Stupeurs et tremblements - Amélie Nothomb

Publié le 5 Janvier 2006

Après la métaphysique des tubes , je m'étais dit, amélie nothomb ce n'est pas pour moi... Mais stupeur et tremblements m'a redonner envie d'aller plus loin avec cette auteur. Ici Amélie nous raconte son poste au sein d'une entreprise japonaise. C'est très interessant et les humiliations qu'elle y a subi sont décrites avec humour. Un livre assez sympathique. Il m'a réconcilié avec Amélie Nothomb.

Rédigé par majanissa

Publié dans #témoignage

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
j'ai lu ce livre il y a pas mal de temps et j'avais bien aimé. J'ai envie de lire la métaphysique des tubes, j'en ai réentendu parler il y a peu de temps,, et je suis finalement curieuse de savoir ce qui se passe dans ce roman là...
Répondre
M
Je ne te réponds que ce matin après avoir lu et relu ton commentaire déjà hier mais j'avais besoin de réfléchir un peu plus en profondeur ce que tu disais. Pour moi, la cérémonie du thé c'est comme celle des bédouins du désert nord africain c'est cérémonial et un peu grisant.
Ta façon de comparer la cérémonie du thé avec le démembrage du mari de Yoyoi enlève en effet le gore de la scène. S'en devient presque doux c'est vraiment étrange. Il va falloir que je rajoute ce livre à ma LAL.
Répondre
D
dernier essai :
La cérémonie du thé, comme d’ailleurs l’art floral, est un fabuleux spectacle pour l’étranger surtout s’il est de culture occidentale.
On découvre une geisha vêtue d’un somptueux kimono, la coiffure et le col soigneusement étudiés pour laisser découverte la nuque, symbole même de la sensualité japonaise. On suit, sans trop comprendre les gestes rituels et les longues pauses.
Mais l’objet de la cérémonie, à mon avis, n’est pas de préparé du thé, mais de diriger l’observateur, au moyen du rituel justement, vers ses propres questions. Se demander pourquoi tout ça, c’est déjà entrer dans le monde raffiné de cette culture qui nous est si étrange.
Idem pour le meurtre de Kenji, le mari de Yoyoi qu’elle a assassiné et que Masako découpe en morceau. La scène est décrite par Kirino comme une cérémonie du thé. On en suit toutes les étapes jusqu’à la dispersion finale.
Mais ce serait lui faire affront que de qualifier la scène de trash. Ce n’est pas un charcutage de roman gore, c’est un palimpseste qui cache un cri de révolte. C’est le mâle nippon que Masako démembre. Ce sont des siècles de servage de la femme japonaise qu’elle éparpille aux quatre coins de la cité. Tokyo en l’occurrence, encore un symbole. Et voir les restes de Kenji faire leur dernier voyage à bicyclette n’en est que plus réjouissant encore.
C’est d’une révolte que parle Kirino. Et les révoltes ne s’abreuve pas d’eau tiède. Et sous son apparente politesse rigide, le japon est comme le dragon de légende qui secoue l’archipel régulièrement, violent, barbare mais fascinant.
J’ai aimé le film de Corneau mais si l’on souhaite avoir de vrais portraits de femmes japonaises, il faut voir les films d’Immamura « La ballade de Narayama » « L’anguille » « Pluie noire » et si la curiosité de taraude toujours autant, il y a l’excellent numéro spécial de Télérama consacré à l’exposition du grand Palais sur le monde flottant, les estampes japonaises. Un plaisir de découverte.
Répondre
M
Ca à l'air de fonctionner de mon côté et pourtant je poste le commentaire comme une utilisateur normale et non par le portail admin. Tu utilises quelle navigateur internet? J'utilises mozilla et le site est peut être optimisé pour mozilla justement et non internet explorer. Mais j'avais en effet remarqué que tes commentaires s'accompagnaient en général de certains vides.
Si tu n'arrives pas à envoyer de commentaires, il y a moyen de m'envoyer des mails par contact en bas de la page. Ma curiosité a été vraiment piquée et j'aimerais en savoir davantage. Si tu acceptes je pourrai même transmettre sur le blog l'explication ;-)
Répondre
M
Ca ne marche pas les commentaires? J'essaies. Je ne savais pas que les posts étaient limités dans leur nombre de commentaires. Il va falloir que je me renseigne sur çà. Mais déjà ce commentaire pour un test.
Répondre