te faire du mal ma louloutte". "Mais pourquoi?" "Parce que certaines personnes sont filles mon coeur." "C'est quoi être folle?". "Heu...."

 

En bref, un bon livre pour aborder le sujet de l'inconnu. Les dessins visent un public très jeune mais peut être trop jeune pour comprendre la portée du message. Je réessaierai dans quelques mois. Elle sera peut être plus apte à se méfier du monde qui l'entoure; 

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 14 Septembre 2011

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41PMu5t0XsL._SS400_.jpgDès qu’un petit Nicolas sort, je n’y peux rien, il me le faut. J’adore retrouver cette bande de gamins qui nous ressemblait bien quand on était petits. Ici encore, j’ai adoré retrouver Nicolas et sa bande de potes Clotaire, Geoffroy, Rufus, Eudes… On a donc encore le droit à une dizaine d’histoires « inédites » qui m’ont enchantée. J’ai été un peu déroutée par deux histoires qui m’étaient particulièrement familières notamment la télévision mais bon, j’ai apprécié la « re » découvrir malgré tout.
On notera l’absence d’Agnan, d’Edwidge et autres personnages plus secondaires qui sont sans doute arrivés plus tardivement dans les histoires du petit Nicolas.
Les illustrations sont toujours aussi sympathiques. Que serait le texte sans ces petits dessins qu’on reconnaitrait parmi cent.
Un très bon moment de retour en enfance.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0

Publié le 6 Septembre 2011

http://www.decitre.fr/gi/20/9782700234220FS.gif

Celtill est de père romain et de mère gauloise. Jusqu’alors cette situation ne lui posait guère de soucis mais le jour où les nouveaux thermes sont détériorés avant même son inauguration, Celtill va être tiraillé par le conflit qui s’installe dans le village. Ces thermes considérés comme apport du progrès aux barbares par les romains et inutiles par les gaulois vont être source d’hostilités.

 

L’action se passe en Armorique après la conquête de la Gaule par les romains. Les deux entités semblent réussir à cohabiter mais des tensions subsistent et il en faut peu pour mettre le feu aux poudres. On pénètre dans la Gaule moyenâgeuse, on en apprend davantage sur les habitudes gauloises et romaines et sur la cohabitation.

 

Celtill est un personnage sympathique pris entre deux feux de par ses origines. On est peiné de la situation dans laquelle il est mis malgré lui. Comme quoi, l’Histoire est une éternelle répétition.

Une lecture peu être un peu compliquée de par l’abondance des personnages et de leurs liens. Le livre introduit parfaitement le sujet de l’intolérance, du métissage, des problèmes d’appartenance culturelle. Le fond historique est également idéal pour se familiariser avec la période gauloise sous domination romaine.

 

Très bonne lecture pour un enfant entre 10 et 14 ans.

Voir les commentaires

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0