Que nos vies aient l’air d'un film parfait – Carole Fives

Publié le 5 Janvier 2015

Que nos vies aient l’air d'un film parfait – Carole Fives

Mariés, deux enfants. Le père n’en peut plus, il s’en va. La mère est dépressive. La garde des enfants est accordée au père. La mère dérive. Elle réclame la garde de son plus jeune fils pour sa survie. Son fils l’aime lui au moins, pas comme son ainée qui est bien la fille de son père, elle peut bien rester avec lui, elle n’en veut pas.

On suit à travers les récits des parents et de la fille ainée, le déchirement d’une famille. On démarre par la séparation des parents puis la garde qui entraine la perte d’un des parents pour finir sur la séparation des enfants et comment bouleverser la vie de quatre être les marquant à jamais.

Il y a des familles qui sont faites pour se séparer et ça marche bien. Puis il y a les familles dans lesquelles la décision est difficile et douloureuse. Chacun gère sa douleur, son humiliation, son échec à sa manière. Les conflits, les affrontements peuvent être virulents et destructeurs. Encore faudrait-il que les parents se rendent compte que c’est le destin de leurs enfants qui se joue également durant cette guerre d’adultes. L’adulte est égoiste en faisant croire qu’il se bat pour ses enfants lorsqu’en fait il ne cherche qu’à prendre une revanche sur la personne qu’il hait après l’avoir tant aimé. Quel gâchis !

C’est exactement ce que je retiens du livre, un gros gâchis. Au niveau de la lecture, les 3 protagonistes alternent leurs sentiments. J’ai trouvé ça très brouillon. Je me perdais, me demandant qui parlait. Ce n’était pas très agréable. Le sujet en lui-même ne m’attire pas des masses non plus lorsque je vois les dégâts sur les enfants, ça me peine. Et les livres qui me chagrinent ça ne me botte pas vraiment. Ce n’était pas un sujet agréable à lire mais ça n’est pas censé l’être non plus.

Rédigé par Majanissa

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article