la sélection - Kiera Cass

Publié le 14 Mars 2016

la sélection - Kiera Cass

La sélection tome 1

Le royaume d’Illéa, deux guerres mondiales ont modifié le monde tel qu’on le connait aujourd’hui. Le système de castes est de retour. L’élite et les classe 2, 3 monopolisent les richesses. Les classes 4 et 5 s’en sortent avec des hauts et des bas. Le reste des castes (la majorité de la population) n’a que leurs yeux pour pleurer.

Le prince Maxon est en âge de se marier. « Oyez, Oyez jeunes demoiselles. Toutes les jeunes filles à marier sont priées de déposer un dossier de candidature pour le tirage au sort ». La tradition veut que 35 filles soient sélectionnées parmi les roturières pour que l’une d’elle devienne la future princesse.

Trente cinq filles débarquent alors au palais les étoiles pleins les yeux dans l’espoir de voir leur condition de vie rehaussée. Elles découvrent un monde de paillettes, de robes majestueuses, mais n’oublions pas qu’il s’agit d’une compétition au terme de laquelle une seule aura le privilège d’épouser le prince charmant ou d’épouser le pouvoir selon les convoitises de chacune.

America Singer, une classe 5, a postulé sur l’insistance de son petit ami Aspen, un classe 6. Et voilà qu’elle se retrouve sélectionnée parmi les 35. Elle n’apprécie pas cette vie en cage dorée, elle étouffe mais l’amitié qu’elle trouve auprès du prince Maxon l’aide à supporter l’expérience.

L’élite tome 2

America Singer n’a pas l’étoffe d’une princesse aux yeux du roi Clarkson. Elle ne rentre pas dans le moule, a des idées révolutionnaires et ne sait pas se taire. Elle est incontrôlable et perturbe le peuple. C’est une fouteuse de merde. Le prince Maxon, lui, est sous le charme. De son côté, American est tiraillée entre son amour pour Aspen, devenu soldat au palais et ses sentiments pour Maxon. Alors que les attaques des rebelles se multiplient et se font de plus en plus violentes, la sélection devient un enjeu politique plus qu’amoureux.

L’élue tome 3

Il ne reste plus que quatre prétendantes. Pour le roi, cette sélection est un échec. Il n’a pas trouvé la princesse parfaite qu’il pourrait façonner comme il l’entend.

Maxon est déterminé à choisir America. Mais qu’en est-il de ses sentiments à elle ? Elle est folle de lui mais attend du prince qu’il soit clair dans sa déclaration et mette un terme à la sélection. Maxon attend d’America qu’elle lui dise ce qu’elle ressent mais garde une autre finaliste sous le coude au cas où. America en observant son manège n’ose libérer Aspen de son amour de crainte de ne pas être retenue pour le mariage…

Les attaques de renégats du Sud touchent à présent la population, caste après caste. Un changement radical est nécessaire pour ramener la paix. America et Maxon s’allient aux renégat du Nord dans cette perspective. Mais le roi Clarkson est obtus et pas aussi concilient et tolérant qu’il voudrait le faire croire au public.

Un cendrillon avec une touche d’Hunger game aurait pu donner une histoire plutôt sympa. Une sélection médiatisée pour trouver la future princesse d’un peuple en souffrance dans un pays en proie à la tourmente. Il y avait largement moyen d’écrire une vraie pépite. J’ai englouti les trois tomes en un week-end, c’était bien écrit et j’espérais un développement qui n’est finalement jamais arrivé. Au final, l’histoire a vraiment une grosse marge d’amélioration possible.

L’auteur s’est focalisée sur du harlequin pour ado, un jeu de chat et souris, de ‘je t’aime moi non plus’ qui aurait pu être clos en un seul tome. Il n’y avait pas de quoi s’éterniser pendant 3 tomes à jouer au ping pong amoureux. Les personnages de Maxon et d’America en deviennent énervants et franchement irrespectueux envers leurs « roues de secours ».

L’histoire d’Illéa pouvait être développée. Il y avait moyen d’exploiter les données sur Grégory Illéa, le fondateur du royaume. Son caractère, le dictateur qu’il était, ses agissements, l’auteur avait de quoi étoffer ce personnage.

Les actions des renégats du Sud et l’alliance avec les renégats du Nord, les réseaux qu’ils tissent parmi le peuple jusqu’au palais, leurs revendications, les alliances stratégiques pouvaient être davantage développés plutôt qu’être un moyen de mettre un peu d’action et de piment à une histoire à forte tendance plan-plan.

L’ensemble des sélectionnées aurait pu être davantage décrit et les filles mises en avant. Et pourquoi ne pas faire entrer les dernières sélectionnées dans le récit donnant la parole à chacune ? Les sélectionnées font décor, c’est dommage. Le rôle de la reine n’est pas assez développé à mon goût. Elle fait potiche. Et enfin le bulletin télévisé et le côté public, spectacle méritaient de prendre plus de place, plus d’ampleur.

En bref une série bâclée à mon sens et qui aurait voulu faire partie des dystopies en vogue mais qui n’en a pas le développement ni l’étoffe nécessaire à mon sens. Trois tomes sur « dis moi que tu m’aimes, non toi la première » ne méritent à mon avis pas d’être considérés comme une bonne série dystopique et ce n’est pas l’accumulation d’attaques effroyablement décrites et mal exploitées qui vont donner l’illusion de lire autre chose qu’un harlequin pour ado.

Rédigé par Majanissa

Repost 0
Commenter cet article

colorandbook 14/03/2016 12:39

J'ai toute la saga en ebook j'ai dz moins en moins envie de la lire dommage

Majanissa 14/03/2016 13:47

C'est très rapide à lire, il faut se lancer. On est vite happé mais peut être vite déçue aussi selon ce que l'on recherche. Majoritairement c'est une série appréciée. Tente ta chance :)