Bas les voiles - Chahdortt Djavann

Publié le 11 Mai 2006

L'auteur est née en Iran, elle a connu l'ère "ayatollah Komeiny" à partir de 1979. La fermeté face à la soumission des femmes, face au voile...
L'auteur nous parle du voile, de l'Islam en nous exposant tous les mauvais côtés comme une mise en garde de cette religion et surtout du traitement infligé aux femmes dans cette religion.
Quelques phrases de l'auteur (avis/pensées) :
"Le voile est imposée aux filles." Vraiment? Alors pourquoi tant de femmes se sont révoltées lors de l'interdiction du port du voile dans les écoles? Elle répond que ces femmes ne savent pas réellement la signification du voile et qu'elles le portent pour se faire remarquer alors qu'en Iran, les femmes doivent le porter pour se "cacher" aux hommes. Là je suis d'accord cependant, vu le nombre de manifestations, de manifestantES, sont-elles toutes si insouciantes, ignorantes?
Je suis également tout à fait d'accord lorsqu'elle dit que certaines femmes sont "emprisonnées" dans leur religion, que le port leur est imposé, que l'Islam est assez sexiste  et contraignante. Mais ne devrait-on pas rappeler que le Christianisme en était également à ce point à une période de son histoire? Toutes les religions amènent leur part de sexisme (il suffit de voir la discrimination des femmes au niveau des rôles religieux), l'Islam est cependant plus médiatisée et plus radicales dans un monde où les mentalités ne permettent plus de traiter un être humain de cette façon. Enfin, je mets quand même un souligné sur cette dernière phrase, il n'y a pas besoin de rappeler tous les pays où les droits de l'homme sont bafoués et les femmes ne sont pas les seules victimes.
On touche en fait dans ce livre à un sujet très controversé et l'auteur est trop parti pris  et radicale pour être totalement objective et avoir suffisamment de reculs.
Je ne suis pas d'accord lorsqu'elle dit que TOUTES les femmes sont soumises. Il ne faut pas mettre tous les musulmans dans le même panier. C'est un sujet qui fâche beaucoup en ce moment car certaines actions au nom de l'Islam sont très médiatisés amenant une islamophobie. On voit le problème des cités où les filles sont traitées comme des moins que rien, mais il faut faire la part des choses, nous avons à faire face ici à un problème d'éducation pas entièrement de religion.
Ensuite, l'auteur dit qu'imposer le voile c'est disposer du corps de la femme et la définir comme un objet sexuel destiné aux hommes et donc que çà peut être assimilé à de la prostitution. Ne va t-elle pas un peu loin dans ce discours?
En bref, au début j'ai trouvé que le livre avait un sale côté propagande d'extrême droite, anti-islam. Je le trouve trop catégorique sur une religion qui a besoin de murir et de s'orienter vers des concepts plus dirigé vers l'égalité des sexes. Cependant, je doute que l'on arrive réellement à aider des pays aussi extrémistes que l'Iran, l'Afghanistan... à évoluer dans la mixité et vers la revalorisation de la femme.
Cependant, faut-il pour autant tout mettre sur le dos de l'Islam? Je pense surtout que c'est un problème d'éducation, de traditions un peu viellotes qui ont besoin d'évoluer.
Rappelons qu'en France, le droit de vote pour les femmes date d'il y a moins de 100 ans, la discrimination sexiste ne date pas de très loin chez nous non plus!

Sur la fin du livre, j'arrive à être plus en accord avec l'auteur malgré que je la trouve à nouveau trop catégorique. Elle propose des solutions qui sont justes mais pas toutes très objectives dans la mise en oeuvre.
Quelques points cependant où je suis entièrement d'accord : L'apprentissage du français, de l'éducation civique, de l'histoire de la république française pour les étrangers voulant vivre en France. Comment s'intégrer dans un pays dans lequel vous ne pouvez pas communiquer?
L'interdiction de toute dégradations corporelles au nom de la religion : excision.
Interdiction des signes religieux à l'école : voile

Et je pense également qu'il faudrait être plus strict et plus regardant sur les immams en France. Qu'ils soient porteurs de la parole de Mahomet et d'allah et non porteurs de propagande violentes et extrêmes.

