Anne… La maison aux pignons verts – Lucy Maud Montgomery

Publié le 3 Août 2010

http://cot.priceminister.com/photo/103506530_L.jpgJ’avais adoré les films d’Anne Shirley avec Megan Follows dans le rôle d’Anne et de Jonathan Crombie dans le rôle de Gilbert. J’avais vu les deux premiers épisodes lorsque j’étais ado puis le tout dernier assez tardivement. C’est lors d’une rediffusion de l’ensemble des « Anne of Green Gables » que je me suis souvenue que France Loisirs avait édité toute la collection à la fin des années 90, évidemment plus du tout disponible et éditée aujourd’hui ;). J’ai longtemps cherché cette collection à un prix raisonnable. Je m’étais rabattue sur une autre édition du coup que je n’avais jamais ouvert. Et puis pour mon anniversaire, je tombe sur une annonce sur le bon coin. J’ai ainsi pu acquérir la totalité des Anne Shirley. Fin Juillet, je me suis alors décidée à me faire l’intégrale Anne.

 

Faut-il rappeler l’histoire ? Anne, une orpheline de onze ans est recueillie par Marilla et Matthew Cuthbert. Alors qu’ils attendaient un garçon pour travailler à la ferme, ils sont dépités de voir à la place cette petite fille rousse à la conversation incessante. Mais très rapidement le frère puis la sœur s’attachent à Anne et décident de prendre soin d’elle. Elle trouvera à Avonlea, le foyer qu’elle espérait tant, le paysage pour nourrir son imagination et une amie de cœur Diana Barry.

 

Dans un premier temps, j’ai eu du mal avec Anne. Elle parlait trop, elle me saoulait voir me fatiguait. Son imagination sans limite et son babillage occupe l’ensemble du texte. Elle m’agaçait. Ses « n’est ce pas ? » « Vous ne trouvez pas ? », m’exapéraient. Mais bon, c’est le personnage. Anne sans sa rêverie, son engouement, son bavardage, il ne resterait plus grand-chose d’elle. Puis elle a grandi, muri, elle est devenue plus réfléchie, elle s’est tue. J’ai commencé à apprécier davantage ma lecture. Je m’y suis attachée à cette fille rousse aux tâches de rousseur qui l’insupportent et qui voit rouge lorsqu’on la traite de « poil de carotte ». Plus elle s’acceptait et plus elle grandissait pour quitter son corps d’enfant et devenir un beau brin de fille plus elle commençait à être agréable à suivre, à « écouter ». Le premier tome s’est terminé à grande vitesse, le deuxième tome est déjà entamé.

Rédigé par Majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost 0
Commenter cet article

amabidouille 02/09/2010 00:07


"Green Gables"! j'avais adoré ce livre lu dans mes années collège (France loisirs 90, exact!)J'ignorais qu'il y avait une suite! oui, je me souviens maintenant que tous ces "n'est ce pas- ne
trouvez vous pas" étaient agaçants à la lecture! La phrase que j'ai encore en mémoire est "la vie ne vaut pas d'être vécue si on n'a pas de manches ballon!" conformisme, futilité et mauvais goût à
la fois! .... comme toutes les petites filles!


Majanissa 06/09/2010 09:25



Ah ces fameuses manches, elles en ont occupées des pages :D



Joelle 12/08/2010 09:31


Il est dans ma PAL, ainsi que les 2 tomes suivants ... il faudrait que je les lise depuis le temps !


hydromiel 06/08/2010 21:38


J'ai vu la série il y a quelques années et j'avais adoré.
Là, une copine vient de me rapporter du Canada le tome 1 et je me fais une joie à l'avance de pouvoir le lire.


Karine :) 05/08/2010 16:20


Pour moi, Anne, c'est l'une de mes séries doudou d'ados... comme je l'ai lue à l'âge de l'héroïne, elle ne m'énervait pas et depuis, je me suis attachée!


Schlabaya 04/08/2010 09:16


Je me rappelle l'avoir lu il y a quelques années, dans une édition assez ancienne, je crois. c'est bien-pensant, mais ça se laisse lire.