Récit d'un branleur - Samuel Benchetrit

Publié le 28 Mai 2006

Le récit de la vie d'un homme. On début le livre (3è page du récit) par cet extrait : "Dans la salle d'eau, on prenait des douches de mélancolie. Dans la cuisine, on grignotait de la nostalgie". Je me suis demandé si j'allais continuer ou pas. J'étais de bonne humeur et pas le courage de lire ce genre d'histoire maurose.
Le livre est composé de 5 chapitres:
Le premier est nommé "Moi". Il nous parle de son épanouissement sexuel solitaire en long, en large et en travers. Désolé mais je suis une fille et je m'en fout de connaitre sa sexualité solitaire.
Le deuxième concerne "Mon chien".  Alors là, j'ai commencé à sourire. J'ai trouvé le chien très comique. Véra, petit boule de poil de la race du caniche, de la tante Julia. On imagine bien le petit cabot infecte qui aboie constamment.
Troisième chapitre, "Mon travail". Je me souviens avoir souri tout du long. Dommage qu'il se soit fini si vite.
Le quatrième chapitre est intitulé "Ma femme". J'ai bien ri sur sa façon de voir la vie après avoir gagné la super cagnotte du loto. Mais çà n'a pas duré. Je pense que c'est le pire chapitre du livre. Il se termine d'une manière vraiment étrange.
Et enfin "le Moi encore et le dernier Ma famille". Puis c'est fini. Ce n'est pas un livre qui me restera en mémoire. Tout juste bon pour la détente et encore, il ne faut pas être d'une humeur joviale. Le livre a l'avantage d'être court.

Mais comme les hommes lisent aussi et que les avis sont tous différents, je mettrai prochainement l'avis de mon compagnon sur ce livre. Opinion qui diverge :-).

L'avis de Guga sur "Récit d'un branleur"
C'est après la sortie de ce roman que l'auteur inspira à la presse littéraire cette phrase : "Cet auteur est à la littérature ce que les Sex Pistols sont au Rock'n Roll". Tout un programme donc...
Et on découvre avec plaisir une atmosphère particulière, mélange d'ironie et d'humour noire. Une lucidité souvent drôle dans la description des personnages. Un style rythmé et facile à lire.
Samuel Benschtrit est donc un jeune talent à suivre pour moi, même si la sortie de ses 5 volumes "Les chroniques de l'asphaltes" ressemblent beaucoup à un coup commercial.


Rédigé par majanissa

Publié dans #roman

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article