Publié le 5 Octobre 2006

Nouveau mois, nouveaux posts.
Ce mois-ci, les posts qui m'ont interpellés :

Un site qui m'a été envoyé par un collègue et que j'ai trouvé génial. Le dessinateur, auteur... de cette mini BD qui a un arrière fond de "je me fais chier pendant les cours" parle des blogs et surtout bloggueurs. Parce que çà m'a fait écrouler de rire et que je trouve qu'il n'a pas forcément tort, je me devais de le mettre dans mes posts préférés du mois : corporatisme par Gaël.
N'oubliez pas de cliquer sur la gomme ;-).

Un très bel article sur Michel Faber l'auteur de la rose pourpre et le lys :
Michel Faber, le "Victorien" avant-gardiste par gaëlle

Les gens aussi sont des amateurs de bonnes nourritures et pourquoi n'auraient-ils pas le droit à leur livre de recettes?
Allie nous présente : Recettes gourmandes pour chiens gourmets

Solen nous parle d'un nouveau blog intégrant le concept du BookCrossing : BookMates par Solenn. Site de bookMates : ici

Arsenik parle de son surf sur les blogs littéraires qui d'un lien à un autre l'amènent à faire augmenter sa LAL : "Qu'on me donne l'envie!" par Arsenik

La chick Lit : j'ai commencé à voir cette expression apparaître sur les blogs et avec la sonnorisation du mot, j'ai de suite pensé aux livres style gossip girl, Bridget ...
Et en effet, c'est exactement çà. Olune nous explique ce qu'est dans son post : "La chick Lit : qu'est ce que c'est"

Cathulu écrit à son banquier et çà donne çà : Lettre à mon banquier par cathulu.

Comment nos visiteurs atterissent-ils sur notre blog? Frisette nous donne quelques exemples de recherches google qui ont amené certains internautes à atterir sur son blog : Tous les chemins mènent à ce blog par Frisette


Pour le résultat du concours de PAL, c'est chez Loupiote que çà se consulte : Concours de la plus grande PAL : Les résultats

Le commentaire de Bernie sur le site de conduite en état livresque à propos de
Bethsabée, ou l’éloge de l’adultère, de Marek Halter.
J'avais commencé la série de la bible au féminin avec
Sarah et n'avais pas continué pourtant çà m'avait plu.
Avec son commentaire, çà me donne encore plus l'envie : Bethsabée

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #majanissa

Repost0

Publié le 5 Octobre 2006

Après la visite du blog de Clem : "Pas comme les autres", j'ai voulu hier soir fouiner dans ma bibliothèque enfantine.J'ai retrouvé des livres que j'avais adoré et d'autres que je n'avais jamais lu.Et oui au grand désespoir de ma mère qui m'achetait pourtant de bons livres, je détestais ces choses pleines de pages. Les mots y étaient écrits si petits et imaginez, il n'y a pratiquement pas d'image dans ces abominations. Vraiment, les BDs et revues sont décidément plus intéressantes. Surtout les revues TV sur lesquelles je passais des heures. 
Par nostalgie de tant d'années perdues dans l'ignorence du pouvoir de l'imagination, me voilà replongée dans ces livres d'antant. Et j'avoue également beaucoup apprécier la littérature jeunesse.
Revenons en au livre. Comme l'indique l'introduction, l'histoire de Katitzi est le récit de l'enfance tzigane de l'auteur, pensionnaire dans un orphelinat suédois pendant la deuxième guerre mondiale.
Katitzi est heureuse à l'orphelinat où elle a pleins d'amis. Un beau jour, son père se souvenant de son existance, vient la chercher. Qui est cet homme à la barbe et aux cheveux si noirs? Et ces enfants l'accompagnant qui sont habillés d'une étrange manière seraient donc ses frères et soeurs?
Non, elle ne connait pas ces gens et n'est pas décidée à partir avec eux.
Mais Katitzi n'y peut rien, elle est tzigane et sa place est dans sa famille. C'est en tout cas ce que pense Melle Larsson qui en a une piètre opinion. Car après tout, "c'est bien connu que les tziganes ne sont pas comme nous et qu'ils sont tous des voleurs". 
La vie de nomade commence alors pour Katitzi dont les départs ou fuites sont rythmés par les expulsions par les gendarmes ou habitants car les forains sont indésirables.
J'ai aimé ce petit livre qui m'a semblé bien familier. En effet, j'y ai retrouvé des expressions déjà rencontrées dans la lecture d'Orfenor. Et l'ambiance tzigane est la même que ressentie dans cette série. J'ai casiment l'impression de lire Orfenor avec une autre héroïne et une histoire quelque peu différente mais le fond est là.
Le livre est idéal pour un enfant d'environ 7 à 11 ans. Il lui permet d'ouvrir les yeux sur l'intolérance, le rejet. Il peut ainsi réfléchir sur l'injustice et l'incompréhension ressentie envers certaines communautés. 
Le livre donne également l'occasion aux adultes de réfléchir à leurs propres apprioris. Cependant comme beaucoup de préjugés, il est facile de les pointer du doigt mais plus difficile de s'en détacher.

Voir les commentaires

Rédigé par majanissa

Publié dans #jeunesse

Repost0