Cousine K - Yasmina Khadra

Publié le 8 Décembre 2006

Les souvenirs d'un homme méprisé par sa mère qui idolatre son frère Amine et la cousine K. Pourquoi sa mère ne l'aime pas et le traite ainsi? Est ce parce que c'est lui qui a découvert son père pendu, massacré par les villageois lorsqu'il avait 5 ans? Cette raison ne me convient pas. Mais en tout cas, on ne saura pas pourquoi ses proches le traitent ainsi. Pour eux, il est inutile, dérangeant et exaspérant.
Je me révolte de la façon dont il est traité, je me désole de voir le dédain qu'il provoque. Le déballage de ses souvenirs le conduit à la folie meutrière. On ne peut alors que constater l'évolution néfaste du personnage. On subit un peu l'histoire sans rien pouvoir faire pour lui ni même le consoler.
L'auteur évoque ici encore le thème de la violence qui appelle la violence. Ici la violence mentale (mère), affectueuse (fils) entraîne la violence destructrice. Encore une fois, je n'ai pas compris l'acte finale du personnage. Même s'il y a un manque de bonheur, çà ne justifie pas ce geste. Je comprends cependant sa folie. Difficile de s'épanouir et d'évoluer dans le mépris des autres. Il me fait penser à la rose terne posée sur la cheminée. Un jour elle n'a pas été remarquée, le lendemain elle est fânée.











l'avis de Gouli
l'avis de Frisette
l'avis de Lilly

GROS COUP DE GUEULE

Article sur Cousine K paru dans l'humanité
"Placé sous les auspices doubles de Maïakovski et de Nietzsche, le dernier roman de Yasmina Khadra se présente comme un texte extraordinairement ramassé, en lequel se concentre une immense violence muette. Humaine, presque trop humaine, serait-on évidemment tenté de dire. Un simple monologue intérieur, conduit de main de maître par cet ancien officier de l'armée algérienne, qui a d'abord dû, pour publier, se dissimuler sous un pseudonyme féminin, avant d'enfin pouvoir se dévoiler. Ainsi qu'à son habitude, Yasmina Khadra propose ici une prose âpre, tendue à l'extrême, au-delà des notions faciles de bien et de mal. Car il dit avec une sorte d'obstination rageuse certaines profondeurs fangeuses de l'âme humaine, paradoxalement proches d'un désir d'élévation. Cette littérature, où l'intériorité n'apparaît jamais dissociée des phénomènes du monde, compte assurément parmi ce que les écrivains algériens nous adressent de plus fort aujourd'hui." Jean-Claude Lebrun. L'Humanité. 20 novembre 2003

Franchement çà vous donne envie de lire le livre après un article pareil?
Qu'est ce que viennent faire "
Maïakovski", "Nietzsche" ici?? Décourager le potentiel lecture qui en voyant le mot ""Nietzsche" ne va même pas continuer plus loin et se dire : ce livre n'est pas pour moi... Et le reste de l'article, je ne le trouve vraiment pas tentant!! Et vous?

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost 0
Commenter cet article

microneedle roller before after 02/04/2014 13:52

I landed up here while searching for some books to read in this vacation. Even though this one is not related to what I have been searching for, this was quite informative too. Keep sharing more such posts further.

YAHIAOUI KAHINA 01/06/2008 14:54

j'ai beaucoup apprécier ce remon en particulier j'envisage meme de travailler deçu pour ma thèse de master en litterature française

Thibault 31/12/2013 10:03

Bonjour, j'aurais juste une question, j'ai eu un questionnaire de ffrançais sur ce livre et je voulais savoir pourquoi est-ce que l'on peut dire que Cousine K est le plus violent des personnages ?

Amazone 20/12/2006 11:46

Bonjour,
Scotchée ??? ah ben dis donc... ;-)
En tous cas, merci d'être passée. Je vais continuer mes comptes rendus de lecture, même si je ne suis pas "spécialisée" dans ce domaine. Je suis dans une période lecture à donf. N'hésite pas à me laisser des comm, ici ou là, car en matière d'écriture, je voudrais vraiment m'améliorer... ça me plait énormément d'écrire.

majanissa 20/12/2006 12:08

Oui promis je laisserai des commentaires :-).Oui j'ai été scotchée par la façon dont tu parlais de ton homme, pour le mien j'utilise plutôt le mot "zom" dans le sens "ouistiti" ;-).Pour tes posts, je les trouve comme il faut, exactement le genre de posts que j'aime lire sur les blogs, pas professionnels mais tentants et qui donnent envie de poursuivre.

Amazone 19/12/2006 15:32

Bonjour,
Moi aussi, je suis une lectrice de Khadra... depuis longtemps. En fait, je l'ai lu alors qu'on croyait qu'il était encore une femme. J'ai pas tout lu, loin de là...
A mon tour, via mon blog, je fais aussi mes "comptes-rendus" perso. Chacune a sa façon de lir, c'est très plaisant de croiser tout ça...
A bientôt.

majanissa 20/12/2006 09:00

Oui j'étais déjà venue sur ton blog au détour de lien. Tes posts sur ton homme m'ont scotché.

Livrovore 15/12/2006 19:11

Effectivement, ton article à toi donne bien plus envie que celui de l'Huma !

majanissa 16/12/2006 11:48

Merci livrovore :-)