Pour conclure, je ne conseille pas forcément le livre que je trouve catégorique et pourrait amener un rejet total de l'Islam plutôt qu'essayer d'étudier les côtés à améliorer.
Un grand effort est à faire dans différents domaines au niveau de l'Islam, c'est clair, mais ce n'est pas dans le rejet qu'on va réussir à avancer.

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philomène 03/06/2010 21:54


Je trouve que tu as une lecture très superficielle ou bien c'est ton résumé qui donne cette impression. Tu simplifies les arguments à l'extrême dans ton résumé si bien qu'ils semblent futiles, peut
- être devrais tu arrêter de résumer les œuvres si tu n'as pas un bon esprit de synthèse et t'en tenir à la quatrième de couverture.


Majanissa 07/06/2010 09:28



Je ne force pas les gens à lire le blog si ça ne leur plait pas, il suffit de passer son chemin ;)



BodPa 12/11/2006 12:54

Avec beaucoup de retard, je livre enfin mes appréciations sur ce livre, que j'ai récemment reçu de Majanissa par l'intermédiaire de Bookmates.

Pour commencer, j'ai bien aimé ce petit livre. Rapide à lire, clair, concis. Si le style n'est pas grandiose (on sent bien que c'est une écriture "premier jet", intuitive), cela donne plutôt de l'énergie au texte.

Sur le fond, les 15 premières pages sont particulièrement intéressantes, avec une réelle décortication du "voile de la mort", une analyse de la signification du voile pour les musulmans, de son impact sur les femmes et de l'image des femmes. Le voile est, selon l'auteur, une forme d'esclavage et de négation de la nature humaine de la femme, une façon de l'objectiver et de la réduire à l'état d'objet destiné à l'assouvissement des désirs sexuels des hommes.

Ensuite, sur les 15 pages suivantes, l'argumentaire s'enlise et tourne un peu en boucle, comme un disque rayé. On sent bien que l'auteure veut aller plus loin mais qu'elle hésite ou ne sait pas comment embrayer. A défaut de trouver le moyen de poursuivre sur sa pensée critique de l'Islam, elle se lance, sur les 15 dernières pages de son essai, dans une critique plutôt acerbe et plutôt injuste du modèle français.

Sans vouloir entrer dans les critiques politiciennes pro-droite ou contra-gauche, je trouve dommage d'abîmer cet argumentaire contre le voile, très pertinent sur le plan philosophique, par une charge intellectualiste. Elle entre d'ailleurs en profonde contradiction avec les premiers paragraphes où elle attaquait virulemment ces "intellectuels bien penseants" qui prétendent défendre une situation dont ils n'ont aucune connaissance. Chahdortt Djavann se raccroche elle-même à cette mouvance bobo et gauche caviar avec une critique de l'intégration à la française de bon aloi dans ces milieux autorisés.

Bref, si j'ai beaucoup apprécié les 15 premières pages, les 30 dernières m'ont déçu. Un livre plutôt en demi-teinte, donc.

majanissa 13/11/2006 09:24

Ah je crois que pour moi c'est un peu le contraire, je n'ai pas apprécié les idées de débuts et été plus en accord avec la deuxième partie malgré que je ne trouve pas objectif tout ce qu'elle dit. Pour le voile, je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce qu'elle pense. Que  les filles voilées sont signes d'objets sexuels, je ne suis pas sure que toutes les musulmanes soient d'accord. il faut faire la différence entre les musulmanes d'origine magrébine mais en fin de compte complètement françaises qui sont en recherche d'identité et donc essaient de se démarquer avec le voile, et entre les musulmanes qui sont véritablement en totale soumission. En bref, je suis d'accord avec toi sur le fait qu'elle a essayé de toucher un sujet peut être un peu trop sensible pour être discuter en profondeur et avec panache. On ne peut pas se permettre d'avoir une opinion bien tranché sur cet histoire de voile car çà reste plus complexe que çà.