La mare au diable - Goerges Sand

Publié le 9 Février 2006

On commence le livre sur un tableau représentant un laboureur et Georges Sand nous évoque la condition du paysan contrastée avec celle du "seigneur", celui qui en fait le moins et qui s'enrichit le plus. On retourne le livre pour voir de quand date le livre? 1846. Et un siècle et demi plus tard, quel discours Georges Sand aurait pu avoir? Le même avec des situations différentes bien sur mais avec une conclusion identique.  Une phrase de ce premier chapitre intitulé "l'auteur au lecteur" m'a interpellée : "La peur ne guérit pas l'égoïsme, elle l'augmente."  Ca résume bien la nature humaine je trouve.

Ensuite, l'auteur enchaîne sur une description du labour et quel beau souvenir que d'imaginer la scène qu'elle sait si bien décrire. Je n'ai pas connu la charrue et les boeufs mais je me souviens avoir entendu mes grand parents évoquer leurs souvenirs d'enfance et de travaux à la ferme avec les chevaux de labour : les chevaux de traie. Ces énormes chevaux avec un postérieur qui fait au moins le double des étalons.

Après cette très belle description des champs et du travail de la terre qui ont tendance à me rendre nostalgique de ma campagne, l'histoire en elle même débute. Germain part à la Fourche pour prendre femme. Il propose d'amener la petite Marie qui a trouvé du travail dans une ferme voisine. Germain apprend à connaître Marie et en tombe amoureux.
L'histoire est simplette mais je l'ai aimé. J'ai adoré la lecture du livre. J'avoues avoir malgré moi un petit peu triché. Ce livre "la mare au diable" a trainé quelques années dans le tiroir de chevet de mon compagnon, parmi multes divers objets et notamment des restes de bâtons d'encens. Et lire cette histoire d'amour avec cette odeur que j'aime tant imprégnée à chaque page du livre, a été un vrai plaisir.

En bref, l'histoire est mignonne mais on devine dès le début le dénouement. L'ensemble est très bien écrit et surpasse les histoires de prince charmant et princesse des petites filles. Ce que je retiens par contre, c'est le déroulement de la noce qui nous est expliquée en toute fin. J'apprécie que Georges Sand nous fasse vivre ces coutumes de noces des temps plus anciens. Peut être se doutait-elle qu'il fallait garder des souvenirs et retranscrire ces rites qu'elles savaient allant en disparaissant.
Ce qui m'a bien fait rire c'est surtout le groupe du fiancé qui assiège le logis de la fiancée. Je trouve çà romanesque et la mise en scène montre l'importance de ces coutumes associées au mariage. Ce n'était pas comme aujourd'hui, où les mariages sont moins traditionnels et cérémonieux et plus administratifs.

Un autre point du livre que j'ai remarqué est cette ressemblance de style avec "la petite fadette" du même auteur. J'avais beaucoup aimé lire "la petite fadette" étant adolescente. Ca m'a fait plaisir de retrouver cette écriture.

lien vers le site de Georges Sand



Rédigé par majanissa

Publié dans #roman

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ananas 29/03/2011 13:38


George Sand écrit très bien, et la mère au diable en est le parfait exemple.

Je viens d'ailleurs tout juste de publier mon avis sur mon blog.

Joli blog et bonne continuation !


ichraf 13/06/2009 12:38

le téléchargement est possible ,le footing en écoutant la mare au diable? c'est possible? en se promenant dans un parc peut être!!

ichraf 13/06/2009 11:50

je suis tombée sur la version audio du roman... c'est assez sympa; http://litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/george-sand-la-mare-au-diable.html j'espère que ça te plaira

Majanissa 13/06/2009 12:18


Si c'est téléchargeable je pourrai peut être essayer d'écouter des romans pendant mon footing. Idée à approfondir !!


Elisabeth 07/03/2006 13:36

J'ai adoré ces livres. Il faut que je les relise absolument !

majanissa 09/03/2006 14:57

A part la mare au diable et la petite fadette, qu'a t-elle écrit et que tu as lu? Peux tu m'en parler?