Derrière le masque - Louisa May Alcott

Publié le 13 Novembre 2006

Après "les hauts de hurle-vent" d'Emily Bronte qui date de 1847 et qui m'a laissé une impression désagréable, j'ai repoussé ma lecture de "la rose pourpre et le lys" au profit d'un livre de la même époque et du même timbre. "Derrière le masque" de Louisa May Alcott promet d'être un livre sombre, noir. Je connais déjà l'auteure pour ses oeuvres aux personnages féminins revendiquant une forte personnalité et un certain pouvoir (Pour le meilleur, pour le pire et pour l'éternité). Je m'attaque donc à celui-ci avec en tête la remarque de Clem : "On cherche la rapidité". Ici le roman est court, en tenant compte de cette constatation, je pars dans une lecture lente mais qui ne devrait pas traîner ni m'ennuyer.

Les protagonistes :
Melle Muir : La nouvelle gouvernante de Bella Coventry.
Sa mère, Madame Coventry, est invalide.
Gérald, l'aîné est prêt à se fiancer à Julia, sa cousine.
Ned, agacé de vivre aux crochets de son frère attend son départ.

La situation :
Après une maladie qui l'a amenée à quitter Lady Sydney, Jean Muir a préféré entrer au service d'une autre famille pour des problèmes sentimentaux avec le jeune Sydney.
Notre charmante gouvernante est l'exemple de perfection. Elle est aimable, Bonne musicienne et chanteuse, d'une compagnie agréable, délicate. Mais "derrière le masque" apparaît une toute autre femme. Celle-ci est manipulatrice, vicieuse, calculatrice. Elle joue un jeu remarquable au détriment de la fraternité Coventry qui en tombe amoureux.
On ne sait décidement que penser de Jean. Tout au long de l'histoire, c'est un amour, un véritable ange.  Mais nous (lectrices/eurs) savons qu'il n'en est rien. Où veut-elle en venir? Qui vise t-elle? Que vise t-elle? J'ai attendu désespérement que tombe le masque et même temps j'ai aimé son jeu. J'aime ce côté "femme manipulatrice", c'est un régal.
L'écriture est une merveille et je la déguste. Je prends le temps et çà me plait. Le langage utilisé est distingué mais sans être dépassé.
Un bon roman et décidément, Louisa May Alcott m'époustoufle dans ce pouvoir féminin.

Quelques extraits qui m'ont plus :

"Demande t-il de la voix soumise qu'adoptent inconsciemment les hommes lorsqu'ils sont malades et soignés par une femme" ( Gérald blessé par son frère, soigné par Jean)

"La dernière scène n'est-elle pas meilleure que la première" (Jean Muir) et je trouve que çà résume vraiment bien le livre.

L'avis de Cuné

Rédigé par majanissa

Publié dans #roman

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pom\\\' 13/04/2007 08:49

j'ai retrouve l'ambiance de j. Austen avec un petit suspence qui rend ce livre charmant et vite lu.

majanissa 13/04/2007 09:01

Ah je n'ai pas trouvé. Je trouve Jane Austen mignonnette avec un personnage féminin à caractère et tout en douceur tandis que les personnages féminins de Louisa May sont obscurs.

Cuné 14/11/2006 21:07

Tu fais fort, ton commentaire est dans le ton exacte du roman, bravo ! Vraiment un petit bonbon.

majanissa 15/11/2006 08:51

Merci cuné :-). Mais surtout bravo au livre qui m'a amené à écrire ce commentaire. Je cherche d'autres livres de Louisa May Alcott et je suis tombée sur "Little Men" qui a piqué ma curiosité.

Florinette 14/11/2006 18:00

Je tenterais bien celui-ci il faut dire que ton commentaire attise ma curiosité, il y a bien longtemps que je n'ai pas lu du Louisa May Alcott.

majanissa 14/11/2006 18:21

Je ne peux que te dire de te laisser tenter ;-). Lesquels as tu lu de Louisa May Alcott?

Jo Ann 14/11/2006 16:35

D'elle je ne connais que Little Women... C'est dire si je ne me suis pas arrêtée bien loin!

majanissa 14/11/2006 17:25

Little Woman est un classique et les autres oeuvres sont assez méconnues. Peut être le personnage féminin étant trop indépendant pour l'époque, je ne sais pas trop. Ou simplement le machiavélisme féminin qui n'était pas apprécié. Je me souviens avoir lu que déjà Jo March avait à moitié gêné certains lors de la sortie du livre.Mais je vais t'inciter à lire celui ci en tout cas et même pour le meilleur, pour le pire et pour l'éternité.