Poil de carotte - Jules Renard

Publié le 13 Septembre 2006

Qui ne connait pas "Poil de carotte", surnom qui a valu bien des moqueries aux enfant roux. Comme tout le monde, je connaissais l'oeuvre sans jamais ne l'avoir lu.
"Poil de carotte" doit son surnom a sa couleur de cheveux rousse et ses nombreuses tâches de rousseur. Un peu le vilain petit canard de la famille, sa mère ne mérite pas le diplôme de la plus gentille des mamans, son père se fiche de cette situation et ses frères et soeurs en profitent.
Le livre est composé de plusieurs très courtes histoires, un peu comme des souvenirs de l'auteur éparpillés. J'ai d'ailleurs mis un peu de temps à comprendre que les chapitres n'avaient rien à voir les uns avec les autres ce qui m'a gâché un peu la lecture je pense. Je trouvais que l'histoire n'avait pas de fil et je me suis retrouvée un petit peu agacée.
De plus, j'étais influencée par les dessins animés que j'avais vu dans mon enfance et je m'attendais à un poil de carotte espiègle, joueur, rieur. Je ne m'attendais pas à ce petit garçon conscient de son traitement mais qui a l'air de n'en avoir pas grand chose à faire.  Mais vers la fin du livre, il reprend forme humaine et devient très touchant lors d'une discussion avec son père.
C'est qui m'a marqué dans le livre, cette relation père-fils dans l'absence d'amour envers Mme Lepic.
Je pense que je relirai ce livre dans quelques années et dans d'autres conditions car là je ne l'ai pas apprécié. Ce sont des histoires qui doivent être partagées comme une mère les lisant à ses enfants, des élèves à haute voix en classe pour s'entrainer au discours... Mais en solo je n'ai pas trouvé que çà se lisait bien, car il ne doit pas être lu comme un roman.

Une critique très complète sur le livre : ici

Rédigé par majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

papilito 13/08/2009 01:01

Pour moi, ce roman c'est comme un journal intime. Pour l'histoire, je la trouve plutôt banale, car Des Poil de carotte, il y en a presque dans toutes les familles nombreuses.

Lilly 28/09/2006 15:16

Je n'en doute pas ! Je me souviens avoir passé des heures et des heures dans mon livre qui regroupait "les malheurs de Sophie", "les petites filles modèles" et "les vacances"... Et "le bon petit diable", je suis sûre que je les relirais avec grand plaisir ;-)

majanissa 28/09/2006 14:18

Oui tu as tout à fait raison. Ah les malheurs de sophie, je ne crois pas avoir de livres de ses aventures :-(. J'avais l'âne cadichon? (pas sure du nom), les petits filles modèles mais pas sophie.
Ah il faudrait que je reprenne tous mes comtesse de ségur et que je fasse un post. Ca rappellerait de bons souvenirs.

Lilly 28/09/2006 14:13

C'est clair que l'on a l'impression qu'il met un peu de lui même dans ce livre, même si je ne crois pas que ce soit largement autobiographique. Je me souviens que je sentais une inhustice qui ne m'était pas totalement étrangère à de nombreux moments, sentiment que Jules Renard a dû connaître également pour aussi bien la soulever. Quelque part, ça ressemble un peu aux "Malheurs de Sophie", que j'adorait étant enfant.

majanissa 28/09/2006 13:43

AH ben je n'ai pas fini ma phrase.
Un arrière gout de vécu lol