Katitzi la tzigane - Katarina Taikon

Publié le 5 Octobre 2006

Après la visite du blog de Clem : "Pas comme les autres", j'ai voulu hier soir fouiner dans ma bibliothèque enfantine.J'ai retrouvé des livres que j'avais adoré et d'autres que je n'avais jamais lu.Et oui au grand désespoir de ma mère qui m'achetait pourtant de bons livres, je détestais ces choses pleines de pages. Les mots y étaient écrits si petits et imaginez, il n'y a pratiquement pas d'image dans ces abominations. Vraiment, les BDs et revues sont décidément plus intéressantes. Surtout les revues TV sur lesquelles je passais des heures. 
Par nostalgie de tant d'années perdues dans l'ignorence du pouvoir de l'imagination, me voilà replongée dans ces livres d'antant. Et j'avoue également beaucoup apprécier la littérature jeunesse.
Revenons en au livre. Comme l'indique l'introduction, l'histoire de Katitzi est le récit de l'enfance tzigane de l'auteur, pensionnaire dans un orphelinat suédois pendant la deuxième guerre mondiale.
Katitzi est heureuse à l'orphelinat où elle a pleins d'amis. Un beau jour, son père se souvenant de son existance, vient la chercher. Qui est cet homme à la barbe et aux cheveux si noirs? Et ces enfants l'accompagnant qui sont habillés d'une étrange manière seraient donc ses frères et soeurs?
Non, elle ne connait pas ces gens et n'est pas décidée à partir avec eux.
Mais Katitzi n'y peut rien, elle est tzigane et sa place est dans sa famille. C'est en tout cas ce que pense Melle Larsson qui en a une piètre opinion. Car après tout, "c'est bien connu que les tziganes ne sont pas comme nous et qu'ils sont tous des voleurs". 
La vie de nomade commence alors pour Katitzi dont les départs ou fuites sont rythmés par les expulsions par les gendarmes ou habitants car les forains sont indésirables.
J'ai aimé ce petit livre qui m'a semblé bien familier. En effet, j'y ai retrouvé des expressions déjà rencontrées dans la lecture d'Orfenor. Et l'ambiance tzigane est la même que ressentie dans cette série. J'ai casiment l'impression de lire Orfenor avec une autre héroïne et une histoire quelque peu différente mais le fond est là.
Le livre est idéal pour un enfant d'environ 7 à 11 ans. Il lui permet d'ouvrir les yeux sur l'intolérance, le rejet. Il peut ainsi réfléchir sur l'injustice et l'incompréhension ressentie envers certaines communautés. 
Le livre donne également l'occasion aux adultes de réfléchir à leurs propres apprioris. Cependant comme beaucoup de préjugés, il est facile de les pointer du doigt mais plus difficile de s'en détacher.

Rédigé par majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost 0
Commenter cet article

majanissa 10/10/2006 08:57

Ronya fille de brigands, çà me rappelle quelque chose. Lorna Doone j'ai déjà vu çà aussi quelque part mais récemment. Est ce sur ton blog? Il faudra que je revienne voir.
Pour les livres dont on se souvient subitement de l'existance et que l'on met du temps à retrouver, c'est vrai que des fois quelques craintes de l'avoir égaré m'atteignent et pourtant ce n'est pas si grave.
Tu sais çà me fait penser à de la dépendance. Tiens çà donne un sujet de post çà.

Lilly 09/10/2006 22:44

J'ai des livres d'enfant que je relis régulièrement, et dont je refuse de me séparer. Ce sont ceux qui m'ont marquée, et que j'adore encore aujourd'hui, je n'arrive pas à les voir comme des lectures enfantines. Dernièrement, j'ai lu "Lorna Doone", et cela m'a rappelé "Ronya, fille de brigands", que je me suis dépêchée d'aller rechercher. Je l'avait mis dans un carton, mais ouf, il était bien là (c'est toujours terrible, quand on constate qu'un livre que l'on veut relire à disparu, ça m'angoisse terriblement).

majanissa 05/10/2006 17:18

J'ai aimé ton site pour la littérature jeunesse. Et çà m'a remis le doigt sur un ressenti que j'ai eu il y a quelques temps. Je me suis rendue compte que je n'avais pas de livre de contes ou ce genre de choses alors j'en ai acheté pleins mais toujours pas lu :-(. Mais avec ton site, çà m'a remis dans l'ambiance et j'ai ressorti mes livres d'enfants. Et je me suis rendue comtpe que j'étais passée à côté de certaines choses.

Clem 05/10/2006 17:12

Je suis sans voix...
Tu me cites (très honorée), et en plus tu parles d'un livre comme je les aiment. Ceux qui apportent quelque chose! Je regarderais à la bibliothèque si il y est (parce qu'il n'est plus publié).