Pompoko - Isao Takahata

Publié le 23 Janvier 2006

Mon film coup de coeur du mois. J'ai vu très récemment qu'il allait sortir et j'ai de suite reconnu les dessins.  le dernier  Isao Takahata est sorti : Pompoko.

résumé d'allociné (www.allocine.com) :
Jusqu'au milieu du XXe siècle, les tanukis, emprunts d'habitudes frivoles, partageaient aisément leur espace vital avec les paysans. Leur existence était douce et paisible.
Mais le gouvernement amorce la construction de la ville nouvelle de Tama. On commence à détruire fermes et forêts. Leur habitat devenu trop étroit, les tanukis jadis prospères et pacifistes se font la guerre, l'enjeu étant de conserver son bout de territoire. Efforts dérisoires car la forêt continue de disparaître...
Les humains, avec qui ils ont appris à cohabiter, font preuve d'un expansionnisme inexpliqué. Les chefs de clans coordonnent la riposte. Un plan est établi sur cinq ans : le temps pour les animaux d'étudier les humains et de réveiller leur pouvoir de transformation. Il va falloir tenter d'effrayer les humains en évoquant peurs et superstitions. Les solutions les plus farfelues sont expérimentées...

Je n'ai pas encore été le voir mais je pense y aller cette semaine, sans tarder.













Un petit rappel de la filmographie de Isao Takahata:
Vous souvenez vous tous de son premier film connu en France qui fût une véritable révélation? Ces deux jeunes enfants qui tentent de survivre lors de la seconde guerre mondiale entre le Japon et les états unis? 

résumé (www.buta-connection.net/films/hotaru.php) : 
Japon, été 1945. Après le bombardement de Kobe, Seita, un adolescent de quatorze ans et sa petite soeur de quatre ans, Setsuko, deviennent orphelins et vont s'installer chez leur tante. Celle-ci leur fait comprendre qu'ils sont une gêne pour la famille et doivent mériter leur riz quotidien. Seita décide alors de partir avec sa petite soeur. Ils se réfugient dans un bunker désaffecté en pleine campagne et vivent des jours heureux illuminés par la présence de milliers de lucioles. Mais bientôt la nourriture commence cruellement à manquer.

Je me souviens avoir découvert ce film au début grâce à Canal+ et ses spéciales mangas le samedi. Puis quelques années plus tard, je l'ai redécouvert sur France5 et l'émotion n'en était que plus forte encore. Un film qu'il faut avoir vu même si l'on n'est pas forcément fan des films d'animations japonais.













Vous souvenez vous également du superbe film de myasaki : le château dans le ciel ? Ce film a été produit par  Isao Takahata.
Ce film m'avait un peu fait penser à "Nadia et le secret de l'eau bleue" avec son collier contenant une pierre bleue lumiseuse lorsqu'elle approche de son monde d'origine. Et puis en fin de compte, malgré de grosses ressemblances, le film fait une bifurcation avec la découverte du château sur son nuage. Un film et un conte très joli.

Tous ces films sont distribués par les studios "Ghibli" qui propose également : "Le royaume des chats", "le voyage de Chihiro" ( cette petite fille qui cherche à retrouver ses parents dans un immense centre de détente pour personnes peu humaines, elle y croise de drôles de créatures, toutes plus fantasques les unes que les autres.).  Le très célèbre "Princesse Mononoké" est également une production des studios "Ghibli". C'est le premier film vraiment connu de Myasaki en France et ce fut un énorme succès. Les débuts d'une longue carrière française pour ce très bon réalisateur.
Résumé ( www.buta-connection.net/films/mononoke.php):
Mononoke Hime (Princesse Mononoke) est un récit épique et bouleversant se déroulant au Japon de l'ère Muromashi (XVème siècle). Il nous conte l'histoire du jeune Prince Ashitaka qui, frappé d'une malédiction mortelle, doit quitter son village dans l'espoir de trouver une réponse à son mal. Dans sa quête Ashitaka sera témoin d'un conflit et s'impliquera dans la guerre cruelle que se livrent les humains et les dieux de la forêt.

Ce conflit entre nature et civilisation est symbolisé par la lutte sans merci opposant San, jeune fille élevée par les loups, à Dame Eboshi, chef du clan des forgerons et responsable de la destruction de la forêt. Ashitaka s'efforcera de concilier les intérêts de chacun. En vain... La guerre sera menée à son terme et le monde s'en trouvera à jamais changé.












On se souvient également de "Mon voisin Totoro" réalisé par Miyasaki.  Ce gros nounours  visible simplement par les jeunes enfants suffisamment innocents pour croire à l'existance de leur gros doudou présents dans les contes que leurs parents leur raconte le soir avant de s'endormir.
Mei va rencontrer cet esprit de légende protecteur de la forêt à côté de laquelle elle vient d'emménager avec son père et sa soeur. Elle donne alors à cet esprit le nom de Totoro.

Rédigé par majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

clarabel 13/02/2006 15:35

C'est un cinéma qui m'intéresse aussi ! J'aime bien ton billet à ce propos, il permet d'en apprendre davantage ou de se rafraîchir la mémoire !

Personnellement je connaissais plus Miyasaki - j'aime beaucoup la qualité des dessins ! Mais j'inscris "Le tombeau des lucioles" & "Pompoko" sur mes livres d'urgence !!! Merci !

majanissa 13/02/2006 17:49

Je connaissais plus Myasaki aussi c'est pour çà que maintenant en parlant de ces films d'animation , je parle des studios guibli c'est plus simple ;-). Pour "le tombeau des lucioles" prévoit les mouchoirs, même mon père a été touché par le film...Et je n'ai pas encore trouvé le temps de voir Pompoko :-(, pendant les vacances je vais essayer. Je cours après le temps.