Nicolas Rey – Un léger passage à vide

Publié le 13 Novembre 2012

http://www.audiable.com/Resources/titles/84626100182100/Images/84626100182100L.gifLe titre est clair, ce n’est pas la mélodie du bonheur. Nicolas Rey s’autodétruit et partage cette descente aux enfers avec nous. Il évoque sa paternité, son côté volage entre sa femme et ses maitresses, son penchant pour l’alcool et autres substances qui donnent des ailes. Le livre est composé de chapitres très courts évoquant une anecdote, un sentiment, une sensation.

L’avantage du livre est qu’il est très rapide à lire. Ca défile. Ce n’est pas intellect, pas besoin de réfléchir et quand on cherche un livre pour combler un court moment d’attente, c’est le genre de lecture bien pratique.

Le point négatif est que je n’ai pas du tout accroché. Je me demandais ce qu’il foutait à se détruire ainsi alors qu’il semble avoir tout pour être heureux. Et puis d’un autre côté, il a le droit de faire ce qu’il veut, il a droit de ressentir du malaise, qu’est ce que ça peut bien me faire, je m’en fous, j’ai assez à gérer avec mon quotidien.  C’est le sentiment que je garde du livre « je m’en fiche de ses problèmes, on a tous nos boulets ». A l’origine c’est zhom qui avait acheté ce livre. Personnellement, honte sur moi mais je ne connaissais même pas Nicolas Rey. Zhom est plus modéré. Ca se laisse lire. C’est sans plus mais ce n’est pas une lecture désagréable non plus.

Le point ++ du bouquin : la dernière page. Rien que pour elle, je ne regrette pas cette lecture.

Rédigé par Majanissa

Publié dans #témoignage

Repost 0
Commenter cet article

ChezLo 30/11/2012 21:10

Aïe, encore un avis chargé de déception sur ce livre. J'ai bien aimé moi, tout comme son roman suivant, "L'amour est déclaré"