Parce que c’est écrit – Véronique VanHaren

Publié le 8 Décembre 2009



Flora est un peintre à la renommée débutante. Lors d’une exposition à New York organisée par Thibault et ses collaboratrices, une des toiles « le regard » est particulièrement prisée. Quelle est la cause de cet engouement ? Qui sont ces acquéreurs aux méthodes et pratiques extrêmes qui transforment ce voyage en enfer. Une lettre douteuse est envoyée à Flora, le « regard » est volé, la CIA est infiltrée, les collaboratrices de Thibault sont « agressées ». Le dénouement aura lieu à la forteresse du loup cédée pour un euro symbolique à Arthur passionné de rénovation, un proche de Flora.

Difficile de donner un avis sur le livre. J’ai apprécié certaines idées, c’est grâce à elles que j’ai eu le courage de finir le livre mais dans l’ensemble j’ai été très écœurée par le livre. J’ai aimé l’idée du tableau, du spiritualisme, l’enquête, la place de la forteresse. J’ai détesté tout le sexe gore qui encombre la majorité du livre. Le livre pourrait même être classé en lecture pour adulte à mon avis. Il n’a rien à faire entre les mains d’un ado de moins de 16 ans je pense. La plupart des scènes sexuelles auraient pu être occultées, elles n’ont aucun intérêt dans l’histoire première, je rappelle que le livre est censé être un thriller c’est en tout cas ce que vend la quatrième de couverture.

J’aurais à la place préféré que la forteresse du loup soit introduite plus tôt. J’ai trouvé que ce lieu mystérieux, maudit n’était pas suffisamment exploité. Son histoire méritait d’être davantage développée et le lien avec Flora et Sam le voleur aurait pu être plus approfondi. Les liens entre Flora et Sam ne sont pas suffisamment travaillés non plus et Sam perd totalement de son bestiale sur la fin, assez décevant.

En résumé, entre orgie sexuelle et meurtrière, j’ai cherché en vain le thriller. Dommage car l’idée de départ me plaisait quand même beaucoup et me plait toujours autant, je reste sur ma faim !

 

Merci à BOB de m'avoir permis de lire ce livre et aux éditions Licorne de me l'avoir fourni.

Rédigé par Majanissa

Publié dans #roman

Repost 0
Commenter cet article

Marie L. 11/12/2009 10:47


Tu as su mettre en mots tout ce que je pensais du livre! Nos avis se ressemblent beaucoup...
Le personnage de Sam n'est pas assez "travaillé"...


Majanissa 14/12/2009 09:50


J'ai l'impression que beaucoup d'avis se rejoignent.


Véronique VanHaren 10/12/2009 15:17


Bonjour,

Je vous remercie d’avoir lu mon premier roman et d’offrir votre opinion. Je regrette cependant votre écœurement.

J’ai cherché, sous couvert d’une intrigue policière, à présenter un regard décalé sur la nature humaine dans ses perversités et son machiavélisme et sur les manipulations dont nous pouvons être
l’objet. Mon but était clairement de créer des ambiances oppressantes et je comprends que cela puisse déplaire. Je voulais « frapper » par des comportements indécents.

Pour répondre à votre phrase « tout le sexe gore qui encombre la majorité du livre », ces passages sont pourtant courts mais vous donnent l’impression d’occuper tout le livre car ils vous ont
marquée.

Je vous accorde que le qualificatif de « thriller » n’est pas totalement adapté. Là encore, j’ai fait le choix de mélanger les genres : policier, dramatique et une pincée de fantastique.

Cordialement,
Véronique VanHaren


Majanissa 10/12/2009 16:18


" Là encore, j’ai fait le choix de mélanger les genres : policier, dramatique et une pincée de fantastique." Avec ces trois genres, j'aurais été aux anges sauf que ce n'est pas assez creusé.
L'enquête policière est ok, le dramatique aurait pu être plus poussé et le fantastique largement plus gonflé. L'indescence et la perversité ne m'auraient pas dérangée s'ils avaient eu leur place.
Pour avoir leur place, le caractère machiavélique de Sam aurait du être plus travaillé, c'est le diable, il fallait le montrer à outrance et par d'autres moyens que la perversion également. Avec
moins d'insistance sur les collaboratrices de Thibault et le silence sur les accouplements dans la forteresse, l'ensemble du livre aurait semblé moins lourd niveau sexuel. Et donc si j'ai bien
compris Flora est son contraire, là pareil le caractère n'est pas développé. Il fallait équilibrer la balance. La nature humaine n'est pas que perversité et machiavélisme (j'ose l'espérer :D).

Et une chose, j'ai attendu tout le livre de connaitre l'histoire détaillée de la forteresse mais quasiment rien. Alors là ça a été le coup de masse :(.
Donc voilà, c'est un premier roman. Les idées de départ sont à mon gout vraiment très bonnes. Certaines choses étaient "too much". Pour le prochain il faudra lisser un peu ;)


Ys 08/12/2009 22:16


Mariel parle des nombreuses coquilles aussi... pas une grande réussite ce premier roman on dirait...


Majanissa 09/12/2009 14:02


On ne peut pas dire que je sois très littéraire donc je ne m'arrête pas au style et les coquilles me passent totalement au dessus. Pour un premier roman, l'auteur a des excuses par contre c'est la
maison d'édition d'avoir laissé passer certaines choses, j'ai du mal à comprendre.


pimprenelle 08/12/2009 20:53


Que d'avis négatifs sur ce livre!
Je suis ravie d'avoir passé mon chemin!


Majanissa 09/12/2009 14:02


C'est vraiment dommage, les idées de départ étaient quand même bien sympas.