Gros problème : Une histoire de surpoids – Docteur Mayah Gauthier et Véronique Pidancet-Barrière

Publié le 11 Février 2010

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41HWzZetjgL._SS500_.jpg

Le Docteur Mayah Gauthier a demandé l’assistance de Véronique Pidancet-Barrière (auteur-scénariste) pour rédiger cet ouvrage qui se veut être une sorte de « roman éducatif ».

C’est l’histoire d’Anita, obèse, issue d’une famille d’obèses qui rencontre Marc. Il est charmant, il est mince, en bref, pas le genre d’homme à s’attifer d’une grosse. Pour le conquérir, elle veut maigrir. Il faut que ce soit rapide et efficace, elle opte pour une solution très risquée : le bypass. Sa vie change alors du tout au tout.

C’est l’histoire de Jessica, une adolescente dont la mère est obsédée par la minceur et qui impose une hygiène alimentaire des plus strictes et restrictives. Obsédée par tous ces interdits alimentaires et cette sensation d’insatiété constante, Jessica prend du poids de façon incontrôlable.

 

Le livre relate l’histoire de deux personnages principaux, Anita et Jessica, avec leurs problèmes de poids et qui vont voir leurs chemins se croiser. Autant d’eux gravitent l’entourage familial avec des comportements alimentaires plus ou moins bons. J’ai longtemps hésité avant de cocher ce livre à la dernière session masse critique, est ce qu’il faut vraiment que je ressasse mes démons ? Ma réponse est oui car je vis toujours un enfer face à la nourriture. Je craignais un livre pompeux sur l’alimentation, manger 5 fruits et légumes par jour, faites du sport, manger sain dans un corps sain, ne pas grignoter, éviter le sucre. Non mais qu’est ce qu’ils croient les docs, qu’on ne sait pas déjà tout ça ??? Et voilà que le résumé annonce un roman, ce qui m’intrigue fortement et rend le livre d’autant plus intéressant à mes yeux. Je commence alors ma lecture dans ce roman sur les gros, destiné aux gros ou du moins aux personnes ayant un dysfonctionnement alimentaire. Je rentre bien dans l’histoire, je m’imprègne des personnages, les pages défilent, je dévore le livre. Des encadrés plus « techniques » ou disons plutôt « éducatifs », « informatifs » nous rappellent le but premier du livre qui est de nous aider à comprendre ces désordres pondérales et alimentaires et nous aider à y faire face ainsi que les surmonter.

 

J’ai adoré ce livre. Je suis Anita et Jessica. Tellement de similitudes entre leurs histoires et la mienne, c’est déroutant. Des sentiments identiques, des réactions similaires, une descente aux enfers qui se fait de la même manière sournoise, une perte de poids qui se fait pour la même raison pour Anita et moi. J’ai compris  le besoin d’Anita de renier son passé de gros, de le cacher à Marc. Comment prendrait-il la chose ? La verrait-il toujours de la même façon ? L’aimerait-il toujours ?

Là où on a divergé avec Anita, c’est au moment du bypass. Elle a subi une chirurgie suite à la perte de poids et elle réussit à se faire parfaitement à son image. Elle est mince et mignonne. A mon époque, l’obésité ça ne se diagnostiquait pas. L’obésité n’était pas une maladie c’était un laisser aller général de la personne. Ce n’était donc pas pris en charge. Aujourd’hui, malgré mon IMC tout à fait normal, je garde des rondeurs flasques qui m’exaspèrent et me dépriment. J’aurais voulu passer par le bistouri aussi mais on m’a conseillé d’attendre d’avoir eu tous mes enfants. Pendant ce temps là, je vis avec une vision de moi de grosse, d’obèse. Je sais que je ne le suis pas, ma balance me le dit mais la glace me renvoie toujours une image qui ne me convient pas. Ce corps je ne m’y fais pas. Je me demande alors à quoi ça sert d’avoir fait tous ces efforts puisque je ne me sens toujours pas bien dans mon enveloppe. Les aliments me restent toujours particulièrement tentateurs et dans des accès d’humeur, les kinders peuvent devenir mes meilleurs amis/ennemis. Anita a réussi à faire la paix avec la nourriture, je l’envie. Pour moi les repas restent des moments pénibles qui me sont insupportables. J’ai très apprécié la manière dont sont expliqués ces problèmes d’entente avec la nourriture. Le livre décrit très bien le ressenti et on en vient à faire un bilan sur soi même, à pointer du doigt ce que l’on doit travailler dans notre comportement et nous amène progressivement à changer certains points.

 

J’ai rejoint Anita lorsque son fils est né. Sa crainte de reproduire le schéma sur son fils prend de l’ampleur au risque de développer chez son enfant un problème comportemental face à l’alimentation. J’ai la même réaction pour ma fille. J’ai du coup fortement apprécié les conseils du livre. Je garde l’angoisse qu’Elina suive mon chemin mais au moins maintenant j’ai des billes pour faire de mon mieux au niveau des relations qu’elle entretiendra avec la nourriture.

 

En bref, un livre parfait pour les personnes en surpoids et obésité pour comprendre ce qu’ils leur arrivent, avoir un aperçu des solutions. Un livre également destiné aux parents d’enfants à risque ou déjà en surpoids afin d’avoir des solutions pour remettre vos gloutons sur le bon chemin.

 

Merci à Guillaume de Babelio et les éditions "les carnets de l'info" pour m'avoir fourni ce livre.

Rédigé par Majanissa

Publié dans #témoignage

Repost 0
Commenter cet article

BelleSahi 15/02/2010 11:18


Je ne suis pas d'accord Majanissa...ce n'est pas juste une question de calories...Hormones, thyroïde peuvent aussi être la cause. Et quoiqu'on en dise les gènes aussi. Moi aussi j'étais catégorique
là-dessus et depuis j'ai revu mes positions...mais j'arrête là c'est très personnel tout ça.


Majanissa 15/02/2010 12:03


Je suis ok pour les origines hormonales, saloperie de thyroide. Mais pour les gènes, je continue à me dire que ce n'est pas une excuse. Si j'avais continué à me cacher derrière ça, aujourd'hui je
ne doute pas que je serai seule, déprimée et peut être sans emploi. L'obésité autant il y a des gens qui la vive bien, autant moi pas. Et je pense que le livre convient bien aux gens qui veulent
changer, il n'est pas utile aux personnes qui se sentent bien.


Anne 14/02/2010 11:04


Je ne veux plus penser à tout ça...


Majanissa 15/02/2010 09:14


Ca peut se comprendre, j'essaie de ne plus y penser mais rien à faire, je n'arrive pas à me débarasser des démons.


BelleSahi 14/02/2010 09:49


Je ne pense pas que cela ne soit qu'un problème de "gloutonerie". Nous ne sommes pas tous égaux face à la nourriture. Avoir des solutions ne suffit pas. Tous les gros ne le sont pas parce qu'ils
s'empiffrent...arrêtons cette image terrible !


Majanissa 15/02/2010 09:26


Où est ce que je parle de gloutonnerie? Où est ce que je parle d'empiffrement? Je parle de troubles alimentaires, de dysfonctionnement. Oui on est inégaux face à la nourriture car certains
éliminent mieux que d'autres, parce que certains savent s'arrêter (sensation de satiété) plus facilement que d'autres. Mais il faut arrêter de se leurrer aussi, une personne est en surpoids car
elle ingère plus de calories qu'elle n'en consomme. On n'est pas en obésité par hasard. Je suis une personne avec antécédent d'obésite morbide, lorsque je reprends un peu de poids, je sais très
bien d'où il vient. Manque d'activité sportive (surtout l'hiver) et inatention dans mon alimentation. Alors oui je prends facilement du poids mais je sais pouquoi je le prends et raz le bol de me
servir de l'excuse que c'est dans les gènes, que de toute façon puisque mes parents sont gros, c'est l'héritage moi aussi je devrais l'être. C'est l'excuse de facilité et en plus c'est faux. Avec
beaucoup d'attention sur l'alimentation (bien plus que les gens "minces" je suis d'accord), de l'activité sportive, on s'en sort convenablement. On sera jamais maigre mais au moins dans des
proportions qui nous permet de mieux vivre le quotidien